Bloomberg Innovation Index, sixième édition. Chaque année, la société d’information économique et financière classe, selon sept critères, les pays les plus innovants de la planète. Si la Corée du Sud arrive une nouvelle fois en première position, les Etats-Unis sortent du top 10, et la France passe devant le pays de l’oncle Sam en grimpant à la 9ème place.

La sixième édition du Bloomberg Innovation Index installe une nouvelle fois la Corée du Sud sur la première marche du podium. Surprise, les Etats-Unis sortent du top 10 en perdant deux places, dépassés par la France qui, en gagnant deux places, grimpe à la 9ème position.

Chaque année, la société d’information économique et financière Bloomberg classe les pays les plus innovants de la planète en fonction de sept critères : les découvertes scientifiques, le nombre de chercheurs par rapport au reste de la population, les dépenses dans les innovations, les brevets enregistrés, la valeur ajoutée manufacturière, le nombre d’entreprises dans le secteur des nouvelles technologies, et le dynamisme du secteur tertiaire. Bloomberg délivre ensuite une note sur 100 à chaque pays.

La France, 9ème

Comment expliquer cette entrée dans le top 10 de la France ? En obtenant une note de 80,75/100, la France se place devant Israël (80,64 points), dixième comme l’an passé. Cette progression s’explique notamment par une amélioration de la productivité, la France passant de la 18ème à la 14ème place. Côté recherche, elle enregistre une perte de trois places passant de la 18ème à la 21ème place en nombre de chercheurs consacrés à l’innovation. Mais gagne une place en nombre de brevets déposés, passant de la 10ème à la 9ème position. Dans ce top 10, la France rejoint ainsi cinq autres pays du continent : Suède, Allemagne, Finlande, Danemark et Suisse. 

Les deux premiers de ce classement des pays les plus innovants demeurent inchangés avec la Corée du Sud et la Suède. Pour la Corée du Sud, il s’agit d’une 5ème année consécutive en or. Sa société Samsung n’y est pas pour rien que ce soit en terme de nombre de brevets, mais aussi parce que l’entreprise requiert de se livrer chez des fournisseurs d’équipements numériques.

Singapour détrône l’Allemagne sur la troisième marche du podium, notamment parce que Singapour met l’accent sur l’éducation en matière de sciences et de technologies.

Quant aux Etats-Unis, leur chute s’explique par un manque de dynamisme dans le secteur tertiaire qui comprend la part de diplômés dans les domaines des sciences et de l’ingénierie.  

Les plus fortes baisses ont été enregistrées cette année par la Nouvelle-Zélande et l’Ukraine qui perdent quatre places, mais rien à voir avec la chute de quatorze places accusée l’année dernière par la Russie.