Pionnière dans la formation des métiers du luxe, Sup de Luxe prépare chaque année de nombreux étudiants à rejoindre les marques et Maisons. Ses programmes créés et encadrés par les professionnels du secteur permettent d’être au plus proche des réalités du terrain. Interview avec son directeur historique, Thibaut de La Rivière. 

 

Quelle est l’histoire de votre école Sup de Luxe ? 

Fondée en 1990 à l’initiative de la maison Cartier sous le nom d’Institut Supérieur de Marketing du Luxe, Sup de Luxe est aujourd’hui la référence en formation à ce secteur et forme chaque année 500 étudiants venant de tous les continents. L’Institut joue depuis 31 ans un rôle incontournable dans l’univers du luxe : il s’attache à défendre et à promouvoir, auprès des étudiants, des valeurs fondamentales telles que la tradition du savoir-faire, la passion de l’excellence et l’exigence de la qualité, etc., et se pose également en véritable observatoire du secteur en nourrissant les réflexions des professionnels.

En 30 ans, l’Institut qui propose 6 programmes exclusifs du Bachelor au MBA, est devenu la référence mondiale de formation pour la profession. 

Directeur général, directeur marketing, chef de produit, directeur boutique, responsable communication, responsable export pour les Maisons et les groupes de luxe, ou bien créateurs en parfum, en joaillerie, en haute couture, etc., ou encore consultants ou spécialistes de la lutte anti-contrefaçon, journaliste spécialisé, expert du digital. Autant de fonctions qui nécessitent une grande connaissance et compréhension du monde du luxe, et impliquent un passage par l’Institut.

Nous comptons plus de 3500 élèves diplômés. 

 

Votre école est donc une institution dans le domaine de la formation pour les métiers du luxe ?  

Nous sommes la première école à avoir vu le jour en 1990 pour accompagner le développement mondial du business du luxe. Aujourd’hui, le luxe est un domaine extrêmement attrayant, la demande étudiante y est très forte.

Sup de Luxe bénéficie d’une excellente image de sérieux et de qualité, étant depuis toujours à l’écoute de l’évolution de ce secteur et sachant répondre à ses besoins.

Ses programmes sont classés aux premiers rangs des rankings internationaux.

Par ailleurs, avec son centre de recherche Sup de Luxe Lab, Sup de Luxe offre une vision pertinente de ce secteur en publiant régulièrement des études et des ouvrages spécialisés.

 

Sur quels critères recrutez-vous vos étudiants ? 

Notre école a une certaine exigence dans la sélection de ses étudiants. Nous recherchons des jeunes lucides, passionnés, possédant une véritable dimension commerciale. Ils seront demain les managers donc les ambassadeurs d’une culture créative portée par les marques et Maisons majoritairement françaises.

Autres éléments importants : la culture, l’ouverture d’esprit, la curiosité et l’écoute multiculturelle.

 

 

Quelles sont les formations proposées par Sup de Luxe ? 

Sup de Luxe propose aujourd’hui 6 programmes du Bachelor aux MBA et MSc.

Le premier créé a été le MBA Luxury Brand Marketing and International Management.

Au fil du temps, en réfléchissant avec les marques à leurs besoins, nous avons par exemple créé le Bachelor Luxe, les métiers du commerce, répondant à une demande de profils commerciaux possédant la culture adéquate mais aussi le comportement, et bien entendu l’utilisation courante des langues étrangères dont le chinois que nous enseignons en débutant.

De nombreux pays restent à conquérir et beaucoup de marques souhaitent s’y implanter. Pour répondre à cette demande, nous avons créé le MSc Global Luxury Brand Management en anglais. Celui-ci accueille chaque année une trentaine d’étudiants venus du monde entier. Ces derniers pourront rejoindre l’activité des marques de luxe dans leur propre pays.

Sup de Luxe propose également le MSc Fashion and Luxury Business qui répond aux nouveaux enjeux du monde de la mode.

Nous avons aussi un programme MBA Online Luxury Management in the Digital Age qui permet de se former à distance aux caractéristiques de notre secteur.

Enfin, Sup de Luxe répond à l’évolution des modes de consommation dans le secteur de la gastronomie en formant avec son MSc Food & Wine International Management les nouveaux managers de la gastronomie mondiale.

 

Vous évoquez la crise sanitaire, êtes-vous optimiste pour le secteur du luxe pour les années à venir ? 

Le luxe a certes rencontré des difficultés en 2020, mais il a su passer outre. L’impact a été variable selon les entreprises. Je reste extrêmement optimiste quant à l’avenir de ce secteur. Hermès, Kering, LVMH ont enregistré des performances hors du commun au premier trimestre 2021.

Tant qu’il y aura des femmes et des hommes sur terre, le luxe existera ! Après une période difficile comme celle que l’on vient de traverser, les individus ont encore plus envie de se faire plaisir et d’offrir. Le luxe est avant tout des créations singulières apportant à chacun identité et supplément d’âme.

J’ai eu la chance de vivre quarante années extraordinaires avec un secteur qui ne s’adresse plus à une élite mais à la part élitiste de chacun d’entre nous, un business totalement mondial qui « pèse » quelque 300 Milliards de dollars.

Désormais, c’est aux jeunes de prendre le relais. Le conseil que je leur donnerais : ayez confiance, soyez ce que vous avez envie d’être, démontrez par votre travail que vous pouvez l’être en vous appuyant sur la culture, l’art, la création, et en observant le monde qui vous entoure !