En raison de la pandémie de Covid-19, les chercheurs se sont plus focalisés sur le domaine de la santé. Même si les principaux moteurs du changement restent l’intelligence artificielle (IA), l’internet des objets (IoT) et d’autres domaines de la quatrième révolution industrielle, ils se sont intéressés à des domaines différents de ceux que nous avions pu prévoir au début de l’année.

En ce qui concerne la santé, la recherche avancée dans les domaines de la médecine, des vaccins, de l’aide sociale et de la santé environnementale s’est concentrée sur la lutte contre la pandémie. Ainsi, toutes les grandes tendances, de la biotechnologie et de la médecine intelligente à la réalité virtuelle et augmentée, en passant par les jumelages numériques et la robotique, ont eu leur rôle à jouer.

Voici mes cinq principales prévisions sur la manière dont cela va se poursuivre tout au long de 2021. En effet, alors que les nouveaux vaccins laissent entrevoir une certaine normalisation, les percées rendues possibles par l’accélération du rythme de l’innovation dans le domaine de la santé nous permettront de mieux  faire face aux futurs défis.


Les soins de santé, un aspect inhérent à la vie

En 2020, chaque entreprise a un volet technologique, car les données et l’informatique sont devenues essentielles. En 2021, chaque entreprise apprendra à devenir également une entreprise de soins de santé, car la protection des employés et des clients devient une exigence fondamentale pour le commerce.

Il s’agira notamment de renforcer les mesures de biosécurité, depuis les stations d’assainissement jusqu’aux technologies de dépistage sur site, en passant par le renforcement des mesures sanitaires dans les lieux où le personnel ne peux pas être en télétravail. L’innovation technologique dans ce domaine nous permettra d’améliorer les mesures de sécurité et les systèmes d’alerte rapide afin de réduire la probabilité de transmission de maladies contagieuses.

Cependant, pour certaines entreprises, il sera toujours plus sûr pour le personnel de rester en télétravail jusqu’en 2021 et peut-être même tout au long de l’année. De plus, d’autres défis devront être relevés, comme la nécessité de soutenir la santé mentale des travailleurs qui doivent jongler avec leurs responsabilités professionnelles et personnelles. Sans contact quotidien en face à face, il sera plus difficile pour les responsables d’évaluer si leurs équipes sont surchargées de travail ou s’ils prennent les bonnes précautions pour préserver leur santé. Une fois de plus, la technologie jouera son rôle dans l’atténuation de ces dangers, grâce à des applications de santé qui surveilleront notre activité et nous rappelleront de prendre des pauses et de faire de l’exercice : des applications de méditation et de pleine conscience ainsi que des services thérapeutiques à distance.

Consultations virtuelles et médecine à distance

S’il est possible de recevoir le même niveau de soins à domicile que celui que vous recevriez dans un cabinet médical ou une clinique de jour, alors il faut vous y mettre. En effet, le nombre de visites virtuelles, en particulier pour les rendez-vous mineurs et de routine, est monté en flèche pendant la pandémie et, selon les analystes de Forrester, il devrait atteindre le milliard d’ici la fin de 2020. On pense également qu’en 2021, un tiers des rendez-vous virtuels sera lié à des problèmes de santé mentale.

En plus de réduire le risque de propagation de la contagion, la médecine à distance permet aux professionnels de la santé d’intégrer davantage de consultations de patients dans leur emploi du temps, déjà chargé. Il s’agit là d’une considération particulièrement importante dans les pays très peuplés comme la Chine et l’Inde, où les rendez-vous médicaux sont rares.

Une autre facette de cette tendance sera le développement continu d’assistants de santé robotisés et autonomes capables de travailler dans les hôpitaux ou directement chez les patients. Ils réduiront la probabilité d’infection (un gros problème dans les hôpitaux avant même la pandémie liée à la Covid-19). Ils ont également des répercussions sur la santé mentale, en effet, après l’introduction de robots compagnons dans des maisons de soins au Royaume-Uni, on a constaté qu’ils réussissaient à réduire les symptômes de solitude et d’isolement chez les patients.

