De grandes entreprises, comme BMW, General Electric, Caterpillar ou encore Delta Air Lines, collaborent actuellement pour trouver un moyen de conférer des superpouvoirs à leurs employés, ou tout du moins, pour les équiper d’exosquelettes complets, permettant de combiner la force, l’endurance et la précision des machines à l’intelligence et à la dextérité humaine.

Mercredi, Sarcos Robotics annonçait la création d’un groupe technique consultatif pour les exosquelettes (X-TAG) spécialisé dans le secteur industriel et composé de dirigeants d’entreprises, notamment Bechtel, BMW, Caterpillar, Delta, General Electric, Schlumberger, Würth Industry.

Sarcos, des entreprises industrielles et les membres du X-TAG planchent ensemble sur un moyen d’adapter le costume d’Iron Man à leurs employés et à leurs entreprises. « Les membres du X-TAG identifieront des cas possibles d’utilisation, en détaillant leurs attentes au niveau des performances et de la sécurité afin de s’assurer que les exosquelettes soient bien conformes aux besoins des employés et de leurs entreprises »,  nous expliquait un représentant de Sarcos. Nous avons déjà pu assister à la mise en place de méthodes similaires pour le développement des exosquelettes militaires, mais Sarcos souhaite désormais pourvoir mettre en place son invention dans les usines, les entrepôts et tous les environnements de travail. « L’adoption d’exosquelettes dans le secteur de l’industrie permettra de réduire les blessures et d’augmenter considérablement la puissance du corps humain, ainsi que son endurance et sa précision. On retrouvera ce genre d’appareils plus rapidement qu’on ne le pense sur de nombreux lieux de travail », détaille Ben Wolff, PDG de Sarcos Robotics.

Les exosquelettes de Sarcos XO Guardian et XO Max de Sarcos sont actuellement en cours de développement. Ils pourront être enfilés en moins d’une minute et donneront la capacité de soulever des charges pouvant atteindre respectivement 36 kg et 80 kg, durant des heures et sans efforts de la part du porteur.

« Nous sommes impatients de pouvoir apprécier les résultats du X-TAG et des essais du Guardian XO afin d’augmenter la sécurité des employés et de simplifier les programmes visant à améliorer la santé, la sécurité et l’aménagement de l’environnement de travail dans les entreprises », explique Sam Murley de General Electric. Selon Sarcos, l’entreprise prévoit de proposer ses exosquelettes via un modèle robot-as-a-service (RaaS).

« Les XO et XO MAX décuplent la productivité d’un employé sans pour autant multiplier les coûts, tout en réduisant les accidents du travail ou les maladies inhérentes ainsi que les dépenses qui s’y rapportent. Les clients peuvent donc profiter d’un rapide retour sur investissement », explique le prospectus de l’entreprise. 

Le X-TAG prévoit de se réunir tous les mois afin de travailler à l’incorporation des exosquelettes dans leurs entreprises.