Au Comex de l’Oréal et directrice générale de la Fondation, Isabel Marey Semper est une scientifique au service des Femmes scientifiques. Promouvoir et vulgariser la Science pour augmenter son impact et donner plus de visibilité aux chercheuses : telle est la mission du Programme Pour les Femmes et la Science de la Fondation L’Oréal qu’elle co-pilote en partenariat avec l’UNESCO .

Vous êtes une scientifique qui avez pris le chemin du « management et de la promotion » de la science : quel a été votre parcours ?


J’ai commencé ma carrière dans la recherche, avec notamment un doctorat en neuropharmacologie au Collège de France dans le laboratoire du Professeur Jacques Glowinski, un des premiers à avoir compris l’importance d’une mixité dans son équipe de recherches. Et je jugeais important d’avoir aussi un profil marketing, finance, management… pour que la science ait un impact plus fort et plus direct sur la société et le grand public. Donner de la visibilité à la science, et particulièrement aux femmes scientifiques sous représentées –  m’a guidée dans mon orientation.

En 2010, vous rejoignez et dirigez le pôle Recherche Avancée du groupe l’Oréal, jusqu’à votre nomination en 2015 au Comex du groupe l’Oréal et DG de la Fondation… 

Il fallait justement un profil chercheur et management, nécessaire pour  comprendre la science,  donner le cadre stratégique aux équipes, transformer les découvertes en innovations et en produits sur le marché. J’ai donc dirigé la recherche avancée du groupe l’Oréal pendant 4 ans (800 collaborateurs et chercheurs dans le monde) qui regroupait des profils aussi divers que  chimistes, biologistes, physiciens, mathématiciens, cliniciens… C’était un mini CNRS dans ses compétences et avec pour objectif business de délivrer des matières premières utiles pour les consommatrices.

En 2015, j’ai été nommée au Comex du groupe l’Oréal avec deux fonctions : Directrice Générale Communications et Affaires Publiques du Groupe et Directrice Générale de la Fondation dont Jean-Paul AGON est le Président

Quel est l’ADN de la Fondation L’Oréal ?

Elle résonne complètement avec le savoir faire et les valeurs de l’Oréal. Nous avons deux convictions : la Science et la Beauté.

Au service des femmes, la science est sa première mission avec comme axe clé, la promotion des Femmes dans la science. Aujourd’hui, seulement 28% des chercheurs sont des femmes et seulement 3% des Prix Nobel scientifiques leur ont été attribués. C’est pourquoi, depuis 19 ans, aux côtés de l’Unesco (dont j’aime le fondement humaniste et universaliste qui est de dire que chaque pays en soi décèle des Femmes de sciences qui ont le pouvoir de changer le monde), nousnous engageons pour faire croître la part des femmes dans la recherche scientifique.

Nous avons également de très nombreuses initiatives autour de la Beauté pour se sentir mieux et s’en sortir mieux.

Quels sont les profils que la Fondation et l’Unesco soutiennent ?

Nous avons chaque année des prix au niveau régional, national et international et soutenons plus de 260 scientifiques. Le prix international Pour les Femmes et la Science valorise cinq chercheuses éminentes issues chacune d’un des cinq continents et dont les travaux rayonnent au niveau international. Et nous soutenons plus de 250 jeunes scientifiques qui feront la science de demainet qui sont en fin d’études (thèse ou doctorat). Une bourse leur est remise lors de cérémonies nationales et régionales qui se tiennent dans plus de 45 pays. Depuis 2001, ce sont plus de 2700 jeunes femmes issues de 115 pays qui ont été ainsi soutenues.

Parmi ces boursières, nous sélectionnons 15 «Talents Prometteurs» dont nous renforçons l’impact de leur recherche via des formations de prise de parole en public et de vulgarisation scientifique, des sessions de formation personnalisée par des mentors et des coachs. Ces formations, associées aux bourses et à une campagne de communication grand public, œuvrent conjointement à la visibilité des jeunes femmes dans la science. Portée au regard du plus grand nombre, leur expérience dans le monde des sciences devient source d’inspiration pour les jeunes générations, pour une science plus diverse et plus mixte. C’est ici notre véritable cheval de bataille : rendre la recherche visible et accessible.

