C’était l’une des fonctionnalités les plus décriées et condamnées de l’application de rencontres homosexuelles Grindr : un filtre permettant de trier les prétendants en fonction de leur couleur de peau.

Depuis la mort de George Floyd et les nombreuses manifestations organisées à travers l’Amérique, le pays a engagé une discussion douloureuse sur les discriminations raciales. C’est dans ce contexte que Grindr a déclaré l’abandon de cette fonctionnalité contestable lors de la prochaine mise à jour de son application. L’annonce a été faite sur Twitter lundi et commence ainsi : « Nous ne resterons pas silencieux. Black Lives Mater ».


Mais Grindr n’est pas la seule application à proposer ce genre de filtre. OkCupid et Hinge, deux des plus grandes applications de rencontre au monde, qui comptent des dizaines de millions d’utilisateurs chacune, ont des fonctionnalités similaires. Elles n’ont pour leur part pas annoncé vouloir les désactiver.

Sur OkCupid, les utilisateurs peuvent filtrer leur recherche selon neuf ethnies, notamment : asiatique, hispanique/latino, blanc, noir. Le fonctionnement est le même sur Hinge, où les utilisateurs choisissent de voir apparaître des prétendants selon leur origine ethnique, et peuvent même définir quelles couleurs de peau représentent un obstacle. Un utilisateur qui souhaite que seuls des prétendants blancs apparaissent sur son profil n’aura qu’à cocher la case « Blanc/Caucasien » et à marquer ce choix comme un « Dealbreaker ».

Les porte-parole d’OkCupid et de Hinge ont la même explication pour le maintien de ces filtres : les applications affirment être à l’écoute de membres de minorités qui souhaitent trouver des prétendants des mêmes origines qu’eux. Michael Kaye, responsable des communications mondiales d’OkCupid, explique : « Par défaut, les paramètres sont définis sur “Ouvert à tous” et la plupart des utilisateurs ne définissent pas de préférences. Cependant, d’après les retours que nous avons reçus, il semblerait que cet un outil soit particulièrement pertinent pour les utilisateurs noirs. Et ce qui est utile, même pour un seul de nos utilisateurs, profite à toute notre communauté sur OkCupid ». Pour leur part, Bumble et Tinder, deux applications de rencontre phare, ne proposent pas à leurs utilisateurs de trier leurs prétendants en fonction de leur origine ethnique.

Les recherches universitaires menées ces dix dernières années ont prouvé sans surprise que les gens gardent en tête leurs préjugés raciaux lorsqu’ils se connectent sur une application de rencontre. Une étude publiée en 2014 dans la publication Psychology of Popular Media Culture a révélé que 80 % des utilisateurs blancs d’applications de rencontre n’envoyaient des messages qu’à des utilisateurs blancs, et que seulement 3 % de tous les messages des utilisateurs blancs étaient destinés à des utilisateurs noirs. En 2018, une recherche de l’université Cornell menée sur 25 applications de rencontre a montré que l’ethnie était également intrinsèquement liée à la technologie : 19 applications demandaient aux utilisateurs de renseigner leur couleur de peau et 11 d’entre elles tentaient d’identifier l’origine ethnique préférée des utilisateurs par le biais de ses habitudes de sélection.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Abram Brown

 

<<< À lire également : Mort De George Floyd : Après Le Choc, Les Etats-Unis S’Embrasent >>>