De la cité au monde du luxe, Mehdi Meftah nous raconte comment il a créé de la première marque qui orne ses vêtements d’un lingot d’or 18carats.

 


Mehdi Meftah a grandi dans une cité de Lyon, et a fait tomber les obstacles, un à un, pour accéder à la réussite.

En tant qu’entrepreneur et enfant des quartiers, il sait que la chance est là pour celui qui veut bien la saisir.

Il identifie un manque sur le marché du prêt à porter de luxe et saisit cette opportunité en créant la marque streetwear BL1.D qui respecte entièrement l’identité de la rue, tout en offrant un luxe dans sa plus belle définition. C’est la première marque au monde à orner ses modèles d’un véritable lingot d’or 18 carats.

 

mehdi

Portrait d’un banlieusard à la recherche de l’excellence

Guidé par la quête de l’excellence

Je suis un enfant de quartier qui a décidé d’embrasser la réussite. Mon parcours est atypique, Je ne me suis pas levé un matin avec pour objectif d’être millionnaire, je voulais simplement réussir dans la vie, avancer et sortir du schéma de la cité, même si je la respecte.

J’ai réussi dans diverses activités, ce qui m’a permis de pouvoir me faire plaisir, et d’accéder à certaines de mes passions comme l’horlogerie.

J’ai toujours été fasciné par la perfection et l’excellence de ce luxe.

Je ne suis pas attiré par ce que cela renvoie comme image, ou par le clan auquel on peut avoir l’air d’appartenir, mais pour l’art, la minutie, la précision et l’excellence qui font de l’horlogerie un luxe qui me fait encore rêver.

Quand on connaît toute la complexité du mécanisme que peut contenir un boitier de 42mm, on en comprend le coût et la valeur.

À l’opposé, le prêt-à-porter de luxe n’est que très rarement à la hauteur de cette excellence. Il est dommage qu’aujourd’hui, je ne parvienne pas à retrouver dans le prêt à porter de luxe, un savoir-faire et une excellence qui le différencie véritablement d’une enseigne fast fashion.

Au final, le seul prestige de leurs produits est d’avoir les moyens de les porter, rien d’autre !

C’est pourquoi j’ai voulu créer une marque dans laquelle on retrouve la minutie, la précision et le prestige d’un luxe authentique.

 

Fier de ses origines

Je constate qu’après avoir dénigré la clientèle des quartiers, dont j’ai fait partie, les marques de luxe en font aujourd’hui leur source d’inspiration principale.

En utilisant les codes streetwear, issus du rap, l’identité des différentes ethnies, ils font de l’appropriation culturelle, sans jamais avoir mis les pieds dans une cité.

Fier de mes origines, je ne peux pas laisser plus longtemps le luxe braquer les cités.

 

Peut-on vraiment gagner dans le milieu du luxe ?

Pour gagner, il faut se battre. J’ai boxé pendant plus de 7ans, et une victoire se remporte avec de la stratégie, de la force, et à armes égales.

Armes égales, ça veut dire qu’on ne peut pas gagner si on n’utilise pas les mêmes moyens de défense. Pour moi, c’était évident que je n’allais pas « bricoler » une marque de luxe avec des grossistes en Chine.

Mais il faut être lucide, quand vous n’êtes ni du sérail, ni suffisamment connu pour produire de grosses quantités, toutes les portes sont fermées.

Avec ma directrice générale qui a travaillé chez Sonia Rykiel et Jean-Paul Gaultier, nous avons donc déployé tous les moyens possibles, et négocié sans relâche pour travailler avec les meilleurs ateliers de confection de luxe (Portugal, France), et les fournisseurs les plus réputés pour créer des produits exceptionnels avec notre marque de fabrique : Un véritable lingot d’or de 18 carats sur les t-shirts.

Je suis fier de pouvoir dire que nos ateliers sont les mêmes que les acteurs leaders du marché du luxe.

D’ailleurs, les cristaux qui ornent nos tee-shirts ne sont pas en plastique, car nous travaillons en partenariat officiel avec Swarovski. En plus d’avoir rencontré ces difficultés d’accès au marché du PAP du luxe, on a également dû se battre pour entrer dans le cercle fermé de la joaillerie !

Chaque modèle est orné d’un lingot d’or 18 carats, façonné et gravé pour BL1.D . Il a fallu trouver l’artisan joaillier adapté pour façonner et graver nos lingots, choisir la meilleure technique, et obtenir un véritable bijou précieux. En tout, un an et demi a été nécessaire pour développer cette collection. Une année de sourcing de matières, de recherche et de développement, d’études de marché, de recherche de design, de coupes, pour proposer un luxe dans sa plus belle définition. BL1.D n’est pas une marque qui s’est construite au système D. On a peut-être un capital social peu élevé, mais il ne reflète pas l’investissement colossal uniquement en fonds propres qui a été déterminant pour s’entourer des meilleurs, afin d’être au même niveau que les maisons de luxe. Il fallait être à armes égales pour prendre notre place sur ce marché, comme un combat de boxe.

 

La collection BL1.D 2019/2020

Pour la première collection homme, nous avons fait le choix de nous concentrer sur 14 tee-shirts, déclinés en noir et blanc, à la coupe originale et unique, plutôt « fittée ». Il faut compter entre 445€ et 685€, c’est onéreux, mais la qualité a un prix, et nos coefficients de marges sont bien loin du niveau de ceux appliqués sur le marché. Cette collection est exclusivement distribuée sur notre boutique en ligne officielle qui a été lancée le 1er Octobre : www.bl1-d.com En parallèle, nous discutons actuellement avec plusieurs concept-stores afin de distribuer les produits plus largement.

En revanche, nous ne souhaitons pas entrer dans le jeu des influenceurs et ne rémunérons personne. Ceux qui portent nos vêtements, le font par conviction, il sont repostés sur notre Instagram. La collection de tee-shirts Homme n’est qu’un début, la prochaine collection comportera des accessoires, des vestes, des survêtements, et une collection femme est aussi en cours de développement. Le positionnement de BL1.D est très clair : une marque streetwear de luxe qui respecte les cités, et respectent l’argent de ses clients C’est une marque avec laquelle l’industrie du luxe devra compter très rapidement.