Avec la diminution du coût de production des imprimantes 3D, les experts prédisent qu’elles deviendront sous peu un accessoire commun dans les foyers, et de nombreuses entreprises sont en train de prendre conscience du potentiel qu’elles renferment pour leurs activités. Depuis que la technologie 3D est passée de la théorie à la réalité, nous repoussons sans cesse les limites de ce qu’il est possible d’imprimer, avec à la fois des applications pratiques dans les domaines de l’industrie et du médical, et aussi dans un but de divertissement créatif. Voici quelques exemples réels impressionnants d’impression 3D en 2018.

 

Qu’est-ce que l’impression 3D ?

L’impression 3D, aussi connue sous le nom de fabrication additive, commença dans les années 80 avec Chuck Hull, qui modélisa et imprima un objet en forme de petite coupe. Les objets imprimés en 3D sont créés à partir d’un fichier numérique, et l’imprimante dépose des couches successives de matériau jusqu’à ce que l’objet soit terminé : cette méthode consomme donc moins de matière que les procédés de fabrication traditionnels. La plupart des matières premières utilisées sont des thermoplastiques, un type de plastique qui se liquéfie sous l’effet de la chaleur, mais durcit en refroidissant, sans se fragiliser. Cependant, avec l’évolution de la technique, les chercheurs découvrent de nouveaux matériaux utilisables en impression 3D, et arrivent même à imprimer à partir de substances comestibles.

 

Prothèses et autres parties du corps

Les applications médicales de l’impression 3D sont vastes, avec par exemple un masque imprimé par des vétérinaires pour aider un chien à guérir de graves blessures faciales, des membres artificiels, ou des répliques de parties du corps. Lors d’une expérience réalisée par la faculté de médecine Feinberg de Northwestern University, à Chicago, une souris dont les ovaires avaient été imprimés en 3D a pu donner naissance à des petits en parfaite santé, ce qui est de bon augure pour d’éventuelles interventions, potentiellement appliquée à des humains, après des expériences plus approfondies.

 

Maisons et autres bâtiments

En moins de 24 heures, une maison de 37 m2 a été construite en banlieue de Moscou grâce à l’impression 3D. La possibilité d’ériger rapidement des maisons ou d’autres bâtiments est particulièrement intéressante dans des cas où le temps est compté, comme lors de catastrophes naturelles où des abris d’urgence sont nécessaires. De plus, l’impression 3D ouvre une porte sur de nouvelles opportunités architecturales autrefois impossibles à cause des méthodes de construction disponibles : nous pouvons donc imaginer l’arrivée de grandes innovations. À Pékin, une maison à un étage a été imprimée en béton en tout juste 45 jours, et des chercheurs allemands ont imprimé une maison en verre (uniquement en miniature pour le moment) ; la première fois que quelqu’un réussissait à utiliser le verre comme matériau d’impression.

 

Impression comestible

Si l’on réfléchit aux techniques traditionnelles de décoration pâtissière (fair passer du glaçage à travers un embout pour créer des motifs), elles sont relativement similaires au procédé d’impression 3D, où le matériau passe à travers une aiguille et est déposé par couches. Une imprimante 3D en chocolat fonctionne tout comme sa cousine alimentée au plastique : un design numérisé est découpé par un programme en différentes couches, puis l’objet est reconstitué dans le monde réel. Comme le chocolat durcit rapidement à température ambiante, cela en fait un matériau idéal pour l’impression 3D. Certaines entreprises ont aussi utilisé d’autres aliments comme la glace, la pâte à cookies, la pâte d’amande, ou même la viande hachée.

 

Armes à feu

Defense Distributed a créé en 2013 le Liberator, la première arme à feu imprimée en 3D. Bien qu’il existe des imprimantes conçues pour le métal, elles sont très chères, et le Liberator a donc été fabriqué en plastique. Les avancées de la 3D et la possibilité d’imprimer ses propres armes à la maison ont fait se poser la question de comment aborder l’impression 3D dans un contexte de réglementation des armes à feu.

 

Applications industrielles

L’impression 3D possède des applications dans différents domaines, dont ceux de l’automobile et de l’aéronautique, à la fois à l’étape de la fabrication comme pour imprimer des pièces de rechange, ou pour réaliser des prototypes de nouveaux produits (avec comme avantage de pouvoir ensuite les recycler), ou même pour créer des moules ou des gabarits afin d’augmenter le rendement de la production. Certaines carrosseries de voitures, notamment celles de voitures électriques, sont imprimées ainsi. Les constructeur peuvent aussi utiliser l’impression 3D pour faire diminuer les coûts et le temps de fabrication.

 

Instruments de musique

L’impression 3D a permis de réaliser de nombreux instruments comme l’incroyable 3Dvarius (inspiré par un violon Stradivarius), des flûtes ou des banjos, ainsi que des accessoires comme des becs. L’université de Lund (Suède) a d’ailleurs organisé le premier concert au monde utilisant des instruments imprimés en 3D (batterie, synthé, et deux guitares).

 

Absolument tout

L’impression 3D a cela d’incroyable qu’elle peut être utilisée pour créer à peu près tout ce que l’on peut imaginer, tant qu’on a les fichiers et les matériaux nécessaires. Tandis que les experts travaillent à l’incorporer dans tous les aspects de la vie, les bricoleurs curieux trouvent toutes sortes de gadgets astucieux à créer avec leurs imprimantes, dont des poubelles, des porte-gobelets, des habillages de prises électriques, et bien plus encore.