Quel plaisir de se promener dans Barcelone, sur les Ramblas bordées d’arbres comme si vous habitiez le quartier, de prendre le temps de s’arrêter quelques instants pour écouter un catalan vous conter l’histoire de sa ville puis repartir tranquillement vers la Sagrada Familia… pour tomber sur une queue sans fin de touristes. La triste réalité vous a rattrapé, vous êtes un touriste et vous ne vous retrouvez qu’entre touristes lors de vos sorties.

Mais non ! Au lieu de rejoindre cette file immobile, vous décidez de continuez votre chemin pour aller sans hésitation sonner à la porte d’un appartement inconnu des touristes. Grâce à une visite privée vous découvrez à votre rythme l’architecture typique qui est un des symboles de la capitale catalane. Vous rencontrez en même temps la famille espagnole qui y occupe le lieu et qui vous raconte l’histoire personnelle de sa demeure, les anecdotes du quartier ou de la ville que les guides officiels ne connaissent pas. Ce soir, un chef local vous accompagnera sur le marché voir ses commerçants favoris pour choisir avec lui les meilleurs ingrédients pour la paella que vous allez cuisiner ensemble.


Plutôt idéal comme séjour !

C’est l’idée que met en avant le site Trip4real, une société qui vise à connecter les résidents locaux et les touristes et encourager ainsi le micro entrepreneuriat. La fondatrice et CEO, Gloria Molins, a créé cette start-up barcelonaise sous l’inspiration de ses propres voyages en réalisant que ce qu’elle préférait dans ses visites était de rencontrer ses occupants et découvrir l’histoire des lieux visités de la bouche de ses habitants. Cette femme de 33 ans a vécu à Sydney, en Australie, où elle travaillait pour Google qu’elle a quitté pour suivre sa passion.

Son but : Apporter aux voyageurs l’expérience unique de la rencontre avec ceux qui connaissent le mieux les villes visitées : les habitants.

Nombreux sont ceux qui ont immédiatement su voir le bénéfice que pourrait rapporter une telle idée. C’est le cas du chef espagnol Ferran Adrià, l’homme derrière le légendaire restaurant El Bulli, est devenu l’un des premiers investisseurs de Trip4real. Quand Gloria Molins l’a approché, il lui a dit « Gloria, votre idée permet à la ville de raconter toutes ses petites histoires. C’est ce que j’aime» Et récemment, Airbnb a racheté la société (un montant estimé entre 5  et 10,2  millions d’euros). Ce rachat n’empêchera pas le service Trip4real d’exister en toute indépendance.

Dans près de 70 villes européennes, Trip4real fournit une plateforme pour environ 100 entrepreneurs sur chaque destination. C’est le cas à Rome de Zenda qui vous montrera où les philosophes, compositeurs et autres personnages célèbres avaient l’habitude de se rendre dans la capitale italienne. Ou encore Paulette C, une photographe parisienne qui propose aux touristes une promenade “culturelle”sur les traces d’Amélie Poulain.

La fondatrice de Trip4real, Gloria Molins  nous détaille son aventure en tant qu’entrepreneuse pour créer son business qui a révolutionné le monde des voyages. Elle espère que son expérience pourra donner envie à d’autres entrepreneuses de suivre leurs passions.


Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer dans ce type de business ? Je crois que l’on ne découvre véritablement un endroit que lorsque l’on rencontre quelqu’un qui y vit et que l’enrichissement que l’on retire des voyages est avant tout dû aux rencontres plutôt qu’aux lieux seuls. Si l’on jette un regard sur les origines du voyage, l’objectif était avant tout de faire de nouvelles découvertes, d’acquérir de nouvelles connaissances et de vivre des expériences personnelles. Le tourisme de masse, tel qu’on le connaît, favorise le superficiel et l’impersonnel. C’est un tourisme de faible qualité! Cela rend trivial l’acte de voyager et favorise le développement de stéréotypes : Paris c’est la Tour Eiffel et le Louvre, Barcelone ce n’est que la Cathédrale Sagrada Familia, Rome n’existe que pour son Colisée… Tout le monde voit exactement la même chose, au même moment et pas en lisant le même guide.

