La pandémie a eu au moins un avantage au niveau professionnel : il est difficile de mal se comporter quand on est en quarantaine. Difficile, mais pas impossible. Voici les plus grands accidents de carrière de l’année, classés par ordre alphabétique.

 

Prenez le cas de Jeffrey Toobin. L’écrivain du New Yorker et analyste juridique de CNN a eu une carrière dorée. Mais tout s’est arrêté en octobre, lorsqu’il s’est accidentellement exposé lors d’un moment intime au cours d’un appel Zoom avec la rédaction du New Yorker. (La théorie est qu’il était simultanément sur un chat vidéo d’un tout autre genre). Malheureusement, Jeffrey Toobin n’est pas la seule personnalité à rendre l’année 2020 plus récréative. 

 

Greg Glassman

Le fondateur et PDG de CrossFit a démissionné en juin après que BuzzFeed News a obtenu une fuite audio d’une réunion de Zoom où il a déclaré ne pas pleurer la mort de George Floyd. Lors de cette même réunion, il a également répété une théorie de conspiration non fondée selon laquelle George Floyd faisait partie d’un réseau de blanchiment d’argent impliquant des faux billets et a estimé que le racisme et la brutalité policière ne sont pas des problèmes systémiques. Il ne s’agissait pas d’un incident isolé. La même semaine, Greg Glassman avait mis en lumière le meurtre de Floyd dans un tweet, ce qui avait poussé certains athlètes comme Rich Froning et le vainqueur de l’Open 2016 des CrossFit Games, Noah Ohlsen, à couper les liens avec la société. Greg Glassman s’est rapidement excusé en disant : « C’était une erreur, il n’y avait rien de raciste. » Mais cela ne s’est pas arrêté là. Environ une semaine plus tard, le New York Times a publié une enquête explosive détaillant les accusations de harcèlement sexuel et de sexisme sur le lieu de travail chez CrossFit, dont Greg Glassman était le promoteur. Par l’intermédiaire des porte-paroles de l’entreprise, il a nié ce comportement. Quelques jours plus tard, il a vendu CrossFit pour un montant non divulgué à Eric Roza, un ancien cadre d’Oracle qui possédait une salle de gym CrossFit à Boulder, dans le Colorado. Suite à la vente, Eric Roza a tweeté : « Au cours des dernières semaines, des déclarations et des allégations qui ont semé la discorde ont laissé de nombreux membres de notre communauté lutter pour concilier nos expériences transformatrices dans la boîte locale avec ce que nous avons lu en ligne. Mon point de vue est simple : Le racisme et le sexisme sont déplorables et ne seront pas tolérés au sein de CrossFit ». Depuis lors, la société a nommé un responsable de la culture et de l’inclusion et prévoit de créer un conseil de la diversité, de l’équité et de l’inclusion, entre autres initiatives.

 

Rudy Giuliani

Dans une vie antérieure, Rudy Giuliani était connu comme un procureur fédéral de premier plan qui s’est attaqué à la mafia et à Wall Street avant de se transformer en « maire de l’Amérique » pour son leadership habile et rassurant au lendemain du 11 septembre. Mais dans sa dernière incarnation en tant qu’avocat personnel du président Donald Trump, il a subi une série apparemment interminable d’incidents, petits comme grands. En septembre, le département du Trésor a sanctionné l’ukrainien Andriy Derkach pour ses efforts visant à influencer l’élection présidentielle américaine de 2020. Rudy Giuliani a rencontré Andriy Derkach l’année dernière, mais il affirme qu’il n’avait aucune idée qu’il était un agent russe. Puis, en octobre, Rudy Giuliani s’est retrouvé dans une situation embarrassante après être apparu involontairement dans le dernier documentaire parodique de Sacha Baron Cohen, « Borat Subsequent Moviefilm ». Dans la scène, Rudy Giuliani semble mettre la main dans son pantalon de façon suggestive en présence d’une actrice. Il s’est défendu avant la sortie du film en tweetant : « Je rentrais ma chemise après avoir enlevé le matériel d’enregistrement. À aucun moment avant, pendant ou après l’interview, je n’ai eu de comportement inapproprié ». Après l’élection, il a tenu à prouver les affirmations sans fondement de Trump concernant la fraude électorale généralisée, en donnant une série de conférences de presse de plus en plus chaotiques, dont une au Four Seasons Total Landscaping, dans un lieu du nord-est de Philadelphie situé entre la librairie pour adultes Fantasy Island et un crématorium. Et le destin n’en avait pas fini avec lui : Lors la conférence de presse suivante, sa transpiration excessive a fait couler sur son visage un liquide coloré comme celui d’une teinture pour cheveux. Finalement, après avoir paru en public pendant des mois sans porter de masque, le jeune homme de 76 ans a contracté la Covid-19 en décembre. Il a quitté l’hôpital la semaine dernière après avoir reçu un traitement.

 

Ron Meyer

Ron Meyer a démissionné de son poste de vice-président exécutif de NBCUniversal en août après avoir révélé qu’il avait conclu un accord privé avec une femme après leur liaison extra-conjugale, et que des « autres parties » tentaient de lui extorquer plus d’argent. Dans une déclaration faite à plusieurs médias à l’époque, il a déclaré : « Certes, c’est une femme avec laquelle j’ai eu une liaison très brève et consensuelle il y a de nombreuses années. J’ai fait cette déclaration parce que d’autres parties ont appris l’existence de l’accord et ont continuellement tenté de m’extorquer de l’argent ou bien ils avaient l’intention d’impliquer à tort NBCUniversal, qui n’avait rien à voir avec cette affaire, et de publier de fausses allégations à mon sujet ».

