Les États-Unis partageront les doses stockées de vaccin AstraZeneca avec d’autres pays une fois que le vaccin contre le coronavirus aura été approuvé par les autorités fédérales de sécurité, a déclaré la Maison Blanche lundi.

 

Principaux faits

  • Cette décision ouvre la voie à l’exportation de 60 millions de doses du vaccin AstraZeneca dès qu’elles seront disponibles, selon Andy Slavitt, conseiller principal de la Maison Blanche en matière de pandémie.
  • Les doses ne seront données qu’après avoir été approuvées par la Food and Drug Administration américaine, qui testera l’innocuité et la qualité du vaccin au cours des prochains mois.
  • Le vaccin AstraZeneca a été approuvé pour une utilisation d’urgence dans des dizaines de pays, mais pas encore aux États-Unis.

 

Le contexte

Les États-Unis ont commandé plus de 300 millions de doses du vaccin AstraZeneca l’année dernière, mais la société n’a pas déposé de demande d’utilisation d’urgence auprès de la Food and Drug Administration en raison de la stagnation des essais cliniques. La décision de partager les doses d’AstraZeneca est intervenue alors que l’administration Biden faisait face à une pression croissante pour aider les efforts d’inoculation mondiaux, en particulier lorsque l’offre de vaccins aux États-Unis a commencé à répondre à la demande. Il n’a pas été précisé immédiatement quels pays recevraient les doses. Le gouvernement Biden a déclaré ce week-end que les États-Unis fourniraient du matériel de vaccination et d’autres aides d’urgence à l’Inde, où des centaines de milliers de nouveaux cas de coronavirus chaque jour ont provoqué une véritable crise.

 

Ce qu’il faut surveiller

La FDA devrait examiner 10 millions de doses d’AstraZeneca pour autorisation au cours des prochaines semaines et 50 millions en mai et juin, a déclaré Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, lors d’une conférence de presse. Au début du mois, AstraZeneca a reçu l’ordre de rechercher un nouveau site de production après que son site d’origine a fait l’objet d’un examen minutieux. La FDA a déclaré que l’usine de Baltimore, détenue par Emergent BioSolutions, était en proie à des problèmes de contamination qui ont finalement ruiné 15 millions de doses de Johnson & Johnson.

 

Citation importante

« Compte tenu du solide portefeuille de vaccins que les États-Unis ont déjà autorisés et qui sont disponibles en grandes quantités… et étant donné qu’AstraZeneca n’est pas autorisé à être utilisé aux États-Unis, nous n’avons pas besoin d’utiliser AstraZeneca dans notre lutte contre le Covid-19 au cours des prochains mois », a déclaré Jen Psaki.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Gina Heeb

 

<<< À lire également : Vaccins Covid-19 : comment réduire les risques de caillots sanguins >>>