OpenClassrooms, le site de formations aux métiers du numérique, diplômantes et à distance, proposera dès le mois d’octobre un cursus en alternance 100% en ligne. Un premier partenariat a été noué avec Capgemini qui s’engage à accueillir une vingtaine d’alternants début 2018 et pendant 15 mois, avec à la clef, une potentielle embauche.

« Si un employeur veut embaucher trente développeurs, nous allons créer un cursus spécial, et l’étudiant signera un contrat d’alternance avec l’entreprise concernée », explique Pierre Dubuc, cofondateur d’OpenClassrooms. C’est une première en France, le site de cours en ligne aux métiers du numérique va proposer à partir de l’automne prochain des formations en alternance et sur la toile. La première entreprise à avoir tissé un partenariat avec OpenClassrooms est Capgemini. Durant trois mois, d’octobre à décembre, les vingt étudiants sélectionnés suivront une formation intensive à Java, de chez eux. Dès le début de l’année prochaine, ils intégreront Capgemini pour un contrat de 15 mois, au rythme de quatre jours par semaine en entreprise, en région parisienne ou à Toulouse, et un jour en formation, derrière leur écran. Des cours sous format MOOC, mais aussi des projets, selon les besoins de l’entreprise. Pratique et théorique. Au terme de ce total de 18 mois de formation, ils obtiendront un diplôme de niveau Bac+5, reconnu par l’Etat, et un contrat chez Capgemini, ou ailleurs, grâce à l’aide d’un mentor individuel.

« Au début, nous étions surpris, voire dubitatifs, mais la flexibilité de la formule proposée par OpenClassrooms nous a convaincu, notamment grâce à la possibilité de choisir le contenu des différents modules de formation », indique Jihane Baciocchini, directrice des recrutements chez Capgemini France. La formation portera sur Java J2EE et a été entièrement conçue en fonction des besoins de Capgemini. Pour postuler, il suffit d’avoir un Bac+3, pas nécessairement dans le secteur recherché. « Cela nous permet de diversifier les sources de recrutement, d’avoir une diversité des profils », approuve Jihane Baciocchini plus coutumière des candidatures d’anciens étudiants d’école d’ingénieur sur ce type de poste. La formule en ligne permet en effet de toucher un public parfois plus âgé, en reconversion professionnelle. 48 heures après l’ouverture des candidatures, OpenClassrooms, 500 personnes avaient déjà postulé. Pour départager les soupirants, un test est réalisé sur un module du parcours de formation, il permet une première pré-sélection, soumise à Capgemini. L’entreprise enclenche alors un parcours de recrutement plus classique avec entretien téléphonique, puis de visu. Pour les étudiants, la formation sera gratuite et l’alternance rémunérée par l’entreprise. 

Former sur un besoin client

OpenClassrooms, c’est un projet lancé en 1999 par deux collégiens. Depuis trois ans et demi, ce qui n’était qu’un hobby est devenu une entreprise. Leur objectif : « rendre l’éducation professionnalisante ». Ainsi, OpenClassrooms délivre des diplômes de Bac+2 à Bac+5, ou des certifications pour les formations courtes, le tout, reconnu par l’Etat. « Ensuite, nous garantissons que la personne trouvera un emploi dans les six mois qui suivront l’obtention de son certificat », expose Pierre Dubuc. Une date proposée au doigt mouillé ? « Si la personne valide un diplôme dans un secteur porteur et qu’elle est accompagnée dans son insertion, elle trouve du travail rapidement », ajoute-t-il. OpenClassrooms se targue d’atteindre un taux d’insertion de 100%. Chaque année, la jeune entreprise forme 3 millions de personnes, « la plupart viennent pour picorer », remarque Pierre Dubuc. Mais 100 000 ont trouvé un emploi après avoir validé une des certifications proposées.  Pour cela, « il faut être proche des attentes du marché et des entreprises. »

Or, selon Pierre Dubuc, 50 000 postes de développeurs restent vacants car les offres de formation ne sont pas toujours adaptées aux besoins des entreprises et qu’il n’y a pas assez de personnes formées. Un constat partagé par Jihane Baciocchini de Capgemini. Ce contrat d’alternance en ligne est sur-mesure. « Nous formons sur un besoin client ». Et d’autant plus pour ce nouveau cursus, co-construit entre l’entreprise et le formateur. « Le seul hic de cette formation en ligne est que les étudiants ne seront pas habitués à travailler ensemble », craint Jihane Baciocchini. « Mais nous avons 15 mois pour les faire monter en compétences sur le travail en équipe. »