DeepMind, une société d’intelligence artificielle appartenant à Google, a mis au point un système d’IA capable d’identifier avec précision 50 types différents de maladies oculaires. Le système, capable d’analyser les scans 3D de la rétine pour détecter les signes précurseurs de glaucome, de maladie oculaire diabétique et de dégénérescence maculaire, a été développé grâce à un partenariat de recherche avec l’hôpital Moorfields Eye à Londres, au cours des 18 derniers mois. L’IA, capable d’identifier avec justesse les différents types de maladie grâce aux analyses OCT 94,5% du temps, a appris à détecter les maladies oculaires en étudiant environ 15 000 examens oculaires d’anonymes. Les résultats de l’essai ont été publiés dans la revue Nature Medicine lundi.

Le co-fondateur de DeepMind, Mustafa Suleyman, à la tête de DeepMind Health, a déclaré sur Internet que ce système d’IA pourrait aider à sauver la vue des gens, ajoutant qu’il pourrait un jour être déployé dans les hôpitaux du monde entier.

« Notre système d’IA peut interpréter rapidement, avec une précision sans précédent, les radiographies les plus courantes concernant les yeux. Il peut recommander correctement différents traitements aux patients, sur la base de 50 maladies oculaires menaçant leur vue, et ce avec autant de précision que les plus grands spécialistes » a-t-il écrit sur le blog de DeepMind.

Et d’ajouter : « Ce ne sont que des résultats préliminaires, mais ils montrent déjà que notre système peut gérer une grande variété de patients dans les examens de routine. À long terme, nous espérons que cela aidera les médecins à prioriser rapidement les patients nécessitant un traitement urgent ».

DeepMind a l’intention de laisser les hôpitaux du NHS (pour National Health Service) utiliser gratuitement une version validée de cette technologie pendant cinq ans, à condition que le logiciel respecte toutes les autorisations réglementaires nécessaires.

Le Dr Pearse Keane, un ophtalmologue consultant à Moorfields (Londres), a déclaré dans un communiqué de presse : « Le nombre de scanners oculaires que nous effectuons augmente à un rythme beaucoup trop rapide pour que les experts humains soient capables de tous les interpréter en temps et en heure. Cela peut causer des retards de diagnostic et donc des retards dans le traitement de maladies menaçant la vue des patients ».

« Si nous pouvons diagnostiquer et traiter rapidement les problèmes oculaires, cela nous donne de meilleures chances de sauver la vue d’un patient. Avec des recherches plus poussées, cela pourrait améliorer la cohérence et la qualité des soins pour les patients ayant des problèmes oculaires, à l’avenir », a-t-il précisé.

Monétisation

Le travail de DeepMind avec le NHS a mal commencé après que le Bureau du Commissaire à l’information (ICO), le responsable britannique des données, a jugé qu’un essai de l’IA avec le Royal Free NHS Foundation Trust n’était pas conforme à la loi sur la protection des données. Plus précisément, l’ICO a déclaré qu’environ 1,6 million de dossiers de patients sensibles avaient été mal traités et que les patients n’étaient pas suffisamment informés que leurs données seraient utilisées dans le cadre de ce test.

Mais DeepMind considère les soins de santé comme un domaine prêt à être révolutionné et il considère probablement le NHS comme une source potentielle majeure de revenus, même s’il ne l’admettra jamais ouvertement. Il accuse déjà certaines organisations du NHS d’avoir accès à différents produits DeepMind et la technologie du scanner oculaire pourrait devenir très lucrative si elle était déployée à grande échelle.

Google aurait déboursé 400 millions de livres sterling pour acquérir DeepMind en 2014, mais l’expansion agressive du laboratoire d’IA signifie qu’il fonctionne actuellement à perte, selon les plus récents documents déposés auprès de Companies House. En 2016, l’entreprie a enregistré une perte totale de 164 millions de livres sterling, une augmentation significative par rapport à la perte de (seulement) 54 millions de livres sterling, enregistrée en 2015.

La majorité des dépenses de DeepMind ont été consacrées au recrutement du plus grand nombre possible de chercheurs mondiaux dans le domaine de l’apprentissage automatique. En 2016, alors qu’il employait environ 600 personnes, il dépensait 104,8 millions de livres pour « les coûts de personnel et autres coûts connexes ».

Un rapport publié par The Information en avril dernier indiquait que certains membres de Google n’étaient pas satisfaits du manque de revenus de DeepMind.

Il convient néanmoins de noter que DeepMind a aidé le géant de la recherche dans un certain nombre de domaines. En juillet 2016, DeepMind a annoncé avoir développé un logiciel permettant à Google de réduire de 40% la quantité d’électricité utilisée par les unités de refroidissement dans ses centres de données. DeepMind IA a également aidé Google à rendre son service de synthèse vocale plus réaliste.