La conférence internationale d’Apple, la WWDC 2017 débute par l’habituel discours d’ouverture de Tim Cook et son équipe. Une opportunité pour la marque de s’adresser directement à ses développeurs, mais aussi l’occasion de parler au public.

Que nous apprend la conférence cette année ?

Bien que la WWDC 2017 soit une conférence développeurs, certaines des annonces majeures concernant ces derniers ont été faites en amont par Apple au moyen de la presse ce week-end. Ces annonces mettent en avant le travail de Swift Playgrounds qui permet aux développeurs de travailler avec leurs confrères chez Lego Mindstorms, Parrot drones et Sphero toys. Cela est en soi une annonce suffisamment importante et pourrait constituer l’essentiel d’une présentation WWDC et ce, sans parler du chèque de 70 milliards de dollars encaissé par les développeurs qui est un événement également.

Tout cela me laisse penser qu’Apple doit être en train de préparer quelque chose de plus grand. Au vu des moments difficiles rencontrés par la marque au cours des derniers mois, le mea culpa qu’elle a dû faire au sujet du Mac Pro et la compétition grandissante à laquelle elle fait face sur les différents marchés, le discours de la WWDC se doit d’embrasser le sujet des lancements de produits et des mises à jour, plutôt que de prendre l’allure du festival d’une durée de deux heures qui donne dans le discours du type « nos développeurs sont les meilleurs ».

Apple a le même tempo chaque année et la WWDC de juin se focalise en général sur les logiciels. Cela signifie que les nouvelles versions de iOS et macOS vont être exposées. Dans le cas de macOS cela devrait nous apporter quelques indications sur l’iPhone, le produit phare de l’année. On entend aussi parler d’une réalité augmentée implémentée dans le produit mais Apple semble faire marche arrière sur ses ambitions en matière d’iPhone et de casques transparents, du moins pour le cycle des produits de l’année 2017-2018.

De plus petits changements sont espérés pour maintenir la fraîcheur des produits. Préparez-vous donc à une fonctionnalité « mode sombre » dans l’UI (ce qui aidera considérablement à remédier à l’épuisement de la batterie, désagrément inévitable avec un écran blanc de type OLED), et à une meilleure possibilité d’utilisation de « l’Apple Pencil », qui sera peut-être introduit dans le nouvel iPhone.

Du côté des applications, attendez-vous à voir plus de possibilités de streaming vidéo, peut-être par le biais de l’Apple Music (« Carpool Karaoke et « Planète des applications » débutent cet automne; le mécanisme permettant de les utiliser devrait donc être présenté).

Il y aura en revanche moins à revendre pour macOS. Apple considère iOS comme le système d’exploitation du futur et, alors que les systèmes de bureau n’auront pas de nouveau code, il est probable que l’on constate des mises à jour internes pour installer la technologie de la nouvelle puce (afin de maintenir stabilité et uniformité avec la nouvelle plateforme) et des mises à jour du logiciel pour promouvoir plus d’activités basées sur le cloud et rapprocher les utilisateurs de l’écosystème (avec par exemple un accès au nouveau système de fichiers Apple, récemment introduit dans l’iPhone).

Les améliorations de Siri sont probables ainsi que des fignolages brillants pour inclure la touch bar dans plus d’applications.

TvOS et watchOS sont toujours en processus de développement et d’amélioration; le progrès devrait donc survenir de ce coté-là, mais peut-être plus en terme de structure que dans l’UI ou avec des changements internes. TvOS devra aussi être prêt pour les émissions en streaming d’Apple, alors que watchOS va peut-être gagner en outils de santé et de fitness en suivant, avec Nokia, le règlement découlant du brevet.

D’un point de vue matériel, les mises à jour des appareils MacBook ont été bien menées. La décision d’Apple, qui était d’opter pour les puces sixième génération d’Intel au lancement des nouveaux MacBook et MacBook Pro en octobre 2016, a laissé les ordinateurs portables macOS en situation de désavantage par rapport aux derniers appareils Windows, qui eux utilisent les puces septième génération Kaby Lake.

Attendez-vous à ce que les Macbook Pro se mettent aux puces Kaby Lake et aux cahots associés dans les spécifications. Cela suffit à rester dans la compétition face à Windows 10, mais beaucoup des premiers utilisateurs vont reconsidérer leur récent achat et ne pas en être satisfaits. Quid de la touch bar, un nouveau clavier sans fil avec cette dernière est pressenti, ouvrant ainsi l’UI a plus d’utilisateurs (et permettant donc une quantité de développeurs potentiels plus large).

Le MacBook Air sera plus intéressant. Apple donne l’impression d’être prêt à se détacher de cette catégorie de produits et à positionner le MacBook en appareil d’entrée de gamme…mais les ventes de MacBook Air sont pourtant restées élevées. Ce n’est plus l’appareil de pointe: la facture pour ce produit sera donc à sa valeur la plus basse. Apple peut rafraîchir les spécifications et continuer à vendre le Air pendant encore au moins six mois.

Les dernières déclarations d’Apple sur d’autres appareils Mac laissent entrevoir un changement du côté de l’iMac, du Mac Mini et du Mac Pro. S’il est sympa que ces modèles soient mis à jour en même temps que les ordinateurs, il est plus probable qu’ils permettent une application de la nouvelle marque macOS au matériel tandis que le logiciel est mis à jour.

Concernant le nouvel iPhone, Apple annoncera probablement la nouvelle gamme en septembre, pour que les développeurs aient assez de temps à consacrer à la nouvelle variante de l’iOS, pour mettre à jour leurs applications. On peut se faire une idée du nouveau système d’exploitation à partir de l’iOS mis à jour, mais pour ce qui est de voir le nouveau téléphone phare à écran incurvé, il va falloir attendre septembre. Toutefois, si vous voulez en avoir une idée, une mise à jour du SE de l’iPhone serait un petit plus sympathique pour nous permettre de conserver un intérêt dans le plus petit smartphone.

Une mise à jour de l’iPad Pro devrait survenir également. Nous entendons beaucoup parler du nouveau modèle 10.5 pouces qui est dans la même veine que l’écran actuel de 9.7 pouces; une vente au détail peu après l’annonce à la WWDC serait une option attrayante pour le marché à la rentrée.

Puis il reste Siri. Il est fort probable qu’elle pèse lourd dans les mises à jour du logiciel, mais l’arrivée de haut-parleurs autonomes pour l’Alexa d’Amazon et l’assistant Google peut motiver Apple à entrer dans la compétition en lançant son propre outil digital d’intelligence artificielle requérant un haut-parleur. Certains laissent entendre que le haut-parleur Siri serait déjà en développement mais cela ne signifie pas qu’il sera mis en vente directement après la WWDC. Apple pourrait suivre la cadence de l’iOS/iPhone et annoncer le logiciel à la WWDC, avant une sortie en septembre.