Dans le film Her de Spike Jonze, l’assistante vocale du personnage principal réagit et anticipe tellement bien les désirs et les besoins de son propriétaire – interprété par Joachim Phoenix – que celui-ci tombe sous le charme.

Le développement technologique de l’assistante est si avancé, ses intonations si réelles (et pour cause, c’est Scarlett Johansson qui prête sa superbe voix à Samantha), ses réflexions tellement pertinentes et toujours adaptées au ton de son interlocuteur… que leur relation prend un aspect inattendu.

Le héros implique systématiquement son « assistante » dans ses choix et décisions ; elle en vient à combler le vide de son existence et l’amène à s’exclure volontairement de toute relation humaine. 

Fiction? Pas si sûr…


Selon l’annonce faite par Ford avant le début du Mobile World Congress de Barcelone, le constructeur serait très actif sur le développement de la technologie de reconnaissance vocale dans ses voitures et plus particulièrement sur la perception des émotions du conducteur par la machine. Fatima Vital, la Directrice Senior du Marketing Automobile chez Nuance Communications déclare dans le communiqué de Ford : « Le développement de la voiture empathique est en bonne voie. Nous avons comme objectif une assistance qui pourra raconter une blague pour vous réconforter, vous conseiller quand vous en avez besoin, vous rappeler les anniversaires et vous tenir compagnie durant les longs trajets ». La société Nuance fournit la technologie de reconnaissance vocale (VR) pour le système d’info-divertissement Ford Sync, ainsi qu’à la plupart des autres constructeurs automobiles.

Ford annonce qu’en 2022, près de 90 % de tous les nouveaux véhicules auront la technologie VR à bord et que la reconnaissance vocale basée sur le Cloud pourrait être disponible sur 75 % des voitures neuves d’ici là. Cela permettrait à la reconnaissance vocale “d’évoluer en assistants personnels”, toujours selon Ford. Le système Sync 3 de Ford est déjà en bonne voie pour permettre aux conducteurs de se connecter à l’assistant virtuel d’Amazon, Alexa. Le constructeur automobile travaille sur un projet avec l’Université technique d’Aix-la-Chapelle pour développer l’intégration de plusieurs micros afin d’améliorer la perception et le traitement de la parole et de bloquer les bruits extérieurs.

Dans le futur, les voitures équipées de micros nouvelle génération et de caméras pourront, en même temps, analyser la voix et le ton de leur interlocuteur, décoder ses expressions faciales pour lui offrir la bande sonore parfaite : relax lors d’un voyage stressant ou plus « animée » pour une virée entre copains, et l’option « le silence est d’or » sera même envisagée selon le contexte et les analyses des détecteurs. Pour Ford, « la prochaine étape pour ces véhicules de demain sera de pouvoir adapter leurs réflexions en fonction des minuscules mouvements de notre expression faciale ou des modulations et des inflexions dans notre voix” .

Dans le film Her, le personnage principal est séduit par son assistante vocale au risque de s’exclure de toute relation humaine. Il est déraisonnable de penser que la même chose peut se produire avec la RV dans les automobiles. Cependant, « avec les nouveaux systèmes embarqués – intuitifs et auto-améliorants pour s’adapter à leur conducteur – nous pouvons nous attendre à des relations sérieuses » nous prévient Dominic Watt, du Département des langues et des sciences linguistiques de l’Université de York dans une déclaration diffusée par Ford. Il rajoute même : « la voiture sera bientôt notre assistant, notre compagnon de voyage et une oreille sympathique pour nous épancher ». Il ne s’arrête pas là, “et vous pourrez discuter de tout, lui demander n’importe quoi, au point que beaucoup d’entre nous oublieront même qu’ils parlent à une machine”.

Alors, fiction? Plus si sûr…