Sans surprise, les entreprises américaines dominent le marché de la Tech, et ce malgré la pression montante qu’elles subissent face à la concurrence provenant d’Asie. Quarante-neuf des plus grandes entreprises Tech en 2017 sont américaines.

Apple s’est propulsé en tête de liste des semaines après que les actions ont atteint un nouveau record, parvenant à la somme de 147 dollars (131 euros) l’action pour la première fois le 2 mai, malgré des ventes décevantes du côté de l’iPhone. L’année passée, Apple a réalisé 217 milliards de dollars (193 milliards d’euros) de ventes, 45 milliards de dollars (40 milliards d’euros) de bénéfices, et a atteint 331 milliards de dollars (295 milliards d’euros) d’actifs ainsi qu’une capitalisation boursière de 752 milliards de dollars (670 milliards d’euros).

Apple n’est pas seulement la plus grande entreprise Tech qui soit, mais aussi la neuvième plus grande entreprise à l’échelle mondiale. Bien qu’elle soit toujours dans le top 10 mondial, Apple se trouve en recul d’un rang par rapport à la place qu’elle occupait en 2016, lorsqu’elle était en huitième position.

Avec des représentantes dans dix-sept pays, les entreprises Tech occupent 118 places dans le classement Forbes Global 2000, notre classement annuel des plus grandes entreprises de la planète.

Au nombre du top 25 des plus grandes entreprises Tech, quinze sont américaines, dont huit dans le top 10 : Apple, Microsoft, Alphabet, IBM, Intel, Cisco Sytems, Oracle, et pour finir, Facebook, qui a fait une avancée de 69 places dans le classement du Global 2000.

C’est Samsung, basée en Corée du Sud, qui prend la deuxième place en totalisant 174 milliards de dollars (155 milliards d’euros) de ventes, 19 milliards de dollars (16.9 milliards d’euros) de bénéfices ; Samsung détient également 217 milliards de dollars (193 milliards d’euros) d’actifs et une capitalisation boursière de 254 milliards de dollars (226 milliards d’euros). Hon Hai Precision Industry (un groupe industriel taïwanais) est la seule autre entreprise d’Asie-Pacifique à faire son entrée dans le top 10.

Microsoft se place en troisième position dans le classement Tech, en comptabilisant 85 milliards de dollars (75 milliards d’euros) de ventes, 16.7 milliards de dollars (14.8 milliards d’euros) de bénéfices, des actifs d’un montant de 224 milliards de dollars(199 milliards d’euros) et 507.5 milliards (452 milliards d’euros) de valeur de marché.

Le nouveau venu cette année dans la liste est Snap, le plus grand réseau social en bourse depuis que Twitter a fait son entrée à Wall Street il y a trois ans. L’introduction en bourse de Snap s’est faite en mars et l’entreprise s’offre la 101e place du classement des plus grandes entreprises Tech. Elle est également au rang 1 693 des plus grandes entreprises du monde.

Parmi les nouveaux du secteur de la Tech se trouve aussi la sud-coréenne SK Holdings, qui parvient à se faire une place dans le top 25, mais aussi Dell Technologies, l’entreprise industrielle Fortive, et le fabricant de semi-conducteurs Advanced Micro Devices.

Cette année a également vu de grandes avancées du côté d’entreprises comme NVIDIA, fournisseur mondial de processeurs graphiques, qui a fait une enjambée de 379 places dans la liste Global 2000 de Forbes, et s’est classé en 41e place de la liste Tech. On note aussi l’évolution de Nokia, qui a chuté de 248 places au sein de la liste Global 2000 mais est parvenu à mettre la main sur la 33e place de la liste Tech. L’entreprise suisse de semi-conducteurs STMicroelectronics NV est celle qui a connu le plus grand bond en avant, en passant de la place 2 315 à la place 1 499 du classement des plus grandes entreprises de la planète, améliorant ainsi sa position de 816 places.

Le classement Forbes Global 2000 prend ses sources dans un indice composite établi sur des entreprises d’égales mesures en matière de recettes, de bénéfices, d’actifs et de capitalisation boursière. La liste de 2017 présente des entreprises publiques réparties dans 58 pays et qui ensemble comptabilisent 35.3 billions de dollars de recettes, 2.5 billions de dollars de bénéfices, 169.1 billions de dollars d’actifs, et dont la capitalisation boursière combinée revient à 48.8 billions de dollars, soit 10% de plus que l’année précédente.