Du 24 au 26 mai dernier a eu lieu le salon VivaTechnology, vitrine internationale de l’écosystème start-up français. Cet événement a fait couler de l’encre sur les dernières innovations proposées par grands groupes et start-up. De nombreuses start-up y étaient présentes dans l’espoir de nouer quelques contacts favorisant leur développement. Un stand bien discret m’a pourtant mis la puce à l’oreille. Pour la première fois, la DGSE – Direction Générale de la Sécurité Extérieure – était présente « à découvert ». La posture n’est donc pas anodine.

J’ai pu m’entretenir avec la chargée de communication pour connaitre la finalité de leur présence. Espionnage ? Repérage de technologies utiles ? Recrutement de talents ?

Bien sûr pour la première hypothèse, il est illusoire d’obtenir une réponse affirmative ! Les représentants de la DGSE étaient là pour repérer des technologies et surtout promouvoir leur marque employeur pour inciter les jeunes talents – et moins jeunes aussi – à candidater.

En effet, nous imaginons plus ou moins que la DGSE – ou la DGSI – opère ses recrutements dans le grand secret, en vous repérant, vous menant en filature, et vous approchant par derrière au détour d’une rue. Il n’en est rien. La démarche de recrutement est tout à fait classique : un CV et une lettre de motivation à envoyer sur un mail anonyme.

1 500 recrutements sont prévus d’ici 2022 !

Ceci explique la nécessité de « sortir du bois » pour se rendre visible et attirer l’attention de profils hautement techniques comme des cryptographes, des développeurs, des data scientists, des analystes et bien d’autres.

Plus étonnant, des profils généralistes et moins « high tech », juniors comme séniors, sont aussi recherchés parmi les civils : comptables, logisticiens, chefs de projets, cuisiniers, ingénieurs BTP… Inutile de parler 4 langues ou d’être un maître en arts martiaux ! Inutile d’être un ingénieur issu des plus grandes écoles, vous pouvez sortir d’une école de commerce, de science po, de l’université, d’un IUT… Il est même possible d’effectuer des stages.

Chacun peut candidater pour peu qu’il soit de nationalité française et soit attiré par une carrière menée en secret. Et non, vous ne pourrez pas vous vanter d’être « un espion » dans les dîners de famille !

Bien entendu, une enquête est menée au préalable pour s’assurer que vous n’avez pas de liens avec des pays non alliés de la France ou autres organisations présentant une menace pour notre pays. 

Il est certain que la DGSE offre un environnement particulier qui peut être très attractif pour les profils technologiques. En effet, les missions de l’organisme nécessitent la mise en oeuvre de technologies à la pointe. 

Alors si l’aventure vous tente, un seul mail à connaître pour candidater : [email protected]