Microsoft souhaite aider les commerces traditionnels à concurrencer Amazon Go, un nouveau concept de magasin qui facilite la corvée des courses en éliminant le passage aux caisses.

Un récent rapport de Reuters affirme que le géant du logiciel développe actuellement un logiciel qui permet de voir ce que les clients mettent dans leur chariot et qui débite leur compte bancaire à la sortie, sans passer par les caisses.

L’intention de Microsoft d’automatiser le passage à la caisse est une bonne nouvelle pour les commerces de proximité qui, aux États-Unis, rencontrent des difficultés croissantes à concurrencer les faibles marges d’exploitations d’Amazon, alors que le salaire minimal augmente dans le pays.

Mais c’est une mauvaise nouvelle pour les employés de petits commerces bénéficiant du salaire minimal. Les technologies de Microsoft et d’Amazon les rendront obsolètes et accélèreront cette tendance à l’automatisation, déjà présente dans le secteur du fast food et des chaînes de supermarchés traditionnels.

En réalité, le salaire minimum de 15 $ de l’heure pourrait bien inciter Walmart, Target, Amazon, McDonald’s et d’autres à remplacer leurs employés qui coûtent dorénavant plus cher que cette technologie dont l’efficacité augmente et le coût d’exploitation décroit au fil du temps.

C’est une réalité dans un secteur hautement compétitif où les technologies génèrent la croissance des ventes et la demande d’une meilleure rémunération.

L’augmentation du salaire minimal aidera les travailleurs à court terme, mais sur le long terme, ce changement pourrait mener à une perte d’emploi, car de nombreuses entreprises remplacent leurs employés par des machines.

En réalité, l’avenir des hôtes de caisses n’est pas si sombre, car la satisfaction des consommateurs souffrira de ce changement. En effet, les machines ne peuvent pas offrir les mêmes services que l’humain pour les clients moins amateurs de technologie.

C’est ce qui est arrivé à Walmart, qui a fait machine arrière dans l’automatisation des caisses. Les clients de l’enseigne n’ont pas adopté les caisses automatiques, et les marges d’exploitation n’ont pas autant  changé qu’espéré. En fait, Walmart peine à satisfaire ses clients à nouveau, malgré le retour des hôtes de caisse en chair et en os.