Comment trouvez-vous tous les résidents qui participent sur votre site ? Un grand nombre d’entre eux a découvert de lui-même notre site et a été ravi de s’enregistrer. Nos utilisateurs souhaitent ensuite proposer à d’autres touristes ce qu’ils ont à offrir de meilleur dans leur ville. Chez Trip4real, nous sommes des hôtes-entrepreneurs et nous bâtissons une société faite pour les micro-entrepreneurs. Quand on y pense, chacun des internautes qui a enregistré son activité sur notre site car partage avec tous les autres ses passions et ses intérêts, ils lancent tous une sorte de petit business culturel. En parallèle des inscriptions spontannées, nous partons aussi à la recherche des résidents les plus incroyables dans chaque ville.

Est-ce que les gens gagnent beaucoup d’argent par ce biais ? Cela dépend du temps qu’ils passent à cette activité. Nous avons certains participants qui ont tout bonnement quitté leur travail pour vivre de ce qu’ils aiment et d’autres qui y participent de manière sporadique.

Vous êtes-vous inspirés d’autres sociétés ? Airbnb était ma première inspiration. J’ai découvert ce service en 2010 et j’ai tout de suite trouvé l’idée brillante. Je me suis dis que si l’on peut faire ça en matière d’hébergement, c’est aussi possible de la faire pour les voyages.

Qu’est-ce que ça vous fait d’avoir été racheté par Airbnb ? Nous sommes ravis de rejoindre la famille Airbnb. Nous partageons leur vision d’une façon différente de voyager, qui est à la fois locale et authentique. Je pense que nous avons un avenir excitant devant nous.

Vous voyagez vous aussi ? Oui, j’ai vécu et voyagé à travers cinq continents différents et même pris une année sabbatique pour ça. J’aimerais pouvoir voyager toute ma vie. J’adore regarder une carte et imaginer mon prochain voyage, même si je ne sais pas encore quand je le ferai. Simplement pour vous faire une idée : je suis enceinte de neufs mois et pendant ma grossesse j’ai visité neuf pays différents.

Quels sont vos conseils pour ceux qui créent une entreprise ? Comme Disney l’a dit « si vous pouvez en rêver, alors vous pouvez le faire ». Je recommande à tous de rester passionnés, de croire en ses rêves et de vous donner les moyens d’aller là où vous le désirez. Par-dessus tout, entourez-vous d’une super équipe.

Et qu’en est-il de l’argent ? Etre une entrepreneuse ne veut pas dire que vous allez devenir riche. C’est plus une question de passion et de motivation car vous faites ce que vous aimez vraiment. Après avoir eu un très bon job à Sydney, très bien payé, j’ai du investir toutes mes économies pour lancer Trip4real. Je suis retournée vivre chez mes parents pendant un moment et je n’ai pas pu me verser de salaire pendant près d’un an. Après ça, j’ai pu un peu me payer et m’augmenter peu à peu chaque année mais c’était moins d’un tiers de ce que je gagnais avant de devenir entrepreneuse.

Vous en étiez satisfaite ? L’argent n’a jamais été mon but premier! Je me suis engagée dans l’élaboration d’une nouvelle façon de voyager et de créer des opportunités pour les gens, pour en quelques sortes, changer leur vie. C’est ma mission et je m’y consacre tous les jours.

Qu’est-ce que ça fait d’être une femme dans l’industrie du voyage ? Je pense que tous les secteurs économiques ont encore plus d’hommes que de femmes et celui du voyage ne fait pas exception. Cependant, je n’ai jamais eu aucun problème en tant que femme, même si nous savons que notre réalité est différente et que nous devons toutes travailler parfois plus durement et nous entre aider pour nous hisser au même niveau que les hommes.

Pourquoi avez-vous décidé de baser votre société à Barcelone ? Barcelone est ma ville natale et après sept ans à étudier et travailler à l’étranger (Pays-Bas, Australie, USA), j’ai décidé de revenir fonder mon entreprise chez moi. Qui plus est, c’est une ville très touristique où il y a beaucoup de résidents passionnants prêts à participer à ce projet.

Prévoyez-vous de vous agrandir ? Bien sûr! Nous commençons à nous étendre en Amérique Latine avec l’objectif de développer Trip4real pour permettre à tous les voyageurs du monde entier de découvrir des villes d’une toute autre façon.