 

Trevor Milton

En septembre, le fondateur du fabricant de véhicules à propulsion alternative, Nikola Corporation, a démissionné de son poste de président exécutif et a quitté le conseil d’administration de la société à la suite d’allégations de fraude. Comme l’a rapporté Forbes, au début du mois, un analyste ayant une position courte dans le capital de la société avait accusé Trevor Milton de déformer la technologie et les capacités de l’entreprise avant son entrée en bourse. Un rapport du 10 septembre de Hindenburg Research, une société de recherche financière basée à New York et dirigée par l’analyste Nate Anderson, a allégué que le système de batterie « révolutionnaire » sur lequel Trevor Milton a déclaré que la société travaillait l’année dernière n’existe pas et que la société a prétendu avoir conçu une technologie et des composants de véhicules qu’elle a en fait achetés à d’autres sociétés. Nikola Corporation a publié une réfutation détaillée contestant certaines, mais pas toutes, des questions soulevées. Il a qualifié le rapport de Hindenburg Research de « faux et diffamatoire ». Dans un tweet du 20 septembre, désormais supprimé, Trevor Milton a écrit : « L’accent devrait être mis sur la société et sa mission de changement du monde, pas sur moi. J’ai l’intention de me défendre contre les fausses allégations de détracteurs extérieurs ». Le rapport semble avoir incité la U.S. Securities and Exchange Commission (SEC) et le ministère de la Justice à examiner Nikola Corporation. Dans un dépôt réglementaire le mois dernier, l’entreprise a confirmé qu’elle a reçu des citations à comparaître de la SEC et qu’elle coopère aux demandes réglementaires et gouvernementales. Par ailleurs, Trevor Milton, 38 ans, a également été accusé d’abus sexuels par deux femmes lors d’incidents survenus des années avant qu’il ne fonde la société, selon la CNBC. Par l’intermédiaire d’un porte-parole, il aurait nié ces accusations.

 

Adam Rapoport

Quelques jours après avoir écrit un article en réponse aux protestations suscitées par la mort de George Floyd, l’ancien rédacteur en chef de Bon Appétit s’est retrouvé au milieu de sa propre controverse liée à la race. Une photo de lui sur Instagram datant de 2013, apparaissant avec la peau colorée pour Halloween, a circulé sur les réseaux sociaux en juin, ainsi que des témoignages d’écrivains spécialisés dans l’alimentation sur une culture discriminatoire dans le magazine. Il avait alors écrit sur Instagram : « Je n’ai jamais défendu une vision inclusive. Et maintenant, cela se fait au détriment de Bon Appétit et de son personnel, ainsi que de nos lecteurs. Ils ne méritent pas ça ». Le 10 juin, Bon Appétit a reconnu publiquement des cas de discrimination raciale et a déclaré sur Instagram : « Bien que nous ayons embauché davantage de personnes de couleur, nous avons continué à faire appel à de nombreux collaborateurs et contributeurs (noirs, autochtones et de couleur) dans nos vidéos et sur nos pages ». Dans ce poste, l’entreprise s’est engagée à mettre en place une formation antiraciste pour le personnel et à résoudre toute inégalité de salaire. Quelques semaines plus tard, trois des stars de la cuisine test de Bon Appétit, toutes des personnes de couleur, ont démissionné pour des raisons de discrimination raciale. En août, Condé Nast a fait appel à Dawn Davis, une ancienne vice-présidente de Simon & Schuster, pour diriger le magazine.

 

Jeffrey Toobin

Le reporter de longue date du New Yorker et principal analyste juridique de CNN a été suspendu du magazine en octobre après un incident au cours duquel il se serait exposé involontairement lors d’un appel Zoom avec des collègues et des employés d’une station de radio new-yorkaise. Suite à cela, il a déclaré : « J’ai fait une erreur embarrassante et stupide, sans savoir que la caméra était allumée. Je m’excuse auprès de ma femme, de ma famille, de mes amis et de mes collègues ». Peu de temps après, il a demandé un congé à CNN. En novembre, le New Yorker a renvoyé Jeffrey Toobin après une enquête interne.

 

Troy Young

En juillet, le New York Times a publié un rapport alléguant que Troy Young, président des Hearst Magazines, avait favorisé une culture de travail toxique. Les employés ont déclaré qu’il avait envoyé par e-mail de la pornographie à un rédacteur en chef et avait fait des commentaires sexuels obscènes à plusieurs reprises, notamment en demandant à Michelle Ruiz, alors enceinte et ancienne rédactrice en chef de Cosmopolitan : « Alors, le bébé est-il de moi ? ». Le rapport a également affirmé qu’il y avait des cas de discrimination raciale sous sa surveillance au Cosmopolitan et à Marie-Claire. Dans une déclaration faite au Times, Troy Young a déclaré : « Les allégations spécifiques soulevées par mes détracteurs sont soit fausses, soit grandement exagérées, soit prises hors contexte ». Une porte-parole de Hearst Magazines a déclaré au Times que la « poursuite acharnée de l’excellence de Troy Young était parfois combinée avec un comportement effronté ». Le lendemain, il a envoyé un e-mail au personnel pour s’excuser de son comportement, et a déclaré que le rapport du Times était une fausse représentation de « la culture que nous avons construite à Hearst Magazines ». Troy Young a démissionné plus tard dans la journée.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Kristin Stoller

<<< À lire également : Pourquoi Etre Trop Efficace Peut Nuire A Votre Carrière ? >>>