Malgré un premier trimestre chaotique assombri par le casse tête de la production de la Model 3, le constructeur automobile peu conventionnel Tesla pense avoir passer un cap et pourrait enfin générer des profits au second semestre, uniquement si tout se passe comme prévu.

Les pertes nettes de Tesla s’élèvent à 709,6 millions de dollars (592,65 millions d’euros) pour le premier semestre 2018 et elles constituent un record pour la marque. Elles surpassent ainsi les 675,4 millions de dollars (564 millions de dollars) de pertes du semestre précédent. La perte par action atteint quant à elle 3,35 $ (2,80 €). Ce résultat est tout de même meilleur que les prévisions, qui tablaient sur une perte nette de 713 millions de dollars (595,4 millions d’euros), soit 3,54 $ (2,96 €) par action, selon FactSet.

Mais Elon Musk et le directeur financier de Telsa, Deepak Ahuja, ne sont pas du genre à ruminer le passé. Ils ont, en effet, présenté  leurs attentes pour le semestre prochain, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles sont optimistes. Cet espoir repose sur une nette accélération de la production de la Model 3 et des batteries, ainsi que sur la réduction des dépenses.

« Si tout se passe comme prévu, nous atteindrons au moins des rentrées nettes positives, sans compter les compensations en actifs non monétaires lors du troisième et quatrième semestre. Nous pensons également atteindre la rentabilité comptable sur les deux prochains trimestres », détaillent Elon Musk et Deepak Ahuja dans la lettre destinée aux actionnaires et rédigée cette semaine.

Cette dernière est la preuve que les projets d’Elon Musk s’amoncèlent sur son bureau et qu’il devrait lever le pied. En effet, on compte déjà un nouveau roadster, un semi-remorque, le crossover Model Y et la technologie de conduite autonome. Tesla prévoit de réduire les dépenses de presque 400 millions de dollars (334 millions d’euros) par rapport à l’an passé.

Selon Elon Musk et Deepak Ahuja, Tesla envisage de « se focaliser sur des besoins essentiels à court terme et dont l’entreprise sera le premier bénéficiaire sur les deux prochaines années. Pour le moment, nous prévoyons que les dépenses totales de 2018 devraient se situer sous la barre des 3 milliards de dollars (2,5 milliards d’euros), ce qui est inférieur au total de 2017 qui avoisinait les 3,4 milliards de dollars ( 2,83 milliards d’euros) ».

Il y a maintenant 10 mois, Elon Musk avait déclaré que le lancement de la Model 3 serait tumultueux, et il ne s’est pas trompé. Mais cette prédiction ne justifie pas à elle seule les résultats du trimestre, durant lequel le constructeur a par ailleurssubi une enquête fédérale à la suite d’un accident mortel de Model X impliquant le logiciel de conduite autonome de la marque, Autopilot, l’examen des conditions de travail dans son usine de Fremont en Californie et des inquiétudes concernant la trésorerie. Mais ces dernières semaines, la chute de 25 % du cours de l’action, la nervosité des investisseurs, la perte potentielle de centaines de milliers de réservations de Model 3 – dont la plupart ont été faites il y a plus de deux ans -, pourraient aider Elon Musk à se rendre compte que les plans qu’il a tiré sur la comètes pourraient gagner en crédibilité avec des résultats tangibles dès cette année.

De plus, Elon Musk a laissé croire qu’une sorte de restructuration pouvant impliquer certains fournisseurs était à l’étude : « C’est problèmes sur problèmes », a-t-il déclaré sans donner de détails.

« L’entreprise s’en est légèrement mieux sortie que ce que prévoyaient les analystes. Elle a réussi à réduire les dépenses. C’est une année décisive pour le constructeur », explique Michelle Krebs, analyste pour Autotrader. « Mais il subsiste encore une question : les investisseurs vont-ils amener plus d’argent dans la société, et cette dernière réussira-t-elle à relever le défi de la production de la Model 3 ».

La production hebdomadaire de la Model 3, commercialisée à 35 000 $ (29 200 €), a augmenté tout au long du trimestre, pour péniblement atteindre les 2 000 exemplaires. L’entreprise a affirmé que, « dans deux mois », elle produira au moins 5 000 unités par semaine.

La cadence de production de la Model 3 doit considérablement augmenter, car plus de 450 000 acheteurs attendent encore leur véhicule, et leur patience a certainement des limites. Lors de l’annonce des résultats, Elon Musk n’a pas souhaité aborder le sujet des réservations et l’entreprise n’a pas précisé combien d’annulations elle avait reçues.

Les arrhes versées lors des précommandes de véhicules (Model 3, Model S, Model X, roadsters et semi-remorques) atteignent la somme faramineuse de 984,8 millions de dollars (822, 3 millions d’euros), contre 853,9 millions de dollars (713 millions d’euros) fin 2017.