Au terme de sa première année d’existence, Station F a partagé il y peu quelques chiffres surprenants. Au-delà du grand succès rencontré par le start-up campus et des chiffres impressionnants (70 000 visiteurs, 1 000 start-up hébergées), d’autres chiffres rendent compte de la vraie diversité du lieu : 40% des entreprises du Founders Program sont fondées par des femmes ; plus de 600 membres étrangers issus des quatre coins du monde ; des résidents ayant de 14 à 65 ans… tous ont en commun un même désir de partage auquel Station F contribue activement, notamment à travers ses événements.

Cet été, à l’occasion du premier Kids Day de Station F, un nouveau public s’est invité auquel il n’était pas évident de penser : les enfants ! Pourquoi accueillir des enfants dans le temple des start-up ? Pour trois raisons essentiellement. D’abord parce que Station F compte plus de 26% de parents, qui travaillent dur, ne comptent pas leurs heures et aspirent à voir un peu plus leurs enfants. Ensuite parce que Station F est le lieu par excellence où l’on apprend à penser et faire autrement. Le campus avait déjà accueilli une centaine de lycéen au printemps 2018 pour les introduire à la culture de l’entreprise. Enfin, les EdTech connaissent en France un regain d’attention, avec des innovations croissantes dans le domaine et des fonds d’investissement spécialisés de plus en plus nombreux (Educapital et Brighteye ventures notamment). Ce Kids Day était donc à la fois l’occasion de rendre compte de cette tendance, et d’inviter les enfants à prendre possession des lieux et de ces innovations.

 

 

Présent lors de l’événement, j’ai pu déambuler entre les ateliers. Au programme, activités Maker avec TechShops et Koakoa, programmation de Lego avec Magic Makers, réalité augmentée avec Wakatoon, carnet de découverte numérique avec Little Globe Trotter… le choix ne manquait pas. En déambulant entre les enfants et les parents – ravis, il était saisissant de voir à quel point les enfants étaient à la fois mobiles et concentrés. Pour une fois, ils apprenaient en faisant, tout excités par les gadgets qu’on mettait sous leur yeux, tantôt amusés, tantôt captivés. Au-delà de la découverte, ce qui se jouait c’était à la fois une autre manière d’apprendre (on monte, on démonte, on teste, etc.) et la découverte de nouvelles compétences encore négligées à l’école : autonomie, problem-solving, persévérance et coopération. Peu à peu le Kids Day prenait tout son sens et devenait l’occasion de découvrir une autre manière d’apprendre et d’apprendre autre chose.

Parions que l’événement ouvrira grand la voie à d’autres, qui iront eux aussi dans  le sens de l’échange, et de l’apprentissage par l’action et l’innovation !