Il y a 50 ans, un ordinateur moins puissant qu’une calculette a permis d’envoyer des hommes sur la Lune. Aujourd’hui, les véhicules autonomes sont de véritables supercalculateurs.

Des supercalculateurs mobiles

 

 

Les véhicules autonomes nécessitent des systèmes très complexes afin que les données de direction, de freinage et d’accélération communiquent ensemble à des vitesses fulgurantes, jouent les unes avec les autres, et soient capables de s’adapter en temps réel à des conditions de conduite changeantes tout en orchestrant une expérience sans faille et sûre pour les passagers.

En même temps, des milliers de capteurs disposés sur le véhicule interagissent avec d’autres véhicules, avec l’infrastructure de circulation, voire avec la route elle-même, dans le but d’éviter les dangers et de tracer la route la plus optimale.

Les points clés pour le futur de l’autonomie.

Pour que tout fonctionne, il sera nécessaire d’effectuer des tests robustes et des mesures fiables, et d’avoir beaucoup de patience. L’équilibre de l’ensemble du système devra rapidement être atteint car une grande partie des conducteurs passera en même temps à la conduite autonome.

 

Les clés de la réussite se trouvent dans quatre secteurs majeurs

 

 

La connectivité dont la rapidité et la fiabilité ne devront souffrir d’aucune défaillance au risque d’entraîner un accident mortel, les renseignements que requiert la voiture autonome dotée d’intelligence doivent être capables de discerner un piéton d’un panneau et d’analyser les conditions météorologiques. La puissance et son contrôle sont un autre point capital avec l’arrivée des batteries au lithium dont les tests seront essentiels.

La cybersécurité

 

La cybersécurité est peut-être plus importante encore, la voiture du futur devant être sécurisée afin d’éviter que des acteurs malveillants ne parviennent à prendre le contrôle de véhicules à distance.
Alors que les véhicules autonomes sont testés sur les routes du monde entier, nous sommes encore à au moins une décennie de cette avancée majeure.
La conduite autonome ne fonctionnera que si la majorité des véhicules sont autonomes. Patience, nous n’en sommes pas encore là.

 
Janvier 2019
Luxe Magazine