Les plus grandes fortunes s’investissent de différentes manières pour lutter contre le changement climatique. Forbes vous propose un aperçu des actions des dix plus grandes fortunes mondiales en faveur du développement durable et d’un avenir neutre en carbone.

(Fortunes nettes en date du 21 avril 2021)

 

#8, #9 LARRY PAGE ET SERGEY BRIN

 

FORTUNES NETTES : 98,9 milliards de dollars et 95,9 milliards de dollars

SOURCE DE RICHESSE : Google

ADHÉSION À L’INITIATIVE SBT : Non

 

À l’origine, la devise de Google était « Don’t be evil » (littéralement, « Ne soyez pas malveillants »), et en ce qui concerne le changement climatique, Google est l’une des premières entreprises à s’engager en faveur de la neutralité carbone. En 2009, l’entreprise annonce que les émissions de carbone de 2007 et une partie de celles de 2008 avaient été neutralisées par l’achat de « crédits de compensation de carbone de haute qualité. » Depuis, le moteur de recherche a créé une nouvelle société mère, Alphabet. Cette dernière affirme s’approvisionner en énergie à partir de sources renouvelables depuis 2017. Le dernier objectif que l’entreprise s’est fixé est de faire fonctionner ses centres de données et ses campus avec une énergie sans carbone 24/7 d’ici 2030.

Les cofondateurs de Google n’ont pas hésité à parler ouvertement de leurs engagements en faveur du développement durable et de la lutte contre le changement climatique, même lorsque cela suscitait la controverse. Ce fut le cas en 2014, quand ils ont quitté le groupe de lobbying American Legislative Exchange Council en raison de ses liens avec la mouvance climatosceptique. Larry Page et Sergey Brin ne sont pas irréprochables pour autant. En 2019, ils ont fait l’objet de nombreuses critiques après une retraite secrète de trois jours en Italie (qui leur aurait coûté 29 millions de dollars) pour discuter du changement climatique avec d’autres invités, qui ont rejoint l’évènement en jet privé.

En dehors d’Alphabet, les cofondateurs de Google ont des intérêts commerciaux similaires mais séparés dans les technologies innovantes. Larry Page a investi dans Planetary Resources, une entreprise américaine du secteur spatial dont l’objectif est de développer des séries de satellites à coût réduit permettant d’identifier les astéroïdes accessibles et riches en ressources minières. L’entreprise souhaite également développer les techniques d’exploitation minière dans l’espace et à très long terme réaliser l’exploitation minière des astéroïdes. Larry Page a investi dans deux autres entreprises spécialisées dans les voitures volantes : Kitty Hawk et Opener.

Quant à Sergey Brin, il aurait investi des millions de dollars ces quatre dernières années dans la startup secrète LTA Research, dont la mission est de construire un dirigeable fonctionnant à l’hydrogène et à l’hélium et devant être déployé dans les zones sinistrées.

 

Article traduit de Forbes US – Auteurs : Sofia Lotto Persio et David Dawkins