Régulièrement, des gérants, des économistes ou d’autres acteurs des marchés ont, ces dernières années, signalé que le marché américain était trop cher et devait immanquablement baisser. Tout aussi régulièrement, ces prévisions ont été démenties : le marché américain a continué de battre des records. Malgré les errements de la politique économique de Donald Trump, les tensions avec la Corée du Nord ou la perspective de voir la Banque Centrale américaine monter ses taux et ainsi provoquer un ralentissement économique…le marché américain reste tout proche des ses plus hauts historiques.

L’analyse des fondamentaux étant inchangée depuis quelques temps, certains signaux statistiques sont moins positifs et font penser que le Dow Jones ou le S&P 500 pourraient connaître une baisse ces prochaines semaines.

Quelques indicateurs « techniques » semblent en effet défavorables :


– Un des indicateurs populaires chez les analystes techniques est l’indicateur dit « moyenne mobile ». L’idée est d’éliminer les fluctuations transitoires dans l’analyse d’une tendance. En résumé, la tendance sur un titre est positive si le cours d’une action ou d’un indice se trouve au-dessus de sa moyenne de cours à 200 jours et inversement. En ce moment, un nombre croissant d’entreprises du S&P 500 ont leur cours en-dessous de leur moyenne à 200 jours. La fragilité du marché est donc de plus en plus importante si l’on en juge par ce critère.

– Autre indicateur à suivre : le nombre de titres du S&P 500 connaissant un plus bas sur un an. Cela permet d’évaluer la faiblesse du marché. Statistiquement, il fonctionne bien. En 2015, il avait permis d’anticiper correctement la correction sur le marché américain. Pour le moment cet indicateur reste assez bas mais il commence à monter : de plus en plus de société se situent sur leur niveau le plus bas depuis un an. Si cette tendance s’amplifie une correction devrait suivre.

 

Une baisse des taux longs favorable 

Depuis plusieurs années, il est clair que la baisse des taux long a globalement favorisé la bonne tenue des marchés actions. Pour le moment, les taux longs américains restent sur des niveaux très bas. Ils ont même baissé récemment. Le scénario actuel continue d’anticiper une hausse des taux longs en fin d’année. Cela sera peut-être positif pour le secteur bancaire mais le reste de l’économie sera au contraire pénalisé. Il est donc possible que le marché soit fragilisé désormais par les hausses de taux anticipées d’ici fin 2017.

 

Le comportement de l’or

Pendant des années, l’or a sous-performé les actions américaines. Depuis quelques semaines, les cours de l’or commencent à remonter. Cet indicateur d’aversion au risque est à suivre avec attention. Une poursuite de la hausse de l’or traduit peut-être une défiance accrue dans les actifs financiers traditionnels.

 

Un grand classique des statistiques : les performances mensuelles

Force est de constater que le mois de septembre est statistiquement le plus mauvais mois, en moyenne, sur les actions américaines. Moins connus une autre statistique sur le mois d’octobre est aussi à considérer : le mois d’octobre réalise en moyenne des performances en ligne avec celles des autres mois… mais…c’est aussi le mois qui connaît les performances extrêmes positives ou négatives les plus importantes. Partant des niveaux actuels, qui sont très élevés, si une correction survenait elle pourrait donc être d’amplitude élevée !

 

La faiblesse du dollar

La faiblesse du dollar a été un soutien important pour le marché américain un peu comme pour le marché anglais au moment du Brexit avec la baisse de la Livre. Mais ces effets devises n’ont qu’un temps et, sans mesure économique d’accompagnement, les économies finissent par souffrir d’une devise faible. Cet effet positif de la baisse du Dollar devrait donc s’estomper dans les prochaines semaines et s’accompagner d’un repli des marchés actions.

 

Un marché américain dépendant de la réforme fiscale annoncée

On le voit, hors de toute considération économique, les indicateurs  techniques ou statistiques, semblent montrer assez clairement que le marché américain est cher. Pour le moment, le marché « tient » car les investisseurs attendent toujours la réforme fiscale promise par Donald Trump… Attention, si le marché respecte l’adage boursier qui dit que les investisseurs achètent les « rumeurs » et vendent les « nouvelles », une baisse des marchés suivrait les annonces du plan fiscal de Donald Trump.