Comment parvenir à plus d’égalité Hommes Femmes dans la science ?

Beaucoup de jeunes filles elles mêmes s’auto censurent, ne s’estimant pas capables, ayant peur d’évoluer dans un milieu qui leur apparait comme « froid ». Pour infléchir cet état d’esprit, nous avons mis en place il y a deux ansle Programme « Pour les Filles et la Science », des rencontres entre des collégiens et lycéens et de jeunes thésardes boursières où la connexion se fait très bien, la différence d’âge n’étant que d’une dizaine d’années. C’est avec ces actions de sensibilisation que nous arriverons à convaincre des femmes scientifiques à se lancer.

Quelles sont les actions de la Fondation l’Oréal en France ?

En octobre 2016, nous avons lancé l’événement Génération Jeunes Chercheusesoù trente jeunes femmes en thèse et en post-doctoratrécompensées par le prix L’Oréal-Unesco expliquent et vulgarisent face à un public leurs recherches en quelques minutes. Nous les coachons à la prise de paroleet à la vulgarisation scientifique. La science peut avoir pour le grand public un aspect « froid et hermétique » alors que ce n’est pas le cas si nous savons la rendre  intelligible.

Nous sommes aussi très actifs sur la thématique de la Beauté, le second axe de la Fondation après la Science. Nous sommes partenaires de nombreuses actions où la beauté permet à des femmes fragilisées par la maladie de se sentir bien pour s’en sortir mieux. Ainsi, nous intervenons en milieu hospitalier et en ville comme par exemple avec La Maison Rose à Bordeaux depuis un an et demi : un lieu où des femmes atteintes de cancer peuvent faire une pause et prendre soin d’elles. Des socio-esthéticiennes qui, en plus de soins de beauté, vont apporter des conseils sur le choix de la perruque quand les cheveux tomberont, comment redessiner ses sourcils, … Pour les femmes, la dimension beauté fait partie intégrante de la reconstruction psychologique et de l’image de soi. Conseiller ces femmes leur permet de reprendre le contrôle de leur vie à une période très douloureuse pour elles.

Vous avez un programme d’action « solidaire » avec Beauty for Better Life : de quoi s’agit-il ?

Lancé en 2009, Beauty For a Better Life est présent dans vingt-cinq pays et bénéficie chaque année à plus de 3300 personnes en situation de forte vulnérabilité sociale ou économique (surtout des femmes issues de milieux défavorisés, sans emploi, travailleurs pauvres ou victimes de trafics humains, en rupture scolaire ou familiale, victimes de violence domestique ou des conflits internes à leur pays).

En formant ces personnes fragilisées à être coiffeuses, maquilleuses ou conseillères de beauté, formation gratuite et d’excellence, la Fondation L’Oréal leur permet d’avoir un métier et donc de trouver un emploi.Des métiers qui se caractérisent par la relation humaine, ce qui permet aussi d’agir positivement sur la confiance en soi et de créer les conditions favorables à la réinsertion sociale.

La Fondation l’Oréal, en collaboration avec les équipes locales de L’Oréal, s’associe dans chaque pays où le programme se développe avec un partenaire local (ONG, association) qui connait le contexte particulier du pays et peut ainsi identifier les bénéficiaires.

En 2018, ce sont les 20 ans de Femmes pour la Science : quel est votre message ?

Que les femmes doivent oser prendre leur place dans le monde scientifique comme dans la gouvernance des entreprises. Nous devrions promouvoir les scientifiques dans les grandes entreprises, à tous les postes, jusqu’à la direction. Car l’esprit scientifique est un esprit d‘ouverture et de curiosité qui sait évaluer, émettre des hypothèses, prendre des risques, s’adapter en permanence…Ce qui est particulièrement utile dans un monde incertain comme celui d’aujourd’hui. L’esprit scientifiques est très complémentaire des formations d’ingénieur, de commerce et de management. Ce serait une valeur ajoutée inestimable à la croissance des entreprises en France.