Orchestrée par Jordan Cohen et  Elie Alexandre, la start-up parisienne Pharma Express propose la livraison aux particuliers de médicaments 24h/24 et 7/7 dans toute la France. Fort de partenariats de renom avec  SOS Médecins ou plus récemment avec Qare, la jeune pousse a pour ambition de permettre à tout un chacun de recevoir à domicile ses médicaments dans un laps de temps record.

L’accès aux soins et, de facto, aux médicaments pour tous ! Tel est le postulat de la start-up parisienne Pharma Express qui nourrit l’ambition (louable) de devenir un véritable « entremetteur » ou plutôt le facilitateur de référence entre le médecin, le pharmacien et le patient. Ciselée et peaufinée par le tandem Jordan Cohen et Elie Alexandre, la jeune société, sortie de terre en 2016, se présente sous la forme d’une application obéissant à un modus operandi résolument facile d’accès. Jordan Cohen, qui a déjà fourbi ses armes en tant que dirigeant au sein de l’entreprise familiale, ou plus récemment en tant qu’entrepreneur à la tête de la marque de vêtements JOJU, à destination des influenceurs, déroule la « promesse » de Pharma Express.  « En tant que patient, vous n’avez qu’à vous inscrire sur notre plateforme et désigner votre pharmacie référente. Ainsi, si cette dernière est partenaire de Pharma Express, vous avez toute latitude d’accéder au catalogue produits et à tous les services connexes. Sinon, vous pouvez vous géolocaliser et retrouver toutes les pharmacies à proximité ». L’objectif est limpide : mailler tout le territoire français – « Nous venons d’ouvrir Marseille et prochainement Lyon », appuie l’entrepreneur. –  et faire montre de réactivité en livrant les médicaments dans la journée ou dans la soirée.  « Et même en une heure à Paris», souligne Jordan Cohen


Pour parvenir à cet ambitieux dessein, la start-up a porté sur les fonts baptismaux son propre service de livraison avec ordonnance électronique baptisé  « Ordo Express », une application qui permet de chiffrer mécaniquement les communications entre médecins et pharmaciens.  Ainsi,  une fois l’ordonnance électronique envoyée par le médecin traitant à la pharmacie, Pharma Express dépêche un coursier à la pharmacie qui livre le patient. Seconde hypothèse : à travers l’application, le patient scanne l’ordonnance et la transmet à la pharmacie. Une fois que le patient a payé ses médicaments, Pharma Express envoie un coursier au domicile du patient pour récupérer l’ordonnance « originale », la ramener à la pharmacie et, seulement ensuite, livrer les médicaments dûment commandés.  Ayant vocation à « internaliser » son propre service de coursiers, la start-up mise également sur des partenaires régionaux.  « Il y a des zones où le circuit logistique reste à créer. Surtout que nous venons de signer avec 500 nouvelles pharmacies partenaires », souligne Jordan Cohen.

500 pharmacies partenaires

Un « bond en avant » colossal » sachant qu’en juillet 2017, la start-up ne comptait que cinq pharmacies partenaires. Mais depuis, Pharma Express a tracé son sillon et a également élargi son « champ des possibles » en signant un partenariat, toujours en juillet 2017, avec  SOS Médecins.  Une alliance « gagnante-gagnante » qui a donc permis à Pharma Express de « grimper » en notoriété, première pierre à l’édifice de la démocratisation de la livraison de médicaments. « Nous avons signé avec eux pour leur fournir notre technologie et ce afin que leurs patients se fassent livrer des médicaments sur ordonnance », développe Jordan Cohen.  Plus récemment, désireuse de consolider ses positions, Pharma Express a signé un partenariat similaire avec Qare, un service de consultation vidéo et d’informations médicales qui permet de répondre à toutes les questions de premiers secours.

Ces deux « nouveaux entrants » dans le domaine de la santé partagent la même vocation : améliorer et optimiser grandement le parcours de soin des Français. Via la livraison à domicile, Pharma Express donne un « sérieux coup de pouce » à toutes les personnes isolées ou étant en incapacité de se déplacer et qui peuvent désormais bénéficier de services de qualité équivalente au reste de la population. Avec, en filigrane, cette notion d’exigence et de sécurité sur laquelle Jordan Cohen refuse de transiger. « On ne livre pas des pizzas, il faut faire attention », soulignait l’entrepreneur, l’an passé, dans les colonnes des Echos.  En attendant, la réactivité demeure le « maître mot » de Pharma Express, comme son nom l’indique.  Une rapidité d’exécution qui devrait lui permettre de se démarquer d’une concurrence aux dents longues.  Toujours sur fonds propres, la start-up planche sur une levée de fonds pour assouvir son ambition : devenir le leader de la livraison de médicaments aux six coins de l’Hexagone.