L’industrie du transport aérien souffre depuis déjà un moment. Les compagnies aériennes traditionnelles avec service complet ne sont pas les seules à être touchées. Les compagnies low-cost qui leur font concurrence le sont également. Tout cela a conduit à plusieurs « profit warnings », à des faillites et à la baisse du cours de plusieurs actions dans l’ensemble de l’industrie.

EasyJet et Ryanair, les principaux transporteurs aériens low-cost en Europe, souffrent également. Les prix du carburant, les problèmes de drones, le Brexit, etc. leur ont rendu la vie difficile. Néanmoins, pour la plupart, leurs histoires sont jusqu’à présent des réussites. Leur positionnement en termes de prix leur a permis de se développer considérablement au cours de la dernière décennie, souvent au détriment des compagnies aériennes traditionnelles et d’autres transporteurs à bas prix. En relativement peu de temps, ils ont acquis une position dominante et le nombre de destinations, de vols et de passagers ne cesse de croître d’année en année.

Leur succès peut s’expliquer en deux mots : objectif et alignement. Les deux compagnies aériennes ont une orientation très claire en termes de prix et ont entièrement aligné leur entreprise pour suivre cet objectif de manière aussi efficace et rentable que possible. Les clients apprécient leurs offres (un billet à bas prix) que les autres compagnies aériennes ont du mal à copier (de faibles coûts opérationnels).

Les résultats du premier trimestre publiés par easyJet en janvier et les récents « profit warnings » publiés par Ryanair posent toutefois une question. Jusqu’où une entreprise peut aller pour se concentrer sur l’offre d’un prix bas ? Plus généralement, cela pose la question de savoir comment une entreprise peut être ciblée en suivant un seul objectif (dans ce cas, le prix bas) tout en ignorant les autres orientations (qualité, ponctualité et flexibilité). Sont-ils allés trop loin ?

Ryanair a l’orientation des prix la plus claire des deux. Cette compagnie est très attachée à la réduction des coûts et se targue d’être le transporteur le moins cher d’Europe. Il suffit de regarder ses résultats du premier trimestre de 2019 pour le comprendre. 

Au vu des résultats de janvier, la question est de savoir jusqu’où Ryanair (ou toute autre société) peut aller dans ce domaine. Les récentes grèves des équipages de cabine et des pilotes de Ryanair montrent que le personnel n’est pas prêt à accepter davantage de mesures de réduction des coûts. En outre, l’évolution du cours de l’action Ryanair figuraient parmi les pires de l’industrie du dernier semestre.

 

Avion easyJet
Getty Images

 

Par ailleurs, leur concurrent moins radical, easyJet, s’en sort plutôt bien. La compagnie a beaucoup souffert de l’incident des drones à l’aéroport de Gatwick et son taux de remplissage a légèrement diminué. Le nombre de passagers a augmenté de 15,1 % entre le premier trimestre de 2018 et celui de 2019, ses recettes globales de 13,7 % et ses perspectives pour 2019 restent positives. Dans l’ensemble, easyJet semble en meilleure posture que Ryanair.

Bien sûr, personne ne peut prédire l’avenir et qui sait quels tours Michael O’Leary, dirigeant de Ryanair, a encore dans son sac ? Diverses autres explications peuvent être données. Mais les chiffres trimestriels combinés à la résistance des employés indiquent peut-être un alignement trop fort et une orientation trop restreinte.

Plusieurs mises en garde doivent être prises en compte. Réduire les coûts et les prix de manière extrême est possible tant que cela ne nuit pas aux deux principaux acteurs : les clients et les employés. Si la réduction des coûts peut être réalisée sans aggraver les conditions de travail des employés et sans rendre les déplacements encore plus désagréables, elle est encore possible. En d’autres termes, Ryanair et easyJet, ainsi que toute autre société appartenant ou non au secteur des compagnies aériennes, peuvent aller encore plus loin, tant que personne n’en souffre.