Après avoir conquis les gourmets allemands, la marque Russky Produkt poursuit son expansion toujours plus à l’ouest, depuis plusieurs décennies, le géant agro-alimentaire façonne le palais des consommateurs russes avec des recettes patrimoniales et créatives. Aujourd’hui, la femme d’affaires à succès, Olga Mirimskaya, s’attaque à la patrie de la gastronomie et prévoit de créer des produits qui combinent le meilleur des saveurs françaises et russes. Interview.

 

Olga Mirimaskaya, Fondatrice et PDG de RUSSKY PRODUKT ©Igor Vassiliadis

 

Cette dernière année a été difficile pour les économies et les entreprises, mais pas pour le secteur alimentaire – Les gens sont restés chez eux et ont cuisiné plus que jamais. De quelle manière Russky Produkt a-t-il ressenti l’impact de la pandémie ? 

Olga Mirimskaya : De nombreux fabricants de produits alimentaires ont dû faire pivoter leurs activités d’une manière ou d’une autre pour faire face aux problèmes de la chaîne d’approvisionnement et à l’évolution des habitudes des consommateurs. Nous avons constaté que la confiance développée avec les partenaires et les fournisseurs au fil des décennies était une véritable force pour Russky Produkt. Notre équipe a relevé les défis posés par la pandémie et est restée concentrée sur la garantie que nos marques et nos produits répondent aux besoins des consommateurs. Pendant la pandémie, nous avons observé une différence intéressante dans les tendances de la consommation alimentaire entre les pays. En Russie, les consommateurs ont surapprovisionné des produits alimentaires de base tels que les flocons d’avoine, tandis qu’en Europe et en Amérique, ils ont fait des réserves de snacks et d’aliments « plaisir » comme les chips. Il est essentiel de veiller à ce que votre entreprise couvre différents segments de marché avec des marques différenciées pour maintenir la stabilité lors d’événements particuliers tels que le Covid-19. C’est quelque chose que je pratique dans toutes mes entreprises et que j’ai enseigné à mes enfants. Alors que ma fille aînée m’a suivi dans le secteur de la fabrication de produits alimentaires, mes fils sont dans des secteurs complètement différents. Ilya a créé son propre fonds de capital-risque, qui investit dans des entreprises technologiques en phase de démarrage dans un large éventail d’industries. Arcadiy évolue du statut de producteur de films à succès à celui d’entrepreneur engagé dans la création de sa propre plateforme de streaming ARGO, spécialisée dans les courts métrages.
Au sortir de cette pandémie, nous constatons que les consommateurs font confiance à nos marques pour maintenir un approvisionnement fiable, une haute qualité et un juste prix sur nos produits et, par conséquent, nous constatons que la fidélité des consommateurs à nos produits, toutes marques confondues, est plus grande que jamais.

 

Russky Produkt a commencé à se développer sur le marché européen il y a un an avec le lancement de vos produits en Allemagne. Pourquoi avez-vous commencé là-bas et quels sont vos projets à long terme pour les activités de vos entreprises dans l’UE ?

O.M : L’Allemagne possède l’une des plus grandes communautés russophones en dehors de l’ex-Union soviétique. L’ex- ploitation de ce réseau nous aide à développer notre canal de distribution et à déterminer comment nos produits et nos marques doivent être adaptés au consommateur européen. À long terme, nous espérons développer des produits attrayants pour les consommateurs européens de masse tout en conservant des éléments des traditions culinaires uniques de la Russie. Nous exportons déjà nos produits vers des dizaines de pays dans le monde, dont la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et Israël.

Pendant que vous vous développez en Europe, vous devez faire face à la concurrence de géants alimentaires européens bien établis comme Nestlé et d’autres marques alimentaires locales avec lesquelles les clients locaux sont très familiers. Comment comptez-vous faire en sorte que vos produits se distinguent de cette offre ?

O.M : Je pense que tous les produits que nous produisons seront essentiellement des produits russes. Cela signifie que les matières premières, les machines, la propriété intellectuelle, tout cela aboutira à un produit que les consommateurs pourront identifier comme étant russe. Si vous vous écartez de la politique moderne, je pense que nos produits feront écho chez les consommateurs locaux car il y a beaucoup de patrimoine commun entre la Russie et l’Europe occidentale, qui peut être vraiment magnifique. La France et la Russie partagent en particulier un héritage culturel de plusieurs siècles et les deux cultures culinaires ont été façonnées par cette histoire commune.

Dans quelle mesure allez-vous adapter votre offre aux habitudes et aux goûts des français ? Allez-vous produire et vendre des produits qui seront exclusifs au marché français ?

O.M : Nous avons beaucoup à apprendre des Français, en particulier en ce qui concerne la boulangerie-pâtisserie de renommée mondiale. Nous allons certainement élargir notre gamme de produits pour créer des marques et des produits qui combinent le meilleur des valeurs françaises et russes. Je pense que les consommateurs locaux apprécieront nos produits car ils auront « quelque chose de nouveau », tout en étant familiers et en accord avec les habitudes et les goûts des Français !

Pouvez-vous nous raconter un peu l’histoire de votre entreprise ?

O.M : En 1996, j’ai regroupé plusieurs entreprises, dont chacune était le fleuron de l’industrie alimentaire à l’époque soviétique, en une seule société de fabrication. Cela comprenait non seulement les capacités de fabrication, mais aussi le savoir-faire soviétique unique, les recettes brevetées qui ont façonné les goûts des consommateurs russes au cours des décennies de production, tout cela créant une base solide pour la création des marques de fabrique et des marques avec lesquelles nous travaillons aujourd’hui.

Quels sont les produits les plus populaires et les plus connus de Russky Produkt en Russie ?

O.M : Nos flocons d’avoine « Hercules » sont produits depuis la Seconde Guerre mondiale. Même le concept du design n’a pas changé de manière significative au cours de leurs 70 années d’existence. Nos mélanges à pâtisserie « Bake at Home » sont fabriqués depuis les années 60 et le gâteau au goût d’orange a façonné les habitudes de consommation en Russie. Alors que dans la plupart des pays occidentaux, les principales saveurs sont la vanille ou le chocolat, en Russie, notre gâteau à l’orange est le leader absolu du marché ! Nous produisons la marque la plus populaire d’une boisson russe unique appelée « kissel ». Ce ne sont que quelques exemples, mais en général, toutes nos marques sont leaders du marché dans leur catégorie.

 

Olga Mirimskaya, Fondatrice, et Natalya Golubovich, la fille d’Olga, Responsable du Marketing au sein de RUSSKY PRODUKT ©Igor Vassiliadis

 

En matière d’alimentation et d’épicerie, quelles sont les différences spécifiques dans les habitudes de consommation entre la Russie et la France que vous devez garder à l’esprit ?

O.M : À mon avis, il n’y a pas beaucoup de différences dans le comportement des consommateurs entre la Russie et la France. Dans les deux pays, la répartition en pourcentage entre la population rurale et urbaine est assez similaire, ce qui entraîne des habitudes de consommation similaires. Les principales différences que nous devons garder à l’esprit sont les goûts culinaires. Par exemple, les préférences en matière de fromage en Russie et en France sont très différentes.

Vous avez construit une carrière remarquable dans les années 80 et 90, et aujourd’hui vous êtes l’une des femmes d’affaires les plus riches de Russie. Quelle était la culture de travail pour une femme à vos débuts et quels étaient les défis que vous deviez relever pour atteindre le sommet ?

O.M : La Russie est un pays très traditionnel. Ici, les hommes ouvrent des portes aux femmes et cela vaut aussi pour les affaires. J’ai toujours ressenti beaucoup de respect et de soutien de la part de tous mes partenaires commerciaux et de mes collègues. Aujourd’hui, la moitié de mes cadres supérieurs dans toutes mes entreprises sont des femmes. Je crois que la façon dont vous vivez le monde dépend de vous et que nous devons façonner notre avenir, sans attendre qu’on nous donne quoi que ce soit.

Quel est le statu quo en matière de leadership féminin en Russie aujourd’hui ? Êtes-vous satisfaite de ce que les femmes ont accompli sur le lieu de travail dans votre travail dans votre pays ou y a-t-il encore beaucoup à faire ?

O.M : Mes filles ont certainement besoin de faire carrière dans un monde très dif- férent de celui où j’ai construit la mienne. Quand j’ai commencé à travailler à 19 ans, les seules choses qui comptaient, c’était mon intelligence, la quantité de travail que je fournissais et ma force de caractère. Aujourd’hui, mes filles doivent s’intégrer dans un monde politiquement correct où elles seront jugées de toute façon – qu’elles mettent l’accent sur le fait qu’elles sont des femmes ou qu’elles l’ignorent. J’ai découvert qu’être une femme a été un avantage dans ma carrière. Les femmes sont tout aussi compétentes que les hommes et méritent autant qu’eux d’oc- cuper des postes de pouvoir. Ce que les femmes apportent aux entreprises est différent de ce qu’apportent les hommes – leurs points de vue sont extrêmement précieux. Je pense qu’au lieu de percevoir les différences entre les hommes et les femmes comme des problèmes ou des lacunes potentiels, nous devrions accep- ter ces différences et les utiliser à notre avantage dans les entreprises. J’ai élevé mes filles en gardant ceci à l’esprit.