Le Prix Nobel de science économique vient d’être décerné à Paul Romer, pour avoir « intégré l’innovation technologique dans l’analyse macro-économique de long terme »(1). Il a en effet été le premier à décrire les conditions de marché à l’origine de la créativité industrielle source de croissance, et à dicter les principes économiques de la règlementation des brevets.
 
La production d’idées est déterminée par un certain profil de marché 
 
Lorsque la croissance économique de quelques pour cent par an s’accumule au fil des décennies, elle transforme la vie des gens. Des recherches macroéconomiques antérieures avaient mis l’accent sur l’innovation technologique comme principal moteur de la croissance économique, mais n’avaient pas montré en quoi les décisions économiques et les conditions du marché déterminaient la création de nouvelles technologies. Paul Romer a résolu ce problème en démontrant que les forces économiques incitent les entreprises à produire de nouvelles idées et innovations.
 
La solution de Romer, publiée en 1990, a jeté les bases de ce que l’on appelle maintenant la théorie de la croissance endogène. La théorie est à la fois conceptuelle et pratique, car elle explique en quoi les idées diffèrent des autres produits et nécessitent des conditions spécifiques pour prospérer sur un marché. La théorie de Paul Romer a généré de nombreuses nouvelles recherches sur les réglementations et les politiques qui encouragent les nouvelles idées et la prospérité à long terme.
 
Romer a estimé qu’un modèle de marché pour la création d’idées doit tenir compte du fait que la production de nouveaux biens, basés sur des idées, a généralement des coûts qui diminuent rapidement : le prototype a un coût élevé, mais sa reproduction a un faible coût marginal. Une telle structure de coûts nécessite que les entreprises fixent le prix au-dessus du coût marginal pour récupérer le coût initial. C’est pourquoi les entreprises doivent disposer d’un pouvoir de monopole, en tous cas pour les idées suffisamment sujettes à exclusion. Il ne faudrait pas, par exemple, qu’une entreprise puisse avoir le monopole du théorème de Pythagore (2).
 
Un marché producteur d’idées se dérègle facilement
 
En principe, les nouvelles connaissances issues de la R & D peuvent profiter aux entrepreneurs et aux innovateurs du monde entier, dans le présent et dans l’avenir. En revanche, les marchés ne récompensent généralement pas pleinement les créateurs de ces nouvelles connaissances, ce qui signifie que, tant que les nouvelles connaissances sont socialement bénéfiques, trop peu de R & D est réalisée. Deuxième écueil, les incitations du marché à la R & D se présentant sous la forme de bénéfices monopolistiques, le renouvellement des produits sera généralement insuffisant. Troisième écueil, démontré d’après les travaux de Paul Romer, le marché peut également entraîner trop de R & D – soit lorsque de nouvelles idées tuent un trop grand nombre d’entreprises existantes dans un processus de destruction créatrice, soit lorsque de nouvelles idées renforcent des technologies socialement nuisibles, en permettant par exemple une extraction ou une utilisation excessives de ressources fossiles, nuisant ainsi au climat (2).
 
Les brevets ne doivent ni être trop forts, ni trop faibles
 
Romer a montré que les marchés non réglementés produiraient un changement technologique, mais auraient tendance à limiter la R & D et le renouvellement des produits. Pour remédier à cette sous-offre, le gouvernement doit prendre des mesures bien conçues, telles que les subventions à la R & D et la réglementation des brevets. Son analyse indique que de telles politiques sont vitales pour la croissance à long terme, non seulement dans un pays, mais dans le monde entier (4).
 
Dans une interview de 2007, Romer estime que « nous sommes en train de reculer un peu avec des brevets qui ne sont plus aussi forts qu’ils l’étaient. Il y a des forces de rétablissement même dans la dynamique politique, donc je ne m’inquiète pas autant. Et les droits d’auteur ne sont pas aussi dommageables que les brevets s’ils échappent à tout contrôle, je ne suis donc pas si inquiet à ce sujet. Et je suis encouragé par les mouvements en faveur de droits de brevet légèrement plus étroits. Mais cela nous amène à une question très intéressante : si vous aviez des droits de propriété trop faibles sur la découverte, nous n’aurions pas autant de découvertes. » (3)
 
Le dynamisme de l’économie se trouve dans l’équilibre entre brevet et innovation 
 
Paul Romer fournit également des directives pour la conception des politiques : les lois sur les brevets doivent trouver le juste équilibre entre la motivation à créer de nouvelles idées, en accordant certains droits de monopole aux concepteurs, et la capacité des tiers à les utiliser, en limitant ces droits dans le temps et dans l’espace (2).
 
« S’il n’y avait pas toutes ces choses à découvrir, nous serions pessimistes à propos de ce nouveau monde d’idées en raison de tout le pouvoir de monopole que nous créons avec les brevets et le droit d’auteur.
 
Mais heureusement, dans l’économie de la connaissance, il y a toujours de nouvelles choses à découvrir. Nous accordons des droits de propriété sur la connaissance, ce qui conduit à un processus de dépassement par lequel le potentiel de futurs profits monopolistiques induit de nouvelles découvertes. En conséquence, une nouvelle entité va émerger et entrer sur un marché à un moment donné et faire un bond en avant par rapport à toutes les entités existantes. 
 
Nous craignons moins que le gouvernement n’intervienne de manière active pour supprimer tout soupçon de monopole et maintenir la taille de toutes les entreprises. Nous nous appuyons beaucoup plus sur le processus de ce que Schumpeter a appelé “destruction créatrice”, où vous avez une série de monopoles temporaires remplacés par de nouveaux monopoles vendant de nouveaux produits et services ». (4)
 
Open source vs. brevet : la concurrence a du bon
 
Que penser alors de l’open source ? Selon Paul Romer, « l’open source a définitivement remporté la victoire dans quelques créneaux tels que le logiciel serveur Web. Le serveur Web Apache est toujours le serveur Web le plus largement utilisé. Il sert du matériel Web dans le monde entier. Et cela a été développé uniquement par open source – pas de droits de propriété, mais uniquement des institutions scientifiques, “vous avez le mérite d’améliorer le Web – le système Apache”. D’autre part, la solution de droits de propriété de personnes comme Microsoft semble avoir meilleur système pour développer des systèmes faciles à utiliser pour beaucoup de gens.
 
Vous savez, les geeks ont écrit des systèmes faciles à utiliser, mais les interfaces n’étaient pas aussi astucieuses. Prenez Steve Jobs. Il a utilisé Linux comme base du nouveau système d’exploitation d’Apple, mais le front-end a été développé avec certains droits de propriété. Et, vous savez, ils nous ont proposé de très beaux frontaux : lecteurs de musique et maintenant téléphones et systèmes d’exploitation. Il est donc formidable d’avoir un système qui permette la concurrence entre différents systèmes d’innovation » .
 
Toujours dans l’équilibre, il conclut :  « il n’y aura pas de solution unique. » (3)