Moyenne d’âge de 32 ans, 20 000 euros d’apport, 2 200 euros de revenu… Voici le profil des acquéreurs de bien immobilier en 2019, selon les données du courtier en ligne Pretto. 

On a l’impression de se répéter, mais 2019 est encore une année exceptionnelle pour l’immobilier. Les notaires de France ont observé une augmentation de 7% du nombre de transactions de juillet 2018 à juillet 2019. Dans le dernier numéro de Forbes France actuellement en kiosque, nous racontons l’explosion de l’hyper luxe aussi bien à Paris que dans le reste du pays. 

D’un côté des taux bas, de l’autre, des prix du mètre carré qui s’envolent au-delà des 10 000 euros à Paris. Qui sont donc les acquéreurs d’immobilier en 2019 ? En tant que courtier immobilier en ligne, Pretto a passé en revue les plus de 250 000 simulations de prêt immobilier réalisées sur son site depuis le début de l’année 2019 afin de mieux cerner les acquéreurs qui ont eu pour projet d’investir sur l’année écoulée.

Les primo-accédants en tête 

En 2019 et comme souvent, l’achat immobilier fait la part belle aux premières fois. 76 % des acquéreurs d’une résidence principale sont primo-accédants, c’est-à-dire qu’ils réalisent leur premier achat immobilier. La majorité (60 %) a entre 26 et 36 ans (moyenne d’âge 32 ans) et achète principalement en couple avec un revenu net mensuel de 2 175 € par personne. Leur apport représente 8 % de leur achat immobilier, soit environ 20 000 €.

Crédits : Pretto
 
A Paris : des couples mais sans enfant 
 
Avec des prix au m² qui dépassent encore des records cette année, les profils qui réussissent à s’offrir un bien dans la capitale sont plus atypiques. Selon Pretto, les acquéreurs d’un bien immobilier à Paris ont en moyenne 30 ans (entre 26 et 33 ans à 60 %) et n’ont majoritairement pas d’enfants. Les investisseurs sont majoritairement primo-accédants (82 %).
 
La moitié des investisseurs achète en couple, avec un revenu net mensuel moyen de 3 600 € par acquéreur. Ils ont un apport moyen de 57 295 €, ce qui représente un taux d’apport de 14 % par rapport au prix moyen de leur bien.
 
Crédits : Pretto
 
Avec des taux toujours plus bas, l’investissement en résidence principale semble être un mouvement financier peu risqué : payer tous les mois pour acquérir son propre logement est attractif, mais quel effort supplémentaire mensuel les candidats à la propriété consentent-ils ? Pretto a donc voulu comparer la différence de coûts immobiliers par mois, en moyenne pour un couple qui investit en province ou à Paris, comparé avec la moyenne nationale. 
 
En moyenne donc, un couple qui achète en France paiera 387 euros de plus de mensualité que si elle avait conservé un loyer. Pour un achat en couple à Paris, cette différence s’élève à 837 euros !
 
  Coût de la mensualité Coût du loyer Différence
Achat en couple moyenne française 1257 € 870 € +387 €
Achat en couple en province 1032 € 785 € +247 €
Achat en couple à Paris 2187 € 1350 € +837 €

Malgré un effort mensuel très supérieur à Paris, le taux d’endettement moyen reste très soutenable observe-t-on chez Pretto : la mensualité représente en moyenne 30 % des revenus du couple.

Et les investisseurs en locatif ?  

Concernant les investissements locatifs (achat d’un bien immobilier à destination de la location), deux profils se dessinent : les acquéreurs qui investissent après l’achat de leur logement principal d’une part ; les acquéreurs parisiens qui investissent en province pour profiter des prix de l’immobilier plus avantageux.

Peu étonnant puisqu’il s’agit d’un second achat, ces investisseurs locatifs sont plus âgés, ils ont en moyenne 36 ans. Ils achètent généralement à deux et ont un enfant. Ils gagnent en moyenne un revenu net mensuel de 2 855 € par acheteur. Leur apport s’élève en moyenne à 6 600 €, soit 3,6 % du montant de leur bien. 58 % des investissements locatifs réalisés en 2019 en tant que second achat ont été faits en province.

Ce sont principalement les parisiens primo-accédants qui réalisent les investissements locatifs en province (à 64%) : ils ne peuvent pas investir à Paris en résidence principale donc profitent des taux immobiliers bas pour investir là où les prix au m² sont plus abordables, tout en bénéficiant d’un rendement locatif attractif. Ces acquéreurs ont en moyenne 30 ans (entre 26 et 33 ans à 65 %) et n’on majoritairement pas d’enfants. Ils investissent principalement seuls, avec un revenu net mensuel moyen de 3 188 € et un taux d’apport de 5 % (soit environ 7 000 €). Et si la folie des prix parisiens étaient une aubaine pour l’autre partie du vaste territoire français ? 

Lire aussi : Immobilier, Emprunter Permet Désormais De S’enrichir