Les percées de l’édition génomique

L’édition génétique nous permet d’influencer des traits spécifiques qui sont hérités par de nouvelles cellules vivantes, lorsque de nouvelles protéines sont créées par la division de cellules existantes. Ces traits, appelés phénotypes, régissent la longévité de la cellule, sa capacité à survivre à des blessures ou à des maladies, ainsi que de nombreux autres facteurs. En manipulant ces phénotypes par des techniques telles que CRISPR-Cas9, les scientifiques ont déjà réalisé de nombreuses avancées dans le traitement de maladies mortelles, notamment la dystrophie musculaire de Duchenne, les maladies cardiaques et le cancer.

Grâce aux percées dans ce domaine, nous assisterons probablement à une accélération du développement de formes de traitement connues sous le nom de « médecine de précision », où les médicaments peuvent être personnalisés pour correspondre au profil génétique de chaque patient, ce qui les rend plus efficaces et moins susceptibles de provoquer des effets secondaires indésirables.

Cette technologie a également été utilisée pour créer un « laboratoire sur puce », conçu pour la détection rapide des infections à Covid-19. Un appareil portable capable de détecter si des personnes sont infectées pourrait être extrêmement utile pour rétablir un certain niveau de normalité dans nos vies.

Et au-delà des utilisations dans le domaine de la santé, des méthodes démontrées par une start-up britannique, Tropic Biosciences, ont été utilisées pour créer des grains de café sans caféine, réduisant ainsi le coût et les ressources consacrées à la décaféination des grains ordinaires. Elles ont également permis de créer des bananes résistantes aux maladies, ce qui pourrait transformer une industrie qui consacre actuellement un quart de ses coûts de production à la lutte contre les maladies.

L’IA favorise l’évolution vers une assurance et une meilleure couverture des soins médicaux

L’augmentation de la quantité de données collectées sur notre santé, à partir de notre interaction avec les services de santé ainsi que de nos propres appareils et activités en ligne, signifie que les fournisseurs ont une idée de plus en plus précise du lieu et du moment où une intervention peut être nécessaire.

La pandémie de Covid-19 nous a montré qu’il existe une volonté de partager nos données personnelles lorsque les avantages pour notre santé sont clairement communiqués. Cela a été prouvé par les systèmes de suivi et de traçage qui ont permis de contrôler de manière fiable les niveaux d’infection dans certaines régions.

Cela sera particulièrement important d’un point de vue financier. En effet, la pandémie de Covid-19 a coûté cher au secteur médical. Il en résultera un recours accru aux outils de prévision basés sur l’IA pour prévoir où les ressources peuvent être utilisées le plus efficacement. Les compagnies d’assurance vont également intensifier leur utilisation de technologies prédictives avancées pour mieux comprendre les risques et fixer les montants des primes avec plus de précision.

L’IA, l’IdO et les villes intelligentes aident à détecter les futures épidémies et à y répondre

Le terme « villes intelligentes » est utilisé pour décrire le concept de construction d’une connectivité numérique et d’une prise de décision automatisée basée sur des données dans le tissu de la vie urbaine, y compris la planification des réseaux de transport public, la collecte des déchets, la distribution d’énergie et les initiatives de santé environnementale. L’IA et l’IdO sont fondamentales pour de nombreuses initiatives dans ce domaine.

Tout au long de la pandémie de Covid-19, l’innovation en matière de ville intelligente s’est orientée vers la planification et la gestion de la manière dont un nombre croissant de personnes vivront de plus en plus près les unes des autres. Il s’agit d’un défi particulier dans les pays en développement où les populations urbaines continuent de croître. D’ailleurs, l’ONU prévoit que 68 % de la population mondiale vivra dans des zones urbaines d’ici 2050. 

Tout comme chaque entreprise se concentrera sur les soins de santé à l’horizon 2021, il en sera de même pour chaque urbaniste et autorité municipale. Le mot clé étant « La résilience », avec de plus en plus de ressources consacrées au développement de technologies qui permettent d’éviter les conséquences catastrophiques des pandémies et des épidémies sur la vie et sur l’économie.

Enfin, l’hygiène de l’environnement sont également une priorité majeure, avec des initiatives technologiques visant à réduire la pollution de l’air et à renforcer la résilience aux changements climatiques tels que le réchauffement climatique et l’augmentation du niveau de la mer, qui devraient occuper une place centrale au cours de la décennie à venir.

Article traduit de Forbes US – Auteur : Bernard Marr

<<< À lire également : Le Commerce De Détail En 2021 : Les 5 Grands Changements >>>