La Silicon Valley était autrefois l’endroit privilégié pour les entreprises technologiques et ambitieuses du monde entier. Cette région a notamment donné naissance aux mastodontes que sont devenus Google et Apple. Mais aujourd’hui de nombreuses entreprises comme Twitter choisissent de la quitter pour s’installer dans la «City by the Bay» dans le nord de la Californie: San Francisco.

San Francisco et son comté représentent un des moteurs économiques principaux de la Californie. En effet la ville contribue pour un tiers du PIB californien et est reconnue comme un centre culturel, commercial et financier.

Un paradis pour les entreprises technologiques

En 2016, le PIB de la région métropolitaine de San Francisco a augmenté de 5,4% pour atteindre 470,5 milliards de dollars. La ville a également convaincu les étrangers d’investir puisqu’ils y ont acquis 1,5 milliard de dollars en actifs immobiliers.

Bon à savoir : le California Business Investment Services (CalBIS) est un support majeur pour les investisseurs étrangers, en tant que conseiller et assistant logistique.

Un cadre de vie agréable pour les jeunes talents

Avec 860 000 personnes en 2016, San Francisco est la 4eme ville la plus peuplée de Californie (après Los Angeles, San Diego et San Jose).

Le cadre de vie proposé à San Francisco attire des jeunes talents et des personnes talentueuses, l’âge moyen y est de 38 ans et environ 35% des habitants ont entre 25 et 44 ans. C’est pourquoi les entreprises innovantes et technologiques n’ont pas de difficultés à embaucher des locaux dans le secteur du numérique.

Les personnes talentueuses y rencontrent un faible taux de chômage et des revenus élevés ce qui impliquent des coûts importants pour les employeurs. Le coût de la vie étant en effet supérieur de 80% à la moyenne nationale, les salaires doivent suivre.

Le «boom technologique» de San Francisco a maintenu le taux de chômage à moins de 5%. Les domaines les plus populaires sont : la gestion de projet, l’analyse de données et les services à la clientèle.

Les taxes et location de bureaux

Les taxes et impôts sur les sociétés à San Francisco dépendent du type de la société. Cela va de 1,5% du revenu net généré par une entreprise de type « S-Corporation » à 8,84% du revenu net pour une entreprise de type « C-Corporation ». Bien entendu d’autres facteurs, avantages et inconvénients entrent en compte pour choisir le statut qui convient le mieux à son activité.

Les loyers des bureaux sont plus élevés qu’à Manhattan : le boom du marché de la technologie a fait grimper les prix de l’immobilier à des niveaux sans précédent. Le coût moyen pour louer des bureaux à San Francisco est de 72 $/m², avec un minimum de 55 $ dans les quartiers les moins chers (Mission Bay et Slowplace Square), et 75 $ dans les quartiers SOMA ou Waterfront.

L’ensemble de l’industrie repose sur des locations à plus long terme, sept ans en général. Cependant la plupart des entreprises de la ville sont des jeunes entreprises en croissance et encore fragiles, il leur est donc difficile de s’engager aussi longtemps. Les experts conseillent donc soit de sous-louer son bureau, soit de s’éloigner un peu plus pour trouver un prix plus abordable, par exemple dans le quartier d’Alameda où les prix sont plus proches de 25$/m² (mais le code postal de San Francisco n’apparaîtra pas sur l’adresse de la société).

Et enfin, voici un petit comparatif des avantages et inconvénients que l’on peut trouver à San Francisco :

Avantages

  • Enormément d’opportunités de business
  • Emplacement idéal pour échanger avec l’Asie
  • Culture d’entreprise axée sur l’efficacité, l’innovation et l’information.

Inconvénients

  • Immobilier très cher
  • Inégalités importantes au sein de la population
  • Des taxes sur les sociétés élevées