Ce lundi soir, Microsoft France s’engage officiellement à ne plus assister – ou organiser – de manifestation publique ou d’événement médiatique sans qu’il y ait au moins une femme parmi les intervenants. Pour cela, la branche Française de l’entreprise signe spécialement une charte co-élaborée avec l’association Jamais Sans Elles. Carlo Purassanta, président de Microsoft France, et Natacha Quester-Séméon, cofondatrice de l’association, expliquent leur démarche à Forbes France.

Conférence, table ronde, événement médiatique, mais aussi rendez-vous client. Les membres du comité de direction de Microsoft France signent une charte co-élaborée avec l’association Jamais Sans Elles. Individuellement et collectivement, ils s’engagent à ne plus participer à une manifestation publique ou un événement médiatique sans une femme parmi les intervenants.

« Le numérique touche la vie de tout le monde. Il est donc impossible d’envisager un écosystème inégalitaire », résume Carlo Purassanta, président de Microsoft France. « Il faut une juste représentation, du 50/50 ! Or, dans le numérique, nous en sommes encore très loin avec environ 33% de femmes et parfois même moins selon les métiers du secteur. »  

C’est en constatant l’impact du mot-dièse #JamaisSansElles sur les réseaux sociaux que Microsoft France décide de contacter l’association. « Dans tous les pays, et selon le contexte local, Microsoft mène de nombreuses actions en faveur de l’égalité et de la diversité », explique Carlo Purassanta. « Au-delà d’être attentifs, nous voulons être militants. » Avec Jamais Sans Elles, le choix s’est porté sur la signature d’une charte. « La charte aide à communiquer l’engagement de l’entreprise et fait réfléchir car il va falloir trouver des femmes, et si l’on n’y parvient pas, on va commencer à comprendre qu’il y a un problème », ajoute le président de Microsoft France.

« C’est la première fois que nous réalisons une telle charte », souligne Natacha Quester-Séméon, cofondatrice de Jamais Sans Elles. Elle souhaite voir d’autres entreprises suivre les pas de cette initiative. Depuis plus de deux ans, Jamais Sans Elles travaille à la promotion de la mixité. Fondée par des femmes et des hommes du secteur de l’entrepreneuriat, l’association multiplie les actions pour plus de femmes dans le numérique. « C’est par la visibilité que les mentalités changeront », indique Natacha Quester-Séméon ravie de voir un PDG s’engager sur une action dont les résultats sont immédiatement palpables. 

« En signant publiquement cette charte, ne pas participer à des événements sans femmes doit devenir un réflexe au quotidien », ajoute Carlo Purassanta qui espère voir l’initiative se propager.