« Dans toute idée, il faut chercher à qui elle va et de qui elle vient ; alors seulement on comprend son efficacité.» Ces mots du dramaturge Bertold Brecht rappelle comment questionner simplement l’efficacité. Boîtes mails encombrées, macs usagés non utilisés, jardins enherbés ou réussir à exporter en Chine… autant de problèmes auxquels s’attaquent ces start-up françaises en offrant des solutions innovantes pour nous simplifier la vie. 

Nettoyer votre boite mail pour l’environnement

Cleanfox est une application gratuite, utile et responsable qui vous permet en quelques clics de supprimer vos mails. Allégée, votre boite mails est plus réactive. Vous réduisez ainsi votre empreinte carbone. En effet, le stockage de mails représente un coût pour l’environnement à cause de son stockage dans les data centers. Or, ils nécessitent d’être refroidis en permanence via des systèmes de climatisation très gourmants en énergie. Cette contrainte énergique a d’ailleurs poussé Facebook à s’installer dans le nord de la Suède afin de bénéficier du climat de la région.  L’application iOS et Android lutte sur la pollution numérique et rassemble déjà plus de 1,4 millions d’utilisateurs. Fondée par Edouard Nattée, il a lancé son Bot, FoxyBot. Faites donc un geste utile et bon pour la planète.

Hello Zack: vendez cash vos produits Apple très facilement

 

Zack rachète vos produits Apple. Partout et à tout moment. Cette start-up, fondée par des anciens de l’ESSEC, permet de simplifier la revente de ses produits pour le consommateur. De fait, une majorité de consommateurs ignore qu’un Iphone ou un Mac un peu usagé a encore une forte valeur. Et c’est exactement là où Zack va créer la sienne en organisant pour eux la revente.  À rebours d’Amazon ou Ebay où il est facile d’acheter mais très difficile de revendre, HelloZack facilite l’ensemble du processus de vente en ligne. En effet, il suffit de se rendre sur le site internet pour faire estimer le produit. L’utilisateur n’a ensuite plus qu’à réserver un coursier appelé Zacker qui viendra le payer en cash où il le souhaite, à l’heure souhaitée.  Un service simple, rapide pour récupérer de l’argent sur des actifs qui n’en n’avaient a priori plus. 

Conquérir le marché chinois depuis la France 

Vendre en Chine sans ouvrir de bureaux sur place : c’est possible ! Thomas Graziani est le co-fondateur de WalktheChat, une entreprise de logiciel (“Software as a Service”) dédiée à la création de stratégies et de produits innovants pour les entreprises souhaitant vendre sur les réseaux sociaux chinois. Son entreprise répond à une demande croissante d’entreprise européenne qui souhaite exporter en Chine sans courir le risque de s’implanter directement sur place. En effet, le marché chinois est très réglementé et parfois opaque, ce qui dissuade de nombreuses entreprises à se lancer directement sur place.  Cette agence permet notamment de créer des WeChat Shop avec paiements transfrontaliers entre la France et la Chine. Le groupe a notamment déjà accompagné de grands groupes européens comme Nestlé ou Bosch pour vendre en Chine. Une entreprise qui facilite donc la pénétration du marché de l’Empire du Milieu depuis la France et qui est promise à un bel avenir.

 

” Le marché chinois est très agile et la Chine est le leader du e-commerce dans le monde “ , souligne Neo Luo, designer chez Benglang à Canton, dans le Sud de la Chine. La réalisation d’un site web prend en effet beaucoup moins de temps en Chine pour un coût inférieur. Les entreprises françaises peuvent même bénéficier de leur service car les sites web sont crées depuis Hong Kong. Et pour conquérir le marché chinois, de plus en plus d’entreprises recrutent par des écoles françaises qui se sont installées en Chine.  En effet, ” de plus en plus d’écoles ouvrent directement des campus sur place, à l’instar du China Studio de l’Ecole de Design de Nantes “, comme le souligne Eric Mazodier, le directeur des études sur place. De quoi fournir à ces start-up des employés de qualité pour conquérir le marché chinois.

Vers un stockage illimité pour vos smartphones

Le Phalanstère du XXIeme siècle. Une maison-atelier dans laquelle vivent et travaillent de jeunes passionnés de nouvelles technologies a ouvert récemment, avec un modèle particulier. Tous sont salariés par Seed-Up et associés au capital des projets qu’ils développent. Ce centre d’innovation partage ainsi son temps entre des missions d’innovation pour de grands groupes : Thales, le CNRS, Hermès ou encore le chinois Huawei. Son projet interne le plus fou ?  Certainement Moore : un smartphone avec un stockage illimité. Seed-Up souhaite redonner du sens au travail par des Hackers Houses, ces maisons viviers, creusets d’innovation, développant le principe du statut de salarié-entrepreneur. Un avenir donc prometteur pour ” ce nouveau modèle de travail “, comme l’appelle l’un de ses fondateurs, Paul Poupet.

Contrôler facilement l’entretien des sols enherbés

Le désherbage est encore un des domaines où les nouvelles technologies ne sont pas encore arrivées . Mais plus pour longtemps. Mis en avant par la fondation Nicolas Hulot, cette start-up est un acteur clé de l’innovation dans l’univers viticole. Avec déjà plus de six brevets, la société propose un contrôle de la végétation précis grâce à un robot autonome appelé Vitirover. Les troupeaux de robots sont pilotés et gérés par des “bergers“, techniciens formés et employés par l’entreprise. Née à Saint-Emilion, cette entreprise dirigée par Arnaud de la Fouchardière, devrait avoir un avenir prometteur dans le secteur viticole où la main d’œuvre d’entretien des sols est parfois très coûteuse. Vitirover est une solution de remplacement du glyphosate. Elle ne se contente pas du seul univers de la vigne mais s’étend à l’arboriculture, à l’entretien des sols des fermes photovoltaïques et à tous les univers où il faut maintenir la végétation et ne plus utiliser le glyphosate. De quoi faciliter la tâche pour l’entretien des sols.