Fortement implantée dans le Grand Ouest et la région Ile de France, AXO accompagne les projets d’équipement en fontaines à eau de ses clients issus de tous les secteurs d’activité (DisneyLand Paris, Ministère de la Défense, Ministère du Développement Durable…). Avec plus de 3 700 clients issus du domaine public comme privé, son chiffre d’affaires s’élève cette année à 2,4M€ pour un effectif de 25 personnes. Ses 6 agences et son réseau de sous-traitants permettent à AXO d’avoir une couverture nationale.

Nadine Le Bihan, vous êtes la dirigeante d’Axo, pourquoi avoir participé à cette aventure ?

J’ai créé la société AXO en juillet 1997, donc nous célébrons cette année nos 20 ans d’existence, parallèlement aux 100 ans de la commémoration fêtée à bord du Queen Mary 2. 20 ans c’est la vie devant soi, c’est pourquoi participer à The Bridge 2017 nous permet d’aborder l’avenir mieux armés. Les grandes entreprises et les PME réunies sur le même bateau avec des convergences économiques, de nouveaux modèles sociaux imaginés sur les transformations contemporaines du travail, telles sont les raisons qui ont justifié notre présence dans le Club des 100 de ce projet incroyable. En effet, le Club des 100 représente réellement 180 entreprises de tous horizons (banque, immobilier, chocolatier, communication, consultants, avocats…) et de toutes tailles, « victime » de leur propre succès. Cette réflexion sur le monde de demain nous impose à la fois d’être à l’écoute mais également d’être acteurs de cette transformation positive évoquée tout au long de ce séminaire hors du  commun. J’ai participé à des conférences le matin, déjeuners thématiques et ateliers de réflexion l’après-midi. Au final, une semaine de travail bien remplie, entrecoupée de concerts classiques et de jazz de haut niveau, tout en suivant le point course quotidien des Ultimes.

 

 

Dans cette transformation positive que vous évoquez, quelles sont les pistes envisagées dans votre secteur d’activité ?

Aujourd’hui, certaines pistes déjà bien avancées laissent entrevoir, dans un avenir proche, des changements considérables. Par exemple, comme tout le monde le sait, il y a de l’eau dans l’air, et bien j’ai pu voir au salon Aquatech de Shanghai, qu’il était possible de capter cette eau et la filtrer, ce qui ouvre de nouveaux horizons écologiquement et qualitativement très intéressants pour notre secteur entre autre.

Dans quel univers économique se situe votre développement d’entreprise ?

L’univers des grands, mais avec l’approche d’une PME consciente de l’importante de la qualité de service, garantie fondatrice de notre pérennité mais également source de notre développement. Nous connaissons depuis plus d’un an une croissance à deux chiffres (+27% du CA). Ces bons résultats nous ont permis de créer de l’emploi tout en adaptant notre structure aux transformations induites.

Le thème de la transition numérique est-il abordé au sein de votre société ?

Depuis  2016, nous avons fait le choix d’une dématérialisation allant du bon de livraison à la facturation. Cette démarche s’inscrit pleinement dans le respect de l’environnement et nous permet d’optimiser notre réactivité. Ainsi nous pouvons répondre à des demandes bien spécifiques parfois même liées à des phénomènes imprévisibles comme par exemple la canicule du mois de juin dernier où tous nos clients ont pu être livré en temps et en heure.