Plateforme permettant actuellement à plus de 20 000 utilisateurs de rester « branchés » à l’actualité, le Chatbot Freshr propose chaque jour, via Messenger, un condensé des sujets qui « font la une », qu’ils soient politiques, économiques, sportifs, culturels ou encore internationaux. Son cœur de cible : les Millennials.

Pivoter : un verbe bien connu, pour ne pas dire incontournable, de toutes celles et ceux qui évoluent dans l’écosystème start-up, et qui permet à chaque entreprise désireuse de renouveler sa proposition de valeur de pouvoir le faire en toute agilité. Un postulat sur lequel s’est véritablement bâti Freshr, ce chatbot permettant aux 18-35 ans – « notre cœur de cible », déclare Romain Torres, 22 ans, cofondateur de la plateforme – de bénéficier d’un condensé de l’actualité chaque matin. En dépit de son jeune âge, l’entrepreneur a déjà plusieurs petits projets derrière lui. « En école de commerce, comme nous avions mine de rien pas mal de temps libre, nous avons créé plusieurs applis étudiantes », se remémore-t-il. Avant de poser les jalons d’une véritable création entrepreneuriale baptisée « Major Rocket », un service de conciergerie par SMS ayant pour leitmotiv de « gérer le temps » de ses utilisateurs. Le message est limpide : « on s’occupe de tout ce que vous n’avez pas le temps de faire », développe Romain Torres. Et le succès est au rendez-vous.

« Cela marchait même très bien », surenchérit le jeune homme qui a lancé ce projet en compagnie de l’un de ses camarades, Dylan Fournier. Toutefois, les deux comparses vont vite se « heurter » au plafond de verre inhérent à ce type de structure. « On voulait faire quelque chose de « scalable », de très gros, être en mesure de pouvoir concurrencer les gros leaders du digital comme Facebook ou Google, à très long terme, bien entendu. Nous voulions façonner un projet ultra ambitieux et Major Rocket ne permettait malheureusement pas d’attaquer ce type de marché », développe l’entrepreneur. Un constat empreint de lucidité qui va donc enjoindre les deux amis à ainsi faire « pivoter » leur proposition initiale… grâce au fameux « retour d’expérience », autre incontournable de la galaxie start-up.

Freshr sur rampe de lancement

« Sur Major Rocket, nos utilisateurs nous demandaient pléthore de choses, mais nous avons néanmoins pu constater une véritable appétence pour l’actualité. 80% de nos demandes concernait justement des requêtes relatives aux informations ». C’est à ce moment-là que le « retournement » – s’opère et que « Major Rocket » mute en Freshr, Chatbot sur Messenger qui, comme évoqué en préambule, envoie chaque matin à ses utilisateurs des messages concis pour suivre et comprendre l’actualité. Et si les chiffres étaient résolument prometteurs sur Major Rocket, la croissance grimpe en flèche sur Freshr, explosant au passage ledit plafond de verre. Dès lors, quelle est la promesse de Freshr, ce chatbot qui démarre comme une simple conversation sur Messenger ? Une fois « la glace brisée » entre Freshr et vous, le Chatbot vous demande quelles sont vos préférences entre startup/digital et business/finance, puis vient le tour du sport, des sciences ou encore de la culture. Une manière somme toute efficace de cibler les sujets de prédilection des potentiels utilisateurs.

Et si ces derniers recherchent des sujets sortant des sentiers battus ? Rien de plus simple, aux dires de ses fondateurs. Il suffit de demander ! Écologie, programme économique d’un candidat ou encore conflit international… En quelques minutes, Freshr a la capacité de synthétiser un article et de le diffuser afin de répondre aux doléances de ses clients les plus pointilleux. « Freshr bénéficie d’une technologie appuyée par une équipe de rédacteurs. De plus, l’intelligence artificielle apprend également des interactions au quotidien avec les utilisateurs pour personnaliser davantage le chatbot », souligne Romain Torres. En outre, l’outil s’évertue à lutter contre les « Fake News » en évitant l’overdose d’informations (« l’infobésité ») et surtout en vérifiant scrupuleusement les informations diffusées. Pour ce faire, Freshr source systématiquement ses « News » en dirigeant ses utilisateurs vers un article dit sérieux à la fin de ses brèves, pour tous ceux désireux de consulter l’information à sa source.

A la conquête de l’Amérique

Aujourd’hui Freshr, c’est 3 millions de messages par mois et 20 000 utilisateurs. Un contingent qui ne cesse de croître. L’objectif est d’atteindre les 100 000 d’ici la fin de l’année civile. Une ambition tout à fait réaliste au regard de la courbe de croissance résolument prometteuse après simplement « 4 mois de vie ». Rejoints rapidement par deux ingénieurs : Julien Mas, expert en marketing, et Juan Manuel Munoz Perez, directeur de la technologie (CTO), et aidés désormais par une équipe de neuf rédacteurs ultramotivés – selon leurs propres termes – Romain et Dylan espèrent encore faire grandir leur structure et la rendre « scalable », selon leur ambition initiale. La suite pour Freshr ? S’attaquer au marché américain. « Que ce soit pour 3 utilisateurs ou 3 milliards, le mode opératoire reste le même », assure Romain. Après avoir brisé le plafond de verre, Freshr veut désormais traverser l’Atlantique. L’avenir appartient aux audacieux.