Thomas Edison, Steve Jobs, Jack Ma, Jeff Bezos, Mark Zuckerberg, Elon Musk, Ingvar Kamprad… Le point commun de ces entrepreneurs est d’avoir bâti des empires. Mais cette réussite est-elle leur seule similitude ? Vous imaginez bien que non ! C’est précisément la question sur laquelle se penche un livre, Les entrepreneurs de légende, qui relève trois points communs entre ces entrepreneurs.

 


1°) Pas d’unité de parcours ou de formation

Comme nous le remarquions avec David Ringrave dans Réussites Made in France, il n’y a pas de parcours type ou de formation particulière pour devenir un grand entrepreneur. Toute personne peut, un jour, décider de se lancer dans l’entrepreneuriat sans avoir à demander la permission à qui que ce soit. Et il serait bien difficile de parier sur la réussite de tel entrepreneur plutôt que de tel autre…

En effet, peuvent réussir aussi bien des génies scientifiques comme Elon Musk (diplômé de Wharton et docteur de l’université Stanford) que des personnes ayant un bagage scolaire plus modeste et un profil moins intellectuel, comme Jack Ma, qui s’amuse encore d’avoir été recalé dix fois à l’entrée de Harvard… et que KFC a même refusé d’embaucher pour servir du poulet frit !

 

2°) Tous ont apporté une idée nouvelle

S’ils n’ont pas de parcours identiques, les entrepreneurs de légende racontés par Sylvain Bersinger ont tous apporté un concept nouveau, même s’il peut sembler trivial. Ainsi, il y a eu de véritables révolutions comme l’ampoule électrique de Thomas Edison ou l’algorithme qui a fondé la réussite de Google… mais aussi plus modestement le lancement de concepts nouveaux autour de produits existants déjà.

Par exemple, Henri Ford n’a pas inventé l’automobile mais il a fabriqué des voitures en série pour la classe moyenne. De même, IKEA n’a pas inventé le mobilier d’intérieur mais l’entreprise doit son succès à la vente de meubles non assemblés mais disponibles en kits à prix réduits. C’est un peu l’histoire de l’oeuf de Christophe Colomb : une idée d’apparence toute simple, tellement simple que personne n’y avait pensé avant !

 

3°) Tous sont passionnés… et obstinés !

Sauf exception (qui confirme la règle), la réussite ne tombe jamais toute cuite dans la main de celui qui la reçoit. Ainsi, on constate que tous les grands entrepreneurs sont des passionnés et des obstinés, même s’il est vrai qu’ils ont parfois connus la réussite très jeune. Par exemple, Steve Jobs et Mark Zuckerberg ont réussi dès leur première tentative et ont bâti des empires avant leur trentième anniversaire, quoiqu’ils aient dû se bagarrer pour y parvenir. Pour d’autres, comme Henri Ford, le succès n’a commencé à se manifester qu’à partir de quarante ans, et après plusieurs essais avortés.

Mais dans tous les cas, les grands entrepreneurs ont confondu leur vie avec leur projet, entraînés dans leur passion. Une passion qui n’a d’ailleurs pas pour objectif premier l’enrichissement personnel… Ce qui compte aux yeux des entrepreneurs est la réussite de leurs projets, la fortune n’étant qu’une conséquence agréable de cette motivation première.