La chaleur record qui a frappé le nord-ouest du Pacifique la semaine dernière, tuant probablement des centaines de personnes, « aurait été pratiquement impossible sans l’influence du changement climatique causé par l’homme », selon une analyse publiée mercredi soir par un groupe international d’institutions spécialisées dans les sciences du climat.

 

Faits marquants

  • La vague de chaleur aurait été plus fraîche de 3,6 degrés sans l’impact du changement climatique, selon les scientifiques de World Weather Attribution, une collaboration de scientifiques d’Oxford, de Princeton, de la Croix-Rouge et d’instituts météorologiques gouvernementaux des États-Unis, de France et de Hollande.
  • Pour savoir si le changement climatique a aggravé la vague de chaleur, et dans quelle mesure, les scientifiques ont comparé les données météorologiques de la vague de chaleur avec des modèles qui estiment comment était le climat avant la seconde moitié des années 1800, lorsque les émissions de gaz à effet de serre des nouvelles industries ont commencé à réchauffer le climat.
  • Selon les scientifiques, la vague de chaleur aurait été 150 fois moins probable en l’absence de changement climatique.
  • Ces vagues de chaleur, qui ne se produisent normalement qu’une fois tous les 1 000 ans, se produiront « tous les cinq à dix ans » dès les années 2040 si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas réduites.
  • Les scientifiques ont déclaré qu’ils ne savaient pas si la vague de chaleur était le résultat de la « malchance » exacerbée par le changement climatique ou si le changement climatique lui-même « a modifié les conditions pour qu’elles soient propices aux vagues de chaleur ».
  • Un nombre de décès de l’ordre de plusieurs centaines « est certainement une sous-estimation », ont déclaré les chercheurs.
  • Prévenir plus tôt les habitants des vagues de chaleur, adapter les bâtiments et les infrastructures à un avenir plus chaud et réduire les émissions de gaz à effet de serre sont autant de moyens d’empêcher les gens de mourir lors de vagues de chaleur extrêmes, qui « deviendront beaucoup moins rares », selon l’étude.

 

Citation cruciale

« Les températures enregistrées au Canada la semaine dernière auraient battu des records à Las Vegas », a déclaré Sonia Seneviratne, qui a contribué à l’étude de l’université de recherche suisse ETH Zurich. « Le changement climatique fait que des événements extrêmement rares comme celui-ci deviennent plus fréquents. Nous entrons dans un territoire inexploré. »

 

À surveiller

Une autre vague de chaleur, cette fois dans l’ouest des États-Unis, est attendue ce week-end, et pourrait faire grimper les températures à Las Vegas jusqu’à 46°C, avec 43 % de chances de dépasser son précédent record de 46°C. La Vallée de la Mort, en Californie, pourrait battre son propre record de 54°C, établi en 2013, lorsque des maxima dépassant les 53°C sont prévus pour dimanche et lundi.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Graison Dangor

<<< À lire également : Comment William Bridge, président de Green Cross International, mène-t-il la lutte contre le changement climatique ? >>>