A l’origine, l’application avait été conçue pour les familles séparées par la distance, permettant ainsi aux grands-parents, aux oncles et tantes de raconter des histoires et de cultiver le lien affectif malgré les kilomètres. C’est donc avec étonnement que la co-fondatrice de Story Enjoy, Caroline Lopez, a découvert que l’appli était davantage utilisée par des jeunes mères actives. Le rituel menacé par nos rythmes de vie effrénée est finalement préservé par l’enregistrement vidéo de « l’histoire du soir » que l’enfant peut réécouter en boucle. Explications.

Au-delà de la technologie, c’est un moyen pour « déculpabiliser les jeunes parents déjà surmenés après une journée de travail en les déchargeant de cette tâche chronophage », explique la jeune femme. Un effort qui paraît parfois insurmontable, la « corvée de trop » pour les nombreux parents qui ont été séduits par cette solution informatique qui permet d’enregistrer – à distance ou pas –  des histoires pour enfants.


« Pour un enfant, le plus important ce n’est pas l’histoire en elle-même mais le visage et la voix familière et affectueuse qui la raconte, encore et encore, dans le coin de l’écran… Et pour le cerveau de l’enfant, ce sous-titrage non-verbal va renforcer l’ancrage émotionnel à chaque répétition », explique Caroline Lopez qui s’entoure de psychologues et de professionnels de la petite enfance pour développer son site et ses offres d’histoire.

 

enregistrement application Story Enjoy Histoires du soir
Enregistrement application Story Enjoy Histoires du soir

 

En moins d’un an, la start-up réunionnaise lancée en 2016 (via crowdfunding), compte déjà plusieurs centaines d’utilisateurs et dispose de perspectives de croissance intéressante. Story Enjoy a opté récemment pour « une stratégie de partenariat avec des grands groupes ou de grandes institutions qui trouvent un sens à Story Enjoy, soit pour leurs clients, soit pour leurs collaborateurs. » Un service qui intéresse les « groupes d’hôtellerie ou compagnies aériennes dont les clients voyagent beaucoup, des opérateurs de téléphonie qui pourraient l’intégrer à leurs offres. Ou même le ministère de la Défense, qui songe à proposer l’application aux militaires éloignés de leur famille. »

Avec pour objectif d’ici deux ans de « dépasser les 500 000 utilisateurs »,  le défi semble raisonnable pour cette jeune société qui surfe certainement sur une nouvelle tendance sociétale, celle de familles en quête d’alternative aux solutions de facilité mais néanmoins dénuées de composantes affectives que sont la télévision ou les vidéos sur youtube. Lire ou enregistrer avec votre voix une histoire… un rituel à sauvegarder dès ce soir.

www.storyenjoy.com