Malgré la crise politique en cours en Catalogne et une décennie de récession, l’Espagne est de retour. L’économie est revenue à sa taille d’avant la crise et l’expectative d’une croissance de 2,8% du PIB en 2018 ouvre de nouvelles opportunités pour les entrepreneurs, contribuant ainsi à réduire un taux de chômage encore élevé.
 
La communauté des start-up espagnoles a connu une croissance de 20% en 2017. Barcelone reste en tête avec 34% de start-up au niveau national, suivie de près par Madrid (31,5%). Les deux villes se classent parmi les dix premiers hubs européens. En 2017, les sociétés technologiques espagnoles ont réalisé 195 tours de financement, collectant 784 millions d’euros. Ces chiffres représentent des montants jamais atteint, ce qui met en évidence la maturité et la croissance des start-up espagnoles.
 
L’économie espagnole a commencé à se redresser dès 2014, avec une croissance du PIB de 1,4%, selon le Fonds monétaire international (FMI).

L’esprit d’entreprise, avec des entrepreneurs avertis et ayant une vision globale et une grande capacité d’internationalisation, a contribué à surmonter un taux de chômage qui est passé de 26% en 2013 à 15% en 2017.
Les entreprises, les universités et les organismes gouvernementaux sont conscients de l’importance des entrepreneurs pour le pays. Téléfonica, BBVA, Iberdrola et Santander font partie d’un réseau d’entreprises qui soutiennent les start-up, tandis que les universités développent des programmes de formation pour susciter et accroître les compétences entrepreneuriales des étudiants.

Un système de formation de haute qualité est essentiel pour développer un écosystème entrepreneurial. Le pays compte trois universités dans le European Business School Ranking du Financial Times: IE Business School, IESE Business School et Esade Business School, qui créent des réseaux solides et incitent les entrepreneurs issus de leurs rangs à s’engager et à croître ensemble.

Les réformes effectuées pendant la crise financière se sont traduites par une baisse du coût du travail, avec de nombreux jeunes diplômés talentueux dans les secteurs de l’ingénierie, du commerce et du design. Le coût de la main-d’œuvre a diminué de sept points au premier trimestre 2018 par rapport au quatrième trimestre 2017, selon l’Institut national de la statistique. Le chômage des jeunes a atteint 33,8% en mai 2017, sous la moyenne des 34,7% au cours des trente dernières années, et loin du record absolu de 55,9% en février 2013.

Le gouvernement espagnol et les institutions locales (ICEX Espagne Commerce et Investissement, Instituto del Crédito Especial, Espagne Tech Center) sont des acteurs du changement, offrant un soutien financier aux entrepreneurs. Les grandes entreprises espagnoles promeuvent l’entrepreneuriat et les concours avec remises de prix  pour encourager la création de nouveaux projets.
Même si les prix de l’immobilier ont augmenté en raison d’une augmentation de la demande internationale, il n’est pas difficile de trouver des bureaux pour une nouvelle entreprise, généralement à des tarifs inférieurs à la moyenne européenne. Malgré la hausse des prix au cours des deux dernières années, les prix des logements à l’échelle nationale sont toujours inférieurs d’environ 38% aux niveaux records enregistrés avant la crise mondiale.

L’Espagne a un patrimoine culturel unique et c’est un grand pays où il fait bon vivre. Bien connue pour sa gastronomie, ses vins et l’hospitalité de ses habitants, l’Espagne a dépassé les États-Unis en 2017 en tant que deuxième destination touristique la plus populaire au monde, selon l’Organisation mondiale du tourisme.
Le pays se classe au-dessus de la moyenne en ce qui concerne l’équilibre travail-famille, le logement, les relations sociales et la sécurité personnelle selon le Better Life Index. En général, les Espagnols sont satisfaits de leur vie. Sur une échelle de zéro à dix , ils donnent une note de 6,4 concernant leur satisfaction générale, largement conforme à la moyenne de l’OCDE.
Pour prospérer dans le pays, il est préférable d’apprendre l’espagnol. Une part importante de la population ne parle pas anglais. Seul 14% des étudiants espagnols ont atteint un niveau B1 (intermédiaire) en anglais.

Le pays a développé un écosystème résilient et créatif, malgré de nombreux défis. La crise passée a eu un impact dramatique sur l’emploi et la confiance dans les emplois traditionnels, mais a également favorisé l’esprit d’entreprise chez les jeunes et les professionnels et a ouvert un espace aux talents internationaux. Avoir son siège social en Espagne est l’occasion d’atteindre toute la communauté hispanophone, qui est la deuxième au monde à l’ère du digital, et de faire l’expérience d’un environnement très propice à l’entrepreneuriat.