Les combustibles fossiles sont responsables de 73 % des gaz à effet de serre (GES) dans le monde, tandis que l’industrie pétrolière et gazière est à l’origine de près de 50 % de ces gaz. L’une des façons de réduire les GES est de diminuer la production de pétrole et de gaz, et l’une des façons de diminuer la production est de se diversifier et d’investir dans les énergies renouvelables.


 

Aux États-Unis, les entreprises se sont concentrées sur des méthodes moins directes pour réduire les GES (c’est-à-dire changer le processus) :

  • L’un des moyens de réduire les GES consiste pour les entreprises à rendre plus écologiques leurs propres opérations en utilisant l’électricité éolienne ou solaire pour pomper les fracturations, par exemple. Mais cela ne représente tout au plus que 25 % des GES d’une entreprise – les 75 % restants sont dus à la combustion des produits pétroliers et gaziers.
  • Une façon moins directe de réduire les GES est de nettoyer les fuites de méthane des puits, des pipelines et des installations de traitement. Pour abroger les règles mises en place en septembre dernier, le Sénat américain a adopté fin juin un nouveau projet de loi visant à supprimer les fuites de méthane comme cause de pollution atmosphérique dans les opérations pétrolières et gazières et à permettre à l’Agence de protection de l’environnement (EPA) d’adopter des réglementations plus strictes en la matière. Selon EDF, le méthane est responsable de 25 % du réchauffement que nous connaissons actuellement. L’avenue la plus rapide et la moins coûteuse pour ralentir le rythme du réchauffement aujourd’hui est de limiter les émissions de méthane de l’industrie pétrolière et gazière. Un élément clé du « moment » que connaît actuellement le méthane se trouve entre les mains de l’EPA, qui est aux prises avec de nouvelles règles de contrôle des émissions de méthane. Les nouvelles règles qu’elle propose sont attendues pour le début du mois d’octobre 2021.
  • Capture et stockage du CO2 (CSC). ExxonMobil stocke 9 millions de tonnes métriques de CO2 chaque année, soit l’équivalent de 11 millions de pots d’échappement de voitures par an. L’entreprise prévoit d’investir 3 milliards de dollars pour 20 nouvelles installations de CSC. La société envisage un consortium de 100 milliards de dollars réunissant des entités pétrolières et gazières et le gouvernement pour capter puis enfouir les GES sous le Golfe du Mexique. Dans le cadre du CSC, « enfouir » signifie injecter du CO2 dans les profondeurs du sous-sol, où il est contenu par des couches rocheuses non fuyantes et finit par se fondre chimiquement dans la roche. Le CSC est une approche non directe car il n’empêche pas l’émission de GES par les combustibles fossiles. Il ne fait que capturer et enfouir les GES qui en résultent. Mais le CSC sera important pour le concept de zéro émission nette, car il constitue une issue de secours pour se débarrasser de tout GES fossile restant.

En revanche, le continent européen regorge d’exemples d’intégration des énergies renouvelables dans son avenir :

  • Le Danemark, leader mondial de l’énergie éolienne, a récemment mis fin à la prospection pétrolière et gazière et prévoit d’arrêter sa production de pétrole d’ici 2050.
  • La Norvège possède une industrie pétrolière et gazière dynamique, dont la majeure partie est exportée et dont l’empreinte carbone est élevée. Mais Equinor développe des systèmes d’éoliennes offshore, et s’est même associé à la société britannique BP pour fournir de l’électricité à la ville de New York. Equinor est également le leader mondial de l’adoption des véhicules électriques (VE), qui représentent aujourd’hui 60 % des nouvelles ventes, grâce à des incitations politiques nationales telles que des réductions de la TVA et de la taxe carbone pour les VE.
  • BP s’est engagé à investir 40 % de son budget dans les énergies renouvelables d’ici à 2030 et étudie actuellement les plans d’une grande usine d’hydrogène bleu à Teesside, au Royaume-Uni.
  • En France, TotalEnergies a investi 8 milliards de dollars dans les énergies renouvelables depuis 2016, dont 2,5 milliards de dollars dans Adani Green Energy, où ils partagent un partenariat de 50 % dans les systèmes d’énergie solaire de l’entreprise.
  • D’ici 2021, Shell en Allemagne fournira 10 MW d’hydrogène vert. En Irlande, ils seront partie prenante à 51 % dans un parc éolien de 300 MW.

La production américaine de pétrole et de gaz est restée largement concentrée sur ses succès antérieurs – notamment la remarquable révolution du schiste de ces 20 dernières années.

Ce qui pourrait changer la donne, c’est que la demande de pétrole et de gaz aux États-Unis diminuera si le gouvernement Biden atteint ses objectifs de rendre plus écologique l’électricité et de passage des voitures et des camions aux véhicules électriques. Si l’offre suit la demande, le pétrole et le gaz pourraient chuter de 30 % entre 2020 et 2030-2035.

Les dizaines de sociétés pétrolières et gazières qui prospèrent dans le bassin du Delaware, au sud-est du Nouveau-Mexique, pourraient investir dans des systèmes éoliens et solaires dans le désert de Chihuahuan. Le Nouveau-Mexique s’est engagé à produire 80 % de son électricité à partir de sources renouvelables d’ici 2040.

Il y a de l’argent pour le faire – le bassin a gagné environ 24 milliards de dollars par an à la tête du puits en 2019, et gagnera encore plus en 2021. Le moratoire fédéral de janvier 2021 sur les nouvelles locations de puits de pétrole et de gaz sur les terres fédérales offre l’occasion et la motivation de faire cela dans le désert.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Ian Palmer

<<< À lire également : Yannick Jadot sera le candidat d&#8217;Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle de 2022 >>>