Quand on pense à l’aide internationale, on imagine généralement des colis de nourriture, de vaccins et de systèmes d’assainissement de l’eau. De toute évidence, il s’agit là de besoins fondamentaux pour une société saine. Une autre composante, pourtant tout aussi fondamentale, est trop souvent négligée : la santé mentale.

La santé mentale est une cause mal servie dans l’aide internationale pour les mêmes raisons qu’elle reste un sujet tabou dans la plupart des pays. Tout d’abord, un stigmate y est associé. Si quelqu’un souffre d’une maladie mentale, la conception commune est qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez lui, comme personne, comme être humain.

Dans le cas des maladies physiques, la maladie est séparée de la personne. En cas de maladie mentale, c’est plus compliqué. La maladie affectant l’esprit, c’est compréhensible dans une certaine mesure, mais cela ne le rend pas moins mauvais. La santé mentale est souvent perçue comme un bien de luxe. Si quelqu’un souffre de dépression, cela signifie qu’elle n’est qu’une personne pleurnicheuse dont tous les besoins fondamentaux sont satisfaits. Évidemment, il n’y a rien de plus faux que cette affirmation, mais il est inquiétant de constater qu’elle est courante.

De plus, dans le cas de l’aide internationale, la santé mentale lutte pour attirer les dons à cause d’un problème de marketing. Des recherches ont montré que les gens sont susceptibles de donner deux fois plus s’ils ont de l’empathie pour une photo, plutôt que de se voir présenter des statistiques simples. Il est évident qu’il est beaucoup plus facile de saisir une maladie physique ou un besoin matériel sur une photo, plutôt qu’une maladie mentale.

En conséquence de ce cocktail de problèmes, la santé mentale est l’un des problèmes de santé les plus négligés dans les pays en développement.

Cette question invisible a des conséquences assez tangibles. Peu importe que l’on puisse acquérir une nouvelle compétence grâce à un projet d’ONG ou bénéficier d’un programme de prévention de la malaria, si l’on souffre d’une maladie mentale, l’impact positif de ces programmes est considérablement réduit.

Les répercussions socio-économiques des maladies mentales non traitées sont dévastatrices. Un organisme de bienfaisance, Strongminds, a entrepris d’inverser cette tendance. Il a été fondé début 2013 par Sean Mayberry, ancien diplomate et spécialiste du marketing social.

 

Après avoir passé une décennie à mettre en œuvre des programmes de lutte contre le VIH/sida et la malaria, il s’est rendu compte de l’impact dévastateur de la maladie mentale en Afrique et a décidé de lutter contre ce problème en adoptant une approche fondée sur des preuves.

Si la santé mentale est le problème de santé le plus négligé dans les pays en développement, la dépression est la maladie mentale la plus répandue. Elle touche deux fois plus les femmes que les hommes. En Afrique, la dépression touche une femme sur quatre et, parmi ces femmes, l’écrasante majorité, 85 %, n’a pas accès au traitement.

Il semblait donc logique que Strongminds concentre ses efforts sur les femmes souffrant de dépression. La deuxième étape importante pour l’organisation a été de trouver un moyen efficace et peu coûteux de régler ce problème. Ils ont ensuite mis au point une intervention unique contre la dépression basée sur la psychothérapie interpersonnelle de groupe. Le modèle thérapeutique de Strongminds consiste en une période de 12 semaines de 60 à 90 séances. L’organisation s’efforce d’habiliter les femmes qui ont terminé un cycle de thérapie de groupe à diriger leur propre groupe de thérapie, ce qui rend le processus évolutif et peu coûteux.

Cette méthodologie s’est avérée efficace pour plus de 80 % des femmes traitées par Strongminds. L’aspect intéressant et innovant est la façon dont l’organisation concilie une approche fondée sur des preuves avec une stratégie de communication humaine et facile à mettre en œuvre. En allant sur leur site Web, on peut immédiatement ressentir l’urgence du problème auquel ils s’attaquent, également grâce à leur couverture d’histoires personnelles sur la dépression. Jusqu’à présent, leur travail s’est principalement concentré sur l’Ouganda, mais en 2019, ils prévoient d’étendre leur portée en Zambie et de cibler spécifiquement les adolescents souffrant de dépression.