Le prochain épisode de James Bond, No Time To Die (Mourir peut attendre), sera reporté au mois de novembre, ont annoncé mercredi les producteurs du film, ce qui en fait le premier blockbuster mondial à être retardé à cause du coronavirus.

 

  • No Time To Die, qui sera le dernier James Bond de Daniel Craig, devait sortir aux États-Unis le 10 avril.
  • L’annonce ne citait pas spécifiquement le coronavirus, mais la déclaration commune des producteurs de MGM, Universal et Bond indiquait que la décision avait été prise « après un examen minutieux et une évaluation approfondie du marché mondial des salles de cinéma ».
  • Les ventes au box-office sont déjà en baisse en Chine, en Italie et en Corée du Sud, et selon The Hollywood Reporter, certains analystes estiment que le virus a déjà entraîné une perte de 5 milliards de dollars en raison de la baisse des recettes et de l’interruption de la production.
  • Cette décision intervient à un moment où l’industrie du divertissement accélère sa réaction au virus : Sony Pictures a fermé ses bureaux européens, et des artistes comme Mariah Carey ont reporté leurs concerts.

 

Gros chiffre : 250 millions de dollars. C’est le montant que le film aurait coûté pour être réalisé. Le dernier James Bond, Spectre, avait coûté un montant similaire et avait rapporté plus d’un milliard de dollars dans le monde entier. Avec tant d’incertitude sur le marché, retarder le film est une « décision intelligente », explique Paul Dergarabedian, analyste principal des médias chez Comscore. « Il n’y a pas de solution miracle à cette situation ».

 

À surveiller : Si d’autres studios suivent le mouvement avec les sorties de printemps. Alors que la plupart des blockbusters sortent en été, le printemps est devenu de plus en plus important pour les résultats des studios, selon Paul Dergarabedian. Le box-office s’effondre comme Avengers : Endgame et Captain Marvel sont sortis au printemps l’année dernière, et No Time To Die n’est pas le seul film à gros budget qui devrait sortir dans les deux prochains mois. La sortie du remake en direct de Mulan de Disney est toujours prévue pour le 27 mars aux États-Unis, et celle de Black Widow de Marvel est prévue pour le 1er mai.

 

Bien que retarder ces films à succès puisse causer des difficultés à court terme pour les studios, il est finalement préférable pour les studios (et les fans) de les sortir à un moment où la fréquentation des salles de cinéma est stable. « Toutes ces grosses productions ne seront que reportées », déclare Paul Dergarabedian.

 

 

<<< À lire également : L’Industrie De La Fintech À L’Épreuve Du Coronavirus >>>