Paroxysme du consumérisme décérébré et parangon de la folie promotionnelle, le Black Friday concentre de nombreuses critiques. L’occasion pour de plus en plus d’acteurs de faire un pas de côté et de jouer la carte de l’éthique et de la responsabilité. 

Depuis quelques années, tous les derniers vendredis du mois de novembre, on nous bassine avec ça : “le black Friday”. Si l’occasion est belle pour les plus petits porte-feuille de pouvoir réaliser de belles affaires à l’approche des fêtes, la question se pose quant à la folie consumériste que cet “évènement” incarne. En 2017, la journée du Black Friday occasionnait 42 millions de paiements par carte bancaire. Les plateformes de e-commerce et la grande distribution attendent de pied ferme le jour de la Saint Saturnin, pour soigner leurs chiffres d’affaire. 


Evidemment, le côté pile de la pièce est bien moins reluisant. Le Black Friday est pointé du doigt comme incarnation d’un productivisme et d’un consumérisme démesuré et néfaste pour la planète. De telles sortes que les alternatives se multiplient. Petite sélection avec Forbes France.

Consommer moins avec le Green Friday

Si le Black Friday est né aux Etats-Unis dans la première moitié du XXe siècle avec ses promotions démentielles, le Green Friday nous vient de France, et de Strasbourg plus particulièrement. C’est le réseau Envie, qui œuvre pour l’emploi solidaire et l’accompagnement de salariés en parcours d’insertion vers l’autonomie professionnelle qui en est à l’origine. Le réseau part de cette problématique : “Comment produire toujours plus, à moindre coût, avec pour seul objectif une consommation aveugle, sans qu’en pâtissent l’environnement et les hommes ? Chaque année, l’industrie textile jette 4 millions de tonnes de vêtements et en vend 5 millions.” Le Green Friday est un mouvement éco-citoyen qui répond à ces enjeux en proposant notamment des ateliers de “Do it yourself”, de co-réparation, pour consommer mieux, et surtout consommer moins. 

Avec Patagonia, doublez vos dons

Patagonia, la marque américaine de vêtements conçus avec avec du coton biologique ou des tissus recyclés  a décidé d'”aider les citoyens concernés à doubler leur impact positif sur la planète.” Concrètement, si vous faites un don à une ONG environnementale “qui se bat pour protéger la planète. Patagonia vous égalera, euro pour euro”.Tous les dons doivent être effectués sur la plateforme Patagonia Action Work. Patagonia précise également qu’elle ne dépassera les 10 millions de dons. Philanthrope mais pas trop. 

Lire aussi : Pourquoi Patagonia Reste La Référence Des Entreprises Socialement Responsables

Giving Tuesday

Le Giving Tuesday (“Mardi généreux”) lancé aux Etats-Unis en 2012 sous la présidence de Barack Obama, est un mouvement mondial voulant diffuser le don au monde entier. Ainsi Commeon a lancé l’opération “Don cadeau” une carte prépayée, physique ou digitale chargée d’un montant correspondant à la valeur d’un don. Chacun d’entre nous, peut acheter la carte Don cadeau by Commeon et l’offrir à ses proches. En quelques clics, ces derniers pourront affecter ce don cadeau à une cause d’intérêt général de leur choix au bénéfice des projets référencés sur la plateforme doncadeau.com.

Une carte cadeau responsable

C’est l’objectif de la nouvelle carte cadeau éthi’Kdo, lancée officiellement le 15 novembre 2019 auprès du grand public. La carte prépayée s’utilise grâce à un code qui permet de régler ses achats en ligne ou dans une boutique physique. Son originalité est que l’argent qu’elle contient ne peut être dépensé qu’auprès d’enseignes dûment référencées. Et pour l’être, il faut évidemment remplir des conditions de durabilité strictes, à savoir commercialiser uniquement des produits issus d’une démarche écoresponsable et dire non à la folie consumériste du Black Friday. Et, pour la première fois en France, la « solidaire » carte cadeau permet également de faire un don à un projet d’intérêt général porté par l’une des associations partenaires (Zéro Waste France, Croix-Rouge, HandAway…)

 
Vendre, mais pour mieux produire
 
1083 avec ses blue jeans, et le Slip Français avec ses sous vêtements sont deux nouveaux acteurs phares de la mode hexagonale, connus pour leur production locale. Mais les deux entreprises veulent aller plus loin à l’occasion du Black Friday, comme l’a expliqué Guillaume Gibault du “Slip” sur Linkedin : “Notre ambition commune : mettre au point un fil recyclé fabriqué localement, ici en France, et de qualité, à partir de vos anciens vêtements pour confectionner de nouveaux produits et ainsi créer une vraie économie circulaire locale. Ce projet innovant, c’est Moncoton. Initié par 1083 il y 3 ans, rejoint par Le Slip Français et soutenu par Eco TLC et l’Ademe. Sur la journée du 29 novembre, Le Slip Français et 1083 reverseront 10% de chaque vente réalisée au profit du projet Moncoton.” Impossible n’est pas français comme ils disent.