Les Assurtechs Peuvent-Elles Bousculer Les Assureurs

Depuis plusieurs années, les Assurtechs sont perçues comme un profond vecteur de transformation dans le monde de l’assurance. Utilisation des nouvelles technologies, adaptation aux nouveaux usages des consommateurs sont au cœur du modèle de ces nouveaux acteurs. Quelles sont les réelles perspectives de développement des Assurtechs, au-delà du buzz actuel ? Jean-Luc Gambey, acteur engagé depuis vingt ans sur des thèmes liés à l’innovation, la digitalisation, la transformation du secteur de l’assurance a accepté de répondre à nos questions.

Quel constat dressez-vous de l’état de l’innovation dans le secteur de l’assurance ?
L’ambition doit être d’aborder l’innovation dans le cadre d’un processus global de transformation, doublée de la nécessité impérative de « désiloter » les mondes de l’innovation, de l’analyse des risques, des décisions, de la gestion des sinistres,… . L’innovation incrémentale, omniprésente, est nécessaire, mais il faut développer une véritable dimension prospective dans les organisations. Il est nécessaire de sortir de sa zone de confort, d’impulser un croisement des regards et une transgression des idées reçues qui feront évoluer la pensée et les modèles. Nous devons déclencher de nouvelles idées qui encouragent notre industrie à se transcender et s’orienter vers quelques innovations de rupture.


Avez-vous quelques exemples de vraies success stories en France et à l’étranger ?
Spontanément, Zhong An. Fondée il y a 6 ans, la startup chinoise, bénéficiant certes d’un contexte particulier (actionnaires, réglementation,….), d’un marché intérieur incomparable avec celui de la France, et d’une utilisation optimisée des nouvelles technologies : intelligence artificielle, machine learning,… est l’exemple d’une nouvelle marque d’assurance qui s’impose par la fulgurance de ses résultats commerciaux. En France, notre vivier Assurtechs est considérable, c’est une excellente nouvelle. Mais celle qui deviendra une véritable success stories sera probablement l’Assurtech qui pourra s’installer très rapidement dans une vision paneuropéenne.

Que pensez-vous des Assurtechs : vecteur d’innovation ou effet de mode ?
Les Assurtechs sont vitales pour la transformation du secteur de l’assurance. Certaines d’entre elles accompagnent, guident le secteur de l’assurance sur la route de la transformation et nous emmènent aussi vers celle de la néoassurance. Elles sont incontestablement un des rouages essentiels de l’innovation. Quelques-uns doutent, comme pour les « innovation labs », de leurs utilités concrètes ou signalent le manque de résultats. Au-delà de leur communication sur des levées de fonds spectaculaires, de leur apport technologique certain, de leur agilité incomparable, les Assurtechs doivent désormais s’attacher à mieux comprendre les principaux mécanismes de l’industrie de l’assurance et probablement développer une culture du résultat.

Comment voyez-vous le secteur de l’Assurtechs dans 5 ans ?
Les Assurtechs ont souvent au départ une excellente idée, une belle technologie, une admirable énergie, mais se heurtent rapidement à de multiples réalités qui rendent le chemin collaboratif un peu compliqué, pour l’instant, avec le secteur de l’assurance. Le contexte global, concentration accélérée du marché de l’assurance, tsunami réglementaire, infrastructure IT désuète,… porte préjudice aujourd’hui à une collaboration plus efficiente en France. Les Assurtechs, qui intègrent et étirent naturellement la chaîne de valeur de l’assurance, doivent lever progressivement les résistances, oser transformer le modèle d’activité traditionnel et réinventer des pans entiers de cette industrie au profit de clients toujours plus exigeants.

#Finance#StartUpassurtechFintech