Tesla a chamboulé l’industrie automobile en montrant tout ce qu’il était possible de faire avec des voitures électriques. La flotte électrique d’Elon Musk n’a fait aucun compromis que ce soit au niveau du design ou la performance, ce qui lui a permis de bouleverser l’univers des véhicules électriques. Aujourd’hui, l’I-Pace de Jaguar lui a emboîté le pas. En effet, le premier véhicule entièrement électrique conçu par la marque de légende est à la fois maniable et performant. Il ne fait aucun doute que l’I-Pace aidera à promouvoir l’électrification de l’industrie automobile.

« Nous avons l’opportunité de devenir un constructeur de voitures électriques », commence Ian Callum, alors que nous nous installons dans un coin tranquille du stand de Jaguar au salon de l’automobile de Genève. Le directeur artistique de la marque affirme que son entreprise continuera à développer des moteurs à combustion, plus particulièrement pour des voitures comme la F-Type. Cependant, avec le I-Pace « nous avons fait un pas vers l’électrification et nous ne comptons pas nous arrêter là ».


L’I-Pace de série a conservé l’intégrité du concept car : « J’ai voulait absolument produire la voiture que nous avions présentée. Mais si vous regardez de plus près, vous verrez que tout a été légèrement modifié. Le prototype, ainsi que ses roues, étaient un peu plus larges. Vous pouvez vous le permettre sur une voiture de démonstration, et une fois que les lignes sont bien définies, vous pouvez modifier pas mal de choses ».

 

Jaguar
L’I-Pace, le premier SUV éléctrique de la marque | Jaguar

 

L’I-Pace présente des lignes que Jaguar pourra utiliser un certain temps. Ses proportions font écho à la technologie électrique qui alimente le véhicule, avec un habitacle mis en avant en lieu et place du long capot typique de Jaguar. Ian Callum nous confie que le plus gros défi auquel il a dû faire face, c’est l’emploi de la taule en feuilles : « Le prototype avait été réalisé en carbone afin que les arêtes soient affutées. Le modèle de série est en aluminium et cela entraîne quelques défis mais nous nous y attendions, alors les ailes, par exemple, sont moins larges. Ensuite, il était important de bien réfléchir à l’aérodynamisme du véhicule, car c’est d’autant plus essentiel qu’il s’agit d’une voiture électrique ».

Le design a donc été conçu en fonction de l’aérodynamisme de la voiture. Les équipes ont pu atteindre un coefficient de résistance de 0,29. Le capot est incurvé afin que l’air puisse circuler de manière fluide. La ligne de toit tombante, l’arrière émoussé et l’alignement des poignées ont été spécialement calculés en ce sens. Ian Callum ajoute que le groupe motopropulseur électrique lui a donné une grande liberté en matière de design : « Nous avons fini par produire notre concept car ».

Pour revenir à son commentaire précédent, nous avons demandé à Ian Callum si les véhicules électriques de Jaguar seront différents des non-électriques. Selon lui, il s’agit de la suite logique du plan de production actuelle, car une gamme de véhicules électriques doit avoir son propre design, quelque chose qui la différencie. Ian Callum est manifestement enthousiaste à cette idée : « L’I-Pace nous donne la possibilité de nous exprimer visuellement. On s’attend toujours à ce que les SUV soient haut perchés, mais ce n’est pas une obligation. Cette voiture a les capacités d’un SUV, elle a quatre roues motrices et elle est entièrement électrique, même si on ne dirait pas. Elle est unique en son genre et ça me plait ».

Pour sa première voiture électrique, Jaguar a décidé de faire un SUV à cause des contraintes mécanique. Pour une berline ou une voiture de sport, les batteries doivent être assez plates alors que sur un SUV, il y a la possibilité d’intégrer des batteries plus hautes. Ian Callum cherche cependant une solution pour les voitures plus sportives mais en attendant : « Chaque chose en son temps, nous développons un modèle à la fois ».

