Près de vingt après sa création, le traducteur en ligne Reverso ne se repose pas sur ses lauriers et continue d’innover. Véritable alternative aux GAFAM, la solution dispose aujourd’hui d’une nouvelle application tout-en-un accessible en un clic pour Mac et Windows. Entretien avec Théo Hoffenberg, fondateur de Reverso.

 

Bonjour Théo Hoffenberg. Qui êtes-vous ?

Théo Hoffenberg : Je suis un ingénieur, entrepreneur, passionné de beaucoup de choses, dont les langues, les nouvelles technologies et la musique. J’ai grandi et étudié dans des environnements très exigeants et polyglottes, notamment avec des parents venant de l’Europe de l’Est. J’ai également eu la chance de goûter à la fois à l’excellence française avec le lycée Louis-le-Grand et L’École Polytechnique mais aussi grâce à la richesse des campus américains à Stanford.

Pourquoi avez-vous décidé de créer Reverso ?

T. H. : La communication entre les humains passe surtout par la langue (écrite et orale), mais elle peut être complétée par la musique, les gestes, le magnétisme mais aussi par d’autres canaux, comme les SMS, les e-mails, les discours, les lettres d’amour ou encore les films. J’ai créé Reverso afin de permettre à toute personne d’utiliser des technologies avancées pour communiquer plus facilement avec les autres, mais aussi pour comprendre et améliorer ses compétences linguistiques dans une langue étrangère ou dans sa langue pour s’exprimer plus facilement et trouver les mots justes pour convaincre.

Quand on pense « Reverso », on l’identifie rapidement à un traducteur en ligne. Y’ a-t-il d’autres fonctionnalités ?

T. H. : Reverso est une marque forte, synonyme de traduction dans de nombreux pays dont la France. Mais ce n’est pas tout : elle propose aussi d’autres outils comme les dictionnaires contextuels, les synonymes, la correction intelligente, la conjugaison, les listes de vocabulaires et les outils d’apprentissage comme la prononciation et la reconnaissance vocale. Dans notre application mobile comme dans notre nouvelle application pour Mac et Windows, ces fonctionnalités sont intégrées et très simples à utiliser.

À qui sont destinés vos outils de traduction ?

T. H. : Nous aidons aussi bien les élèves de collège à utiliser nos outils comme une référence, pour les mots de tous les jours, les expressions, la prononciation mais aussi les traducteurs professionnels à être plus efficaces. Les écrivains peuvent également utiliser nos services pour trouver le mot juste et les commerciaux pour vendre plus facilement à l’export… Et surtout, nous aidons des millions de personnes à progresser dans leur maîtrise de leur langue ou des langues étrangères.

Avez-vous rencontré des défis dans le développement de l’outil ? Et si oui, comment les avez-vous résolus ?

T. H. : À chaque étape, on doit faire face à des challenges : doit-on investir plus dans le produit ou se faire connaître ? Étendre les langues ou les fonctionnalités… Pour cela il faut avoir de l’intuition, de la flexibilité, mais aussi beaucoup écouter et savoir utiliser au mieux les informations disponibles. L’autre gros challenge c’est de trouver des personnes qui combinent la compréhension des usages, de la technologie et de la finesse de langue, car c’est indispensable. En effet, c’est la combinaison de ces compétences dans les mêmes personnes qui permettent d’aller beaucoup plus vite : le développement se fait par itération et à chaque étape, il faut analyser le résultat rapidement. Aujourd’hui notre succès tient dans la qualité des équipes, la combinaison d’années et savoir-faire et d’utilisation des technologies de pointe.

Mais nous avons fait des erreurs ! Après avoir lancé une première application mobile il y a 10 ans, nous avons arrêté le développement car nous pensions qu’il n’y avait pas de modèle économique viable. Heureusement nous nous sommes rattrapés depuis avec une application téléchargée plus de 20 millions de fois.

Théo Hoffenberg, fondateur de Reverso

 

Comment expliquez-vous son succès aujourd’hui ?

T. H. : Une qualité de traduction inégalée, combinant traduction contextuelle et neuronale, une richesse fonctionnelle (prononciation naturelle paramétrable, synonymes, listes de vocabulaire qu’on peut importer), une ergonomie et une qualité de finition impeccable.

Google Translate, Deepl… Il y a de la concurrence dans votre secteur. En quoi vous distinguez-vous ?

T. H. : Pour le grand public : nous sommes le seul outil qui combine toutes les fonctions linguistiques au meilleur niveau et sur toutes les plateformes. Nous avons aussi une approche spécifique pour les grandes organisations pour offrir des solutions personnalisées et intégrées dans leur environnement.

Sur la traduction automatique, nous sommes au même niveau que nos meilleurs concurrents, et nous apportons en plus de meilleures intégrations et supportons plus de formats. Par exemple, avec notre plateforme Reverso Documents, vous pouvez traduire des PDF même scannés. Sur l’application mobile, vous pouvez faire de la traduction vocale ou écouter des exemples prononcés, et avec l’extension Chrome, vous pouvez apprendre de nouveaux mots en regardant vos séries sur Netflix ou Amazon Prime simplement en cliquant sur les sous-titres.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la traduction neuronale ?

T. H. : C’est l’application des meilleures technologies d’IA à la traduction. Elle fournit une traduction fluide et surtout elle peut apprendre intelligemment à partir de nouveaux textes. La meilleure façon de la décrire, c’est de l’utiliser !

Quels sont vos ambitions et vos objectifs pour les 5 prochaines années ?

T. H. : Être la marque de référence sur les langues, continuer d’être fièrement une entreprise de tech indépendante et une alternative crédible aux GAFAM. Et bien sûr, étendre nos équipes de R&D, de marketing et de business. Nous avons encore beaucoup d’idées et de marchés à développer. Concrètement : des centaines de millions d’utilisateurs gratuits, des millions d’abonnés à nos services premium, une utilisation partout : en mobilité, dans l’entreprise, à la maison, à l’école. Et enfin, une combinaison de technologies et de contenu avec des utilisateurs engagés partout dans le monde, qui contribuent à notre succès.

<<< À lire également : Intelligence artificielle : 10 prévisions pour 2021 >>>