Du 12 au 18 novembre prochain se tiendra la 4ème édition de la semaine globale de l’entrepreneuriat appelée Global Entrepreneurship Week (GEW). Un événement du Global Entrepreneurship Network (GEN), qui représente le plus grand réseau d’écosystème entrepreneurial au monde avec près de 170 pays et impulsé depuis 11 ans par la fondation Kauffman. Soutenue dès ses débuts par les plus grands leaders mondiaux de Richard Dell à Barak Obama.

Ronita Chhim – fondatrice d’Inna Consulting – cabinet de conseil 360° en stratégie commerciale, communication et financière, est également Global coordinatrice et membre de l’équipe GEN France.  Elle se livre avec décontraction à nos questions.


Avant de rentrer dans le vif du sujet, racontez-nous qui vous êtes ?

Ronita  Chhim : (Moment de silence) Je suis une femme entrepreneure française d’origine sino-cambodgienne de 36 ans. Je me suis lancée dans l’entrepreneuriat il y a 8 ans et ai rencontré énormément de difficultés à mes débuts. Si j’avais eu la chance d’avoir un(e) mentor(e) cela m’aurait évité pas mal de galères. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussée à accompagner de jeunes porteurs de projets, en particulier les femmes. Pour une raison simple, les femmes sont confrontées à plus de difficultés au quotidien, ce qui les freine dans leur évolution de carrière aussi bien en tant que salariée qu’entrepreneure.

Du 12 au 18 novembre 2018 se déroulera la 4ème édition de la Global Entrepreneurship Week. Comment se fait-il que cet événement international qui en est à sa 4ème édition soit si peu connu en France ?

Ronita Chhim: Jokkolabs, Social Change Hub n’est le représentant officiel du GEN que depuis cette année. Les précédentes éditions ont pu être organisées de manière informelle grâce au soutien du POLD (Paris Ouest La Défense) partenaire historique de Jokkolabs sur le site de Nanterre. Cette 4ème édition est justement l’occasion de promouvoir et de connecter notre écosystème sur tout le territoire.

Vous parlez de Jokkolabs, mais qu’est-ce que c’est ?

Ronita Chhim : (Rires) Excellente question ! Jokkolabs est en fait une initiative privée à but non lucratif fondée en 2010 par Karim SY. Elle vise à promouvoir l’innovation de rupture face aux défis de notre société. Actuellement présente sur 13 Hubs, dont les premiers ont été créés en Afrique, Jokkolabs agit en véritable catalyseur de l’écosystème et s’implante en 2012 à Nanterre pour y coordonner ses activités au niveau international.

Quelles sont les raisons qui vous ont poussée à prendre la tête de l’organisation de cette 4ème édition ?

Ronita Chhim : Pour être honnête, il y a à peine 3 mois, je ne connaissais pas du tout le réseau GEN. Tout est une question de rencontre, quand les planètes sont alignées, cela devient une évidence. Nous nous sommes rencontrés avec Karim (SY) par le biais d’une amie que nous avions en commun. Je le connaissais déjà de nom et suivais son actualité mais n’avais jamais eu l’occasion de faire connaissance #IRL (In Real Life). Nous avons alors échangé sur nos engagements au quotidien. Moi, via mon activité de conseil mais également en tant que fondatrice du collectif international Odamdam qui a pour but de promouvoir l’inclusion des femmes dans l’économie et la société à l’échelle mondiale et ainsi inciter les femmes à se réaliser. Le collectif a d’ailleurs joué un grand rôle dans l’organisation de la 1ère édition du Global Startup Weekend Women, qui a fédéré sur un week-end, 5 continents, 23 villes et plus de 2000 participantes.

Et c’est justement à ce moment-là que Karim (SY) m’a demandé de l’aide pour mettre à l’échelle la GEW. Au delà du challenge, c’est surtout la volonté de fédérer un écosystème entrepreneurial qui est aujourd’hui beaucoup trop fragmenté à mon goût.

Les 4 thématiques fortes de cette édition qui sont la femme, la jeunesse, la diversité et l’inclusion n’ont fait que renforcer ma conviction personnelle sur l’importance de redéfinir ensemble les contours d’une collaboration autour d’un objectif commun.          

Comment comptez-vous relever ce défi ?

Ronita Chhim : Je suis avant tout une femme de réseau, seule je ne fais rien mais à plusieurs… énormément.

L‘édition de la GEW2018 a le privilège de compter sur le partenariat institutionnel du CNNum (Conseil National du Numérique) ainsi que du marrainage de Mme Salwa TOKO, Présidente du CNNum et fondatrice de BeComTech, une association qui œuvre pour l’éducation des filles dans le numérique.

Nous avons pour le moment plus d’une vingtaine de villes impliquées avec une quarantaine d’événements programmés sur la semaine. (La région parisienne, Lille, Nantes, Rennes, Orléans, Bordeaux, Grenoble, Toulouse, Marseille, Aix en Provence, Guadeloupe, Martinique,… et bien d’autres en attente).

Dans mon envie de donner à l’écosystème entrepreneurial français (Outre-Mer compris) une visibilité sur la scène internationale, je m’active à fédérer notre écosystème pour créer des ponts de convergence et de collaboration entre régions. J’en profite pour lancer un appel général : si vous aussi, vous souhaitez contribuer et rentrer dans le réseau GEN, contactez l’équipe de choc.

Quel est votre objectif ?

Ronita Chhim : (exclamation) Le maximum ! Non, plus sérieusement, appliquer à la GEW ce que j’ai pu faire dans le cadre du Global Women. Donner aux initiatives locales une visibilité globale pour impulser un mouvement de fond durable. Nous organisons en plus de toutes ces manifestations et avec les équipes du CNNum un événement clé autour de la femme et l’inclusion numérique. Pour plus d’informations, écrire à [email protected]