 

Jaguar
les commandes rotatives tactiles du tableau de bord | Jaguar

 

L’habitacle reprend les lignes contemporaines de Jaguar, l’écran digital est associé à des commandes rotatives tactiles, ce qui donne l’impression de piloter un avion de chasse. Ian Callum pense qu’il est important de proposer un environnement de conduite familier : « la seule différence c’est que l’affichage est davantage électronique, les éléments tactiles sont tellement importants. J’aime beaucoup utiliser les commandes rotatives, cette interaction est extrêmement importante et ces commandes sont intuitives. Lorsque vous roulez à 110 km/h, un écran tactile pourrait vous distraire contrairement à ce genre de commandes».

Nous avons suggéré à Ian Callum que Jaguar est actuellement en bonne position pour repousser les limites des matériaux luxueux d’intérieur grâce à de tels produits écologiques : « Vous pouvez choisir entre des finitions traditionnelles en bois ou en carbone et nous proposons des matériaux luxueux, comme des tissus d’ameublement Kvadrat, en tant qu’alternative aux sièges en cuire ». Kvadrat est un fabricant de textile danois qui est généralement associé à l’ameublement contemporain et au design moderne.

Land Rover, l’entreprise sœur de Jaguar, a récemment créé des garnitures Kvadrat en laine sur mesure pour sa nouvelle gamme Velar : « Le cuir est le produit d’un procédé particulier et je n’ai pas de problème avec ça mais les matériaux actuels sont formidables et leur texture est très agréable. Je voudrais pouvoir intégrer du cachemire, des laines durables et les adapter aux standards automobiles ». Ian Callum reconnaît que pour ce faire, il doit y avoir une demande et surtout, les concessionnaires doivent être formés afin de pouvoir expliquer ces nouveaux concepts aux clients potentiels.

L’évolution de la vente automobile aidera ce processus. Les consommateurs plus jeunes sont très cultivés et sont plus curieux : « Un produit comme l’I-Pace doit attirer des personnes qui ne sont pas seulement intéressées par les voitures sportives. Nous devons créer quelque chose d’attirant pour qu’elles aient envie de faire partie du club. C’est un énorme enjeu pour nous ».

Ian Callum ajoute que les jeunes designers des studios de création de Jaguar ont une autre vision du monde. Il a formé des équipes devant travailler sur la conduite autonome, imaginer ce à quoi la voiture pourra ressembler lorsqu’il n’y aura plus de conducteur. L’équipe de design a des goûts très éclectiques, selon lui, surtout en matière de « couleurs et de finitions, certains membres de l’équipe sont très imaginatifs et c’est très amusant de travailler avec eux ».

Ian Callum est fasciné par la manière dont ses équipes de designers internationaux perçoivent la marque : « Il y a tellement de nationalités différentes dans le studio et c’est assez fascinant de les entendre décrire la marque telle qu’ils la voient. Ils veulent maintenir certains aspects traditionnels lors de la création tout en gardant un certain sens de l’humour ».

Ian Callum est manifestement satisfait de son premier véhicule électrique : « Lorsque vous croisez un I-Pace dans la rue, vous ne pouvez pas le louper. Il a une présence, il est honnête et intègre. Il n’a pas de long capot car il n’en a pas besoin. Il n’est ni trop gros ni trop large. C’est un SUV maniable mais qui a un super design. Et en plus il est électrique ».

Jaguar a rencontré de nombreux succès ces dernières années. Ian Callum a-t-il peur de ne pas réussir à garder le rythme ? « La quantité d’effort investie par les équipes de designers et d’ingénieurs est monumentale, répond-il. Nous comptons désormais plus de 12 000 ingénieurs. L’équipe de design de Jaguar Land Rover compte plus de 800 personnes. À nous tous nous avons imaginé plus de 14 lignes de voitures ».

Pour finir, nous avons demandé à Ian Callum ce qu’il comptait refaire sur le projet suivant : « Je le referais de la même manière mais avec plus d’assurance. La prochaine génération du SUV sera plus élégante et plus racée ».