À l’heure où le web délimite les contours de notre vie 2.0, il semblerait qu’il puisse aussi gérer notre vie 1.0. En effet, le web nous permet de répondre à presque tous nos besoins : réaliser des achats, s’informer (certes, plus ou moins qualitativement selon nos sources…), nous déplacer, nous alimenter et bien d’autres actions de notre quotidien. 

Aussi, le web, et même si cela n’est encore réservé qu’à une population d’early adopters (le marché des objets connectés est en plein essor), nous permets de presque tout optimiser et même de nous sentir en sécurité. En ce sens, la domotique joue un rôle-clé et les possibilités sont quasiment illimitées (les innovations sont – très – nombreuses chaque année). Êtes-vous prêts à « domotiser » votre maison? Mes éléments de réponse.

Définition de la domotique

Même si la domotique s’est démocratisée il y a une dizaine d’années (naissance officielle dans les années 80), elle reste encore confidentielle. Les novices ont l’impression d’entrer dans la quatrième dimension alors que les chevronnés ont déjà acquis tous les réflexes nécessaires à ce nouveau modus operandi. Rarement, un domaine technologique pourtant « accessible » n’aura généré un tel fossé, car la domotique peut paraître être un espace réservé aux Geeks.

Le terme « domotique » a pour racine « domus » qui signifie « maison ». Clairement, il s’agit de modules et autres automatismes qui prennent le contrôle de votre maison. Autrement dit, cette centralisation permet de contrôler presque tout au sein de la maison : chauffage, porte du garage, volets, système électrique, portail,…Alors que chaque élément était indépendant les uns des autres, ils jouent soudainement tous un rôle pour améliorer le confort général.

Économies, confort et sécurité

Grâce à un ou plusieurs panneaux de contrôle, l’utilisateur va ainsi pouvoir tout commander à distance sans avoir à se déplacer. De facto, tout est plus simple, tout peut être optimisé et automatisé, car il s’agit bien là de l’objectif de la domotique.

En effet, grâce à cette centralisation, il est possible de notamment mieux gérer l’éclairage, le chauffage et toutes les « énergies » de la maison. À l’ère des smartphones ultra-complets, il s’agit d’un jeu d’enfants, pour une fois, au service de la planète (et de son porte-monnaie grâce aux économies générées)! Fermer les volets, programmer les températures des pièces par tranches horaires, éteindre les appareils en veille, éteindre les lampes (ou modifier l’intensité de l’éclairage), tout est fait pour réaliser des économies.

Bien entendu, l’autre atout lié est le confort général apporté par la domotique. Il n’est plus nécessaire de se briser le dos pour fermer les volets (ou prendre froid), de sortir du véhicule pour ouvrir le portail, d’ouvrir ces fameux volets à l’heure de l’émergence des premiers rayons du soleil pour chauffer la maison, arroser le jardin alors que les prévisions estiment qu’il pleuvra sous 48 heures (mise à jour des actions en fonction des changements climatiques) et bien d’autres tâches jadis ingrates. Sachez qu’en matière de confort, vous pouvez même configurer une liste de chansons qui se déclencherait lors de votre entrée dans la maison. Cela peut sembler sortir d’un film de science-fiction, mais non, il s’agit bien d’une réalité!

Également, à l’heure où les cambriolages se multiplient, notamment en journée, la domotique est un gage certain de sécurité. Selon le « scénario » programmé, vous pouvez « simuler » votre présence via l’ouverture des volets (décidément…), le déclenchement des lumières de la maison ou encore la diffusion de musique. Dans un autre registre, la domotique est un allié de poids, car cette technologie joue un rôle-clé en cas de détection d’intrusion, d’incendie ou de dégâts des eaux. Selon le « problème » identifié, des actions prédéfinies se déroulent : déverrouillage des portes, ouverture des volets, coup de téléphone pré-programmés (à des proches, aux pompiers, à la police,…). Un réel plus pour les personnes souffrant de handicap.

Domotique : combien ça coûte?

L’appétence des Français pour la domotique est bien réelle (voir cet article) puisque plus de 900 millions d’euros sont dépensés chaque année, mais les meilleurs épargnants d’Europe ne semblent pas encore bien connaître le coût d’une telle installation. 

En premier lieu, il faut acheter une « box » qui va « piloter » la maison, son coût oscille entre 200 et 600 euros. Pour une maison de « base » de 80 m2 avec 2 chambres, concernant une domotique moyenne, il faut compter 200 euros pour la gestion des volets, 200 euros pour la gestion du chauffage, environ 400 euros pour la gestion de l’éclairage et 450 euros pour les modules dédiés à la sécurité. Autrement dit, domotiser sa maison pourrait coûter moins de 2 000 euros (hors équipements compatibles), je suis certain que vous pensiez à un montant bien supérieur, non?

Quid de l’idéal de la maison intelligente?

Les acteurs de la domotique ne peuvent rien envisager sans l’appui des géants du web (dont Google), les innovations des Startups et les opérateurs de télécommunications, c’est un fait. 

Accéder à une maison intelligente a bien des atouts, notamment en matière d’écologie et de réduction de nos dépenses énergétiques. 

En ce sens, la domotique est un « outil » qui doit être intégré dans une vision plus large, voire politique (exonérations diverses, boost des startups du secteur,…) afin que les acteurs aillent dans le même sens (sans oublier qu’il s’agit d’un fabuleux vivier d’emplois)….possible?