Et si les années de la WiFi étaient désormais comptées ? Dans ce domaine également, les progrès technologiques sont considérables. Au point de se prendre à rêver d’un Internet haut débit partout dans le monde…
Par Ray Blanco, investisseur, expert en nouvelles technologies, auteur de la lettre financière NewTech Insider éditée aux Publications Agora.
 
 
Déployée inégalement dans tous les pays du monde, la WiFi n’en est pas moins devenue un « standard ». Ce protocole de communications a fait florès, avec une portée qui atteint en général plusieurs dizaines de mètres. Largement suffisant pour contenter l’internaute

lambda, en télétravail ou en quête de réseau depuis le café du quartier
 
Par-delà les doutes autour de son innocuité pour la santé humaine, l’impact réel des radiofréquences faisant toujours l’objet d’âpres débats, la WiFi n’est toutefois pas la panacée. Son utilité et son efficacité sont somme toute relatives, et le fait est que 4 milliards d’individus n’ont toujours pas accès aujourd’hui à l’Internet haut débit.
 
 

Il reste donc beaucoup à accomplir, mais en attendant une « couverture universelle », même si nous n’en avons pas conscience, nous pouvons d’ores et déjà commencer à envisager un accès à un Internet haut débit alors que nous naviguons sur la mer ou que nous séjournons dans une contrée reculée, à plusieurs centaines de kilomètres de la ville la plus proche.

 
 

Ce dessein laisse rêveur, mais n’a aujourd’hui plus rien d’utopique. Dans un futur plus proche que ce qu’on pourrait croire, un Internet ultra-intelligent, capable de connecter les premiers secours après une catastrophe naturelle (inondations, tremblement de terre etc.), les humanitaires installés sur des îles quasi-coupées du monde ou encore les travailleurs en haute mer pourrait même voir le jour !

 

Vers la disparition des vides numériques

 

Cet Internet « nouvelle génération », basé sur la technologie Halo-Fi, une entreprise cotée, mais encore peu connue des investisseurs, en a fait le coeur de son activité. Avec une finalité aussi simple à énoncer que tonitruante : une connexion ultra-rapide (beaucoup plus que la fibre), sans interruption et à terme déployée aux quatre coins de la planète.

Par quel miracle ? La technologie satellite, d’où un surnom d’« Internet des cieux » qui a émergé et est promis, lui aussi, à se répandre dans les années voire les mois à venir.

Concrètement, cette société, forte d’une flotte de satellites perfectionnés, ambitionne d’utiliser une constellation de « micro-routeurs » de haute technologie placés en orbite terrestre basse (OTB), des micro-routeurs à même d’offrir un accès Internet haut débit et sans interruption directement depuis l’espace. L’espace pour combler les vides numériques… Il n’y a donc pas si loin de la (science-)fiction à la réalité !

 

Mais ce n’est pas tout : avec le Halo-Fi, l’époque actuelle, qui consiste à souscrire à un abonnement à un fournisseur d’accès pour pouvoir se connecter à une « box » offrant un accès à Internet, est tout simplement vouée à disparaître !

 

Disons-le tout net : la technologie est déjà opérationnelle et, vu l’importance des enjeux technologies et financiers, quelques-uns des poids lourds de Wall Street ont commencé à s’y intéresser. Pas question en effet, pour ces acteurs majeurs de la révolution technologique actuelle, qui combine essor du cloud, développement de l’e-commerce, avènement de l’Internet des Objets et généralisation de l’intelligence artificielle, de manquer celle qui s’annonce !

La remarque vaut aussi pour Elon Musk, dont la startup Starlink, dédiée à l’Internet spatial, a déjà lancé quelque 800 satellites et est à l’affût pour offrir ses services. Son but ? Accéder aux précieux financements d’infrastructures de la Federal Communication Commission, destinés à offrir l’Internet haut débit aux zones rurales américaines.

Ainsi la révolution qui s’annonce devrait-elle faire beaucoup d’heureux, y compris l’investisseur particulier. Ce dernier a tout intérêt à se positionner sans attendre sur cette entreprise qui n’a pas encore explosé en Bourse.

Cette fois encore, ce n’est probablement qu’une question de temps.