Le 2 décembre 2017, 0h31, le Bitcoin valait 9 146,91 €.

Rappelons-nous de ce que disait Warren Buffet : le prix, c’est ce qu’on paie, la valeur, c’est ce qu’on obtient.

Quelle valeur le propriétaire d’un Bitcoin a-t-il donc obtenu en échange de ces 9 146,61 € durement gagnés ? C’est la question à laquelle nous allons tenter de répondre dans cet article.

Avant de chercher à évaluer le Bitcoin, mettons-nous d’accord sur sa définition. Et c’est plus facile à dire qu’à faire.

Le Bitcoin est-il une monnaie ?

Décrire le Bitcoin comme une monnaie peut sembler être un bon point de départ. Après tout, il paraît que certains commerces acceptent le Bitcoin comme moyen de paiement. Mais en y regardant de plus près, comparer le Bitcoin à une monnaie revient à comparer un éclair à une luciole (merci à Mark Twain pour la comparaison).

Comme l’a fait remarquer le Wall Street Journal, le Bitcoin est la monnaie la plus en vogue que personne n’utilise. Jeffrey Drofman, chez Forbes, a montré que le Bitcoin posait deux problèmes en tant que monnaie.

En premier lieu, il est trop instable. Qui accepterait comme paiement quelque chose qui pourrait perdre 25 % de sa valeur avant d’avoir le temps de se servir un thé ? Autrement dit, accepteriez-vous de vendre une voiture contre du Bitcoin s’il fallait attendre 60 jours pour le convertir en euros ? On peut en douter.

Ensuite, le Bitcoin est trop lent. Compléter une seule transaction peut prendre des jours. D’ici là, la tasse de thé que vous essayez d’acheter est glaciale.

Le Bitcoin ne correspond à aucune acception du mot « monnaie ».

Le Bitcoin est-il une réserve de valeur ?

Les adeptes de l’or adorent décrire ce précieux métal comme une réserve de valeur. Cela semble donner à leur « investissement » un air sophistiqué. Certains apôtres du Bitcoin reprennent le même refrain.

L’idée peut donner envie : ils font remarquer que le dollar et les autres monnaies sont « fabriquées ». C’est-à-dire qu’il n’y a rien pour appuyer leur valeur aujourd’hui, comme le faisait auparavant l’or. C’est aussi vrai des monnaies numériques, mais ces dernières sont limitées en quantité. Le nombre de Bitcoin ne peut pas dépasser 21 millions. Aucun gouvernement ne peut intervenir et commencer à « imprimer » davantage de Bitcoin.

Ce n’est pas sans rappeler les arguments avancés par certaines personnes pour justifier la montée pharaonique des prix de l’immobilier il y a dix ans. Après tout, on ne peut pas faire plus de terrains. Comme on le sait, cet argument n’a pas si bien fonctionné que ça.

Ceci étant dit, on peut sans doute voir l’intérêt des monnaies numériques dans certaines parties du monde. Aux États-Unis, la monnaie et le système bancaire sont stables, mais ce n’est pas le cas de beaucoup d’autre endroits du globe, où une monnaie numérique indépendante de l’intervention gouvernementale et de banquiers corrompus pourrait être utile.

Il reste cependant un problème : le Bitcoin et les autres monnaies numériques ne sont toujours pas communément acceptés comme moyen de paiement. Qu’ils soient utiles dans des lieux et des circonstances précis n’en font pas, pour l’instant, une réserve de valeur.

Alors, c’est quoi le Bitcoin ?

Le Bitcoin et les autres cryptomonnaies peuvent être décris comme des monnaies potentielles. Comme nous l’avons dit plus haut, ils ne sont pas communément acceptés comme mode de paiement. Et il y a toujours certaines limites qui les empêchent de se développer en tant que monnaies réelles. Il est possible, mais très improbable, qu’ils deviennent plus largement utilisés à l’avenir.

Les disciples du Bitcoin contesteront tout ce que nous avons décrit. Ils parleront de la dévaluation des monnaies fabriquées. Ils idéaliseront les blockchains. Ils prédiront que les cryptomonnaies représentent l’avenir. Ils essaieront peut-être même de vous vendre des cours en ligne, payables en quatre fois de 169 € (en euros, et pas en Bitcoin, évidemment), sur comment devenir millionnaires grâce aux monnaies numériques.

Mais ça ne change rien au fait que le Bitcoin n’a toujours pas été adopté en tant que monnaie stable et utile.

Comment évaluer une monnaie potentielle ?

Pour faire court : on ne peut pas. Il est impossible d’évaluer la valeur du Bitcoin avec un quelconque degré de sérieux. Et c’est là une limite très importante à intégrer.

Il n’est pas rare de faire l’impasse sur un investissement potentiel parce qu’on ne peut pas en déterminer la valeur. J’adore Amazon en tant qu’entreprise. Je n’ai aucune idée de sa valeur intrinsèque. C’est pareil avec Tesla. Du coup, j’ai laissé passer ces deux investissements potentiels.

Le Bitcoin est encore plus difficile à évaluer. Il n’a aucune valeur intrinsèque. Son histoire est récente, avec de très grands écarts de prix. Et aujourd’hui, il a peu d’utilité.

Le Bitcoin est-il une bulle ?

La montée en flèche de son prix ne doit pas être prise pour sa valeur réelle.

C’est en ce sens que le Bitcoin subit un phénomène de bulle classique. La montée des prix a encouragé d’autres acheteurs, ce qui fait monter les prix. Et ce cercle continue pendant un certain temps.

Ce processus va finir par s’inverser. Les prix vont atteindre un sommet, qui pousse les propriétaires de Bitcoin à vendre. Quand ils seront suffisamment nombreux à vendre, les prix vont commencer à chuter. Cette chute va encourager à vendre plus vite, ce qui va encore baisser les prix. Et ainsi de suite.

Résultat : beaucoup d’angoisse et de souffrance pour de nombreuses personnes.

Hier, Lundi 11 décembre 2017, le prix du Bitcoin a dépassé les 18 000 $ lors de sa cotation sur le Chicago Board Options Exchanges. Espérons pour vous que vous ne pariez pas votre épargne dessus.