Happn, Les Secrets De l’Appli De Dating (Chronique D’Effectuation #38)

Certains vous diront que la technologie aliène, d’autres qu’elle rapproche. Pour Didier Rappaport, CEO d’happn et co-fondateur de Dailymotion, elle peut « aider les sociétés à aller vers du mieux ». Partisan de ce qu’il appelle la « Tech for good », il nous livre son histoire et son analyse de l’entrepreneuriat sans concession.

 


En Deux Mots. Une Seconde Chance.

Que vous soyez un adepte des rencontres en ligne ou un puriste préférant rencontrer les gens en vrai, la technologie de géolocalisation vous permettra de retrouver une personne récemment croisée dans la rue. Si l’intérêt est réciproque, la conversation peut alors commencer. L’application vous offre surtout une seconde chance pour aller parler au Crush que vous n’avez pas osé aborder !

L’Idée. Qui Part Évidemment D’Une Rencontre.

Rencontre inattendue ? « J’ai beaucoup d’idées, et toujours le même mode de fonctionnement. Je m’enflamme pour quelque chose, puis je laisse l’idée s’endormir. Le ménage se fait tout seul, et à un moment, l’idée s’impose. » Ce n’était pas vraiment un hasard donc, mais plus une corrélation si au cours d’une rencontre des étincelles se forment avec deux autres entrepreneurs. Ceux-ci proposaient un projet intéressant mettant en œuvre une technologie de géolocalisation. Là, l’idée de l’appliquer au dating est ressortie, et c’est ainsi qu’elle est devenue le « focus » de la future entreprise.

Didier nous rapporte : « Un entrepreneur doit toujours rester concentré sur son idée. Au premier jour, il n’a pas de vision claire et fermement dessinée, mais plutôt une forte intuition. C’est une fois lancé, au gré de l’activité, qu’il affine et précise sa vision, continuellement en construction. On pourrait presque dire que l’entrepreneur navigue vers son objectif principal, en fonction des courants et des marées du marché. Ainsi parfois, la direction sera celle prévue à l’origine, d’un point A à B, puis d’autres fois elle aura suivi ou été emportée par un courant fort. C’est donc dans la souplesse et le pragmatisme que l’entrepreneur se fraie un chemin, avec toujours son idée en ligne de mire pour garder le cap. Ainsi une entreprise doit être agile pour pouvoir être durable. ».

 

La Mise En Œuvre. Après Le Premier Pas.

Agile, oui, mais sur des bases solides. En 2013, l’équipe composée de 5 personnes est prête pour attaquer le marché. L’application repose sur le triptyque « rencontre, localisation, temps réel », mais cela ne suffisait pas à Didier. « C’est super, mais on ne peut pas la mettre sur le marché ». Il fallait que happn possède dès le début quelque chose de spécial. Le lancement ne commença qu’après l’émergence de l’idée : « Retrouvez qui vous croisez ».

Compte tenu du secteur d’activité et de la concurrence, Didier estimait que dès la première année, l’entreprise devait connaître une croissance forte en audience. D’où la volonté de créer rapidement une communauté avec un produit simple à utiliser, qui possède déjà une identité affirmée. Il nous confie : « Il ne faut pas avoir peur de l’échec. D’autre part, il faut savoir aussi accepter l’échec pour pouvoir limiter les dégâts et ne pas s’épuiser ».

Il a lui-même beaucoup appris de ses anciennes expériences, aussi bien dans la réussite que dans l’échec. « Avec Dailymotion, on n’avait pas de business model. La croissance était énorme, gigantesque, mais cela ne rapportait pas d’argent. » L’application happn, quant à elle, a été rapidement monétisée, malgré la même tendance à la croissance désordonnée qui est très difficile à gérer. « Il faut avoir le bon réflexe de se reconcentrer, nous dit-il. On a pris de la hauteur, mis de l’ordre et commencé à tout ordonner. Après 5 ans, je suis très fier de le dire, nous sommes rentables. »

 

Les Difficultés. Des Ruptures.

Gérer la croissance, ce n’est pas que gérer le produit, mais aussi les personnes qui travaillent pour ce produit. Didier nous explique que « les équipes des premiers jours vont forcément changer. Ceux qui créent et ceux qui industrialisent ne sont pas les mêmes. » Cela ne demande pas le même talent, et pour Didier des ajustements sont souvent nécessaires, même à des postes clés. « Le cas idéal, serait qu’une personne évolue avec sa boîte. Mais cela n’arrive jamais. Si moi je dirige encore, c’est parce que j’ai les cheveux blancs, nous confie-t-il ».

 

Le financement. On ne vit pas d’amour et d’eau fraîche.

Tout est parti d’un premier financement personnel de Didier. « Je sais qui contacter et comment assembler les briques. Ce sont ces fonds qui nourrissent l’entreprise pendant sa croissance jusqu’à atteindre la rentabilité. »

Un conseil : ne pas vendre de la rentabilité aux investisseurs, mais un projet. « Ne pas dire : cela va rapporter beaucoup, nous explique-t-il, mais : nous sommes au point A, et avec de l’argent nous pouvons aller au point B ». Il nous précise bien que de savoir trouver des fonds ne veut pas dire qu’ils tombent miraculeusement. Si happn a été suivi facilement par des investisseurs, c’est en partie grâce à la capacité d’avoir su répondre à des attentes et un schéma. Et surtout en France, ou plus généralement en Europe. Les investisseurs européens ont selon lui beaucoup plus tendance à faire attention au business model que les Américains qui, eux, vont se focaliser sur le produit en premier lieu pour ensuite chercher à le rentabiliser.

Ce qui n’a pas empêché happn de trouver des fonds : au total, l’application a levé plus de 30 millions lors de trois tours de table, chacun aux alentours de 10 millions.

Téléchargeable dans le monde entier et activement marketée dans plus de 40 villes et une vingtaine de pays, L’application happn compte bien réaliser son ambition de devenir le leader du dating par application mobile. 

 

Chronique co-réalisée avec @Jean Rognetta, Directeur de la rédaction de Forbes France, @Florian Bercault  et Jean-Baptiste d’Estimeo

applicationSite de rencontres