Le milliardaire français du luxe Bernard Arnault, troisième fortune mondiale, a vendu mardi les parts qu’il détenait encore dans la chaîne de supermarchés française Carrefour, marquant ainsi sa sortie de l’entreprise quatorze ans après son premier investissement en 2007. La holding de Bernard Arnault, Financière Agache, a vendu sa participation de 5,5% dans Carrefour à environ 19 dollars par action, pour un montant total d’environ 850 millions de dollars avant impôts.

 

Cet investissement ne s’est pas avéré rentable. En mars 2007, la société mère d’Agache, le Groupe Arnault, a acheté une participation de 9,8% en partenariat avec les sociétés d’investissement Colony Capital et Axon Capital pour un prix estimé à l’époque entre 4,3 et 5 milliards de dollars. Les partenaires se sont retirés de l’opération en janvier 2017, laissant Bernard Arnault avec une participation de 8,7% qui valait alors environ 1,6 milliard de dollars. Au fil des ans, Bernard Arnault a fréquemment acquis des actions supplémentaires dans Carrefour en choisissant de recevoir le dividende de l’entreprise en actions plutôt qu’en espèces.

L’action Carrefour a chuté de près de 60% entre mars 2007 et janvier 2017 et a encore reculé de 26% depuis lors, le distributeur ayant connu plusieurs PDG dans un contexte de concurrence accrue sur son principal marché français. En 2019, Bernard Arnault s’est retiré du conseil d’administration de Carrefour et a cédé son siège à son fils Alexandre. Un porte-parole de Bernard Arnault n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur la vente.

Il a commencé à vendre sa participation dans Carrefour en septembre 2020, lorsqu’il a cédé 25 millions d’actions pour près de 410 millions de dollars, ramenant sa participation à 5,5% contre 8,6%. Sa sortie de Carrefour intervient huit mois après que la société d’hypermarchés a mis fin aux négociations en vue d’une vente potentielle de 20 milliards de dollars au détaillant canadien Alimentation Couche-Tard, fondé par ses collègues milliardaires Alain Bouchard, Jacques D’Amours et Richard Fortin, apparemment en raison de l’opposition du gouvernement français à cette opération.

La vente marque un rare échec d’investissement pour Bernard Arnault, dont la fortune nette a sextuplé depuis 2012, lorsque celle-ci valait 29 milliards de dollars. Une grande partie de cette croissance spectaculaire est survenue depuis le début de la pandémie de Covid-19, grâce à la montée en flèche du cours de l’action du conglomérat de luxe LVMH, dont il détient 47% des parts. Bernard Arnault a passé six semaines en tant que personne la plus riche du monde en 2021, sa fortune nette atteignant un pic de 201 milliards de dollars en août 2021, soit une augmentation de près de 165% par rapport à sa fortune estimée à 76 milliards de dollars au plus fort du krach boursier en mars 2020.

Il a également gagné de l’argent sur des paris plus inhabituels. En mai 2020, la société de capital-investissement L Catterton, soutenue par Bernard Arnault, a investi 400 millions de dollars en obligations dans la compagnie de croisière Norwegian Cruise Line ; dix mois plus tard, en mars 2021, Norwegian Cruise Line les a rachetées pour plus d’un milliard de dollars, ce qui s’est traduit par un gain de 600 millions de dollars pour Bernard Arnault et ses partenaires. Le retrait de Carrefour de mardi a à peine entamé la fortune de Bernard Arnault : Forbes estime sa fortune nette à 184 milliards de dollars.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Giacomo Tognini

 

<<< À lire également : Comment Bernard Arnault est devenu, quelques heures, l’homme le plus riche du monde